Présentation INS

Pays Intitulé Site internet Responsables
Contacts
Bénin INStaD
Institut National de la Statistique et de la Démographie
www.insae.bj M. Laurent Mahounou HOUNSA +229 21 30 82 44 – 45
insae@insa.bj
Burkina Faso INSD
Institut National de la Statistique et de la Démographie
www.insd.bf M. Boureima OUEDRAOGO +226 25 49 85 02 – 70 35 46 16
boureimaoued@gmail.com
Burundi ISTEEBU
Institut de statistiques et d’études économiques du Burundi
www.isteebu.bi M. Nicolas NDAYISHIMIYE +257 22 22 67 29 – 79 956 548

isteebubdi@gmail.com

Cabo Verde INE
Instituto Nacional de Estatistica
www.ine.cv João Cardoso +238 2613827  
Joao.Cardoso@ine.gov.cv
Cameroun INS
Institut National de la Statistique
www.ins-cameroun.cm M. Joseph TEDOU +237 22 22 04 45 josephtedou@yahoo.Fr
Centrafrique ICASEES
Institut Centrafricain des Statistiques, des Études Économiques et Sociales
www.icasees.org M. Blaise-Bienvenu ALI +236 61 72 69 – 61 72 61 blaisebienvenu@yahoo.fr
Comores INSEED
Institut Nationale de la Statistique et des Études Économiques et Démographiques
https://www.site.inseed.km/ M. Ahmed DJOUMOI +269 334 77 49
adjoumoi@yahoo.fr
Congo INS
Institut National de la Statistique
www.ins-congo.cg M. Gaspard Symphorien MBOU LIKIBI
+242 05 548 45 34
contact@ins.gouv.cg
Côte d’Ivoire INS
Institut national de la statistique
www.ins.ci M. Doffou N’GUESSAN +225 20 33 88 60 – 62 – 58
ins.rci.diffusion@gmail.com
Djibouti INSD
Institut National de la Statistique de Djibouti
www.instad.dj M. Idriss Ali SOULTAN +253 35 16 82    
dised@intnet.dj
Gabon DGS
Direction Générale de la Statistique
www.statgabon.ga M. EBANG EBANG Prosper
+241 72 04 55
plan.dgsee@yahoo.fr
Guinée INS
Institut national de la statistique
www.stat-guinee.org M. Makan DOUMBIA info@insguinee.org
Guinée Bissau INE
Instituto Nacional de Estatistica
www.stat-guinebissau.com Dr Roberto VIERA +245 966 710 391 inegbissau@gmail.com

roberto.babo92@gmail.com

Guinée Équatoriale INEGE
Instituto Nacional de Estadística de Guinea Ecuatorial
www.inege.gq  M. Ricardo Nsue Ndemesogo OBONO +240 222196 724
ndemesogo@inege.gq
Madagascar INSTAT
Institut national de la statistique
www.instat.mg  Mande Isaora Zefania ROMALAHY +261 20 22 216 52
dg@instat.mg
 Mali INSTAT
Institut national de la statistique
www.instat-mali.org
M. Arouna SOUGANE +22320222455
instatmali2014@yahoo.fr
Mauritanie
ANSADE
Agence Nationale de la Statistique et de l’Analyse Démographique
www.ansade.mr M. Mohamed El Moctar Ould AHMED SIDI +222 45 25 30 70

tmahjoub@gmail.com

 Niger INS
Institut national de la statistique
www.ins.ne  Mme Takoubakoye Aminata Boureima +227 20 72 35 60
ins@ins.ne
Sao Tomé & Principe INE
Instituto Nacional de Estatística
www.ine.st  Mme Elsa CORDOSO +239 22 418 50 – 22 213 13
ine@ine.st
 Sénégal ANSD
Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie
www.ansd.sn  M. Alle Nar DIOP +221 33 869 21 39
alle.diop@ansd.sn
 Tchad INSEED
Institut national de la statistique, des études économiques et démographiques
www.inseed.td  M. Baradine Zakaria MOURSAL +235 52 31 54 / 52 66 13
info@inseed-td.net
 Togo INSEED
Institut national de la statistique, des études économiques et démographiques
www.inseed.tg M. Kouassi KOAME +228 22 21 62 24 – 22 87  
inseed@inseed.tg

Etats membres

Bénin
Capitale: Porto Novo
Monnaie: Franc CFA (XOF)
Langue: Français
Superficie: 112 622 km²
Découpage administratif: 12 départements, 77 communes

Pays frontaliers: Togo, Burkina Faso, Niger, Nigéria
Communauté économique régionale : CEDEAO
Communauté économique et monétaire sous régionale : UEMOA
Adhésion AFRISTAT : 1993

 

 

Burkina Faso
Capitale: Ouagadougou
Monnaie: Franc CFA (XOF)
Langue: Français
Superficie: 274 200 km²
Découpage administratif : 13 régions, 45 provinces

Pays frontaliers: Côte d’Ivoire, Mali, Niger, Bénin, Togo, Ghana
Communauté économique régionale : CEDEAO
Communauté économique et monétaire sous régionale : UEMOA

Adhésion AFRISTAT : 1993

 

 

Burundi
Capitale: Bujumbura
Monnaie: Franc Burundais (BIF)
Langue: Français, Kirundi
Superficie: 27 834 km²
Découpage administratif: 18 provinces, 119 communes

Pays frontaliers: République Démocratique du Congo, Rwanda, Tanzanie
Communautés économiques régionales : CEEAC, CAE, COMESA
Adhésion AFRISTAT : 2006

 

 

Cameroun
Capitale: Yaoundé
Monnaie: Franc CFA (XAF)
Langue: Français, Anglais
Superficie: 466 050 km²
Découpage administratif: 10 régions, 58 départements

Pays frontaliers: Nigéria, Tchad, Centrafrique, Congo, Gabon, Guinée Équatoriale
Communauté économique régionale : CEEAC
Communauté économique et monétaire sous régionale : CEMAC
Adhésion AFRISTAT : 1993

 

 

Cabo Verde
Capitale: Praia
Monnaie: Escudo du Cap Vert (CVE)
Langue: Portugais
Superficie: 4 033 km²
Découpage administratif: 10 iles, 22 municipalités

Pays frontalier: Aucun
Communauté économique régionale : CEDEAO
Adhésion AFRISTAT : 2002

 

 

Comores
Capitale: Moroni
Monnaie: Franc Comorien ( KMF)
Langue: Français
Superficie: 1 861 km²
Découpage administratif: 3 iles, 16 préfectures

Pays frontaliers: Aucun
Communautés économiques régionales : COMESA, SADC
Adhésion AFRISTAT : 1993

 

 

Congo
Capitale: Brazzaville
Monnaie: Franc CFA (XAF)
Langue: Français
Superficie: 342 000 km²
Découpage administratif: 12 départements

Pays frontaliers: République Démocratique du Congo, Gabon, Cameroun, Centrafrique, Angola
Communauté économique régionale : CEEAC
Communauté économique et monétaire sous régionale : CEMAC
Adhésion AFRISTAT : 1993

 

 

Côte d’Ivoire
Capitale: Yamoussoukro
Monnaie: Franc CFA (XOF)
Langue: Français
Superficie: 322 463 km²
Découpage administratif: : 2 districts autonomes (Abidjan, Yamoussoukro) et 12 autres districts subdivisés en 31 régions

Pays frontaliers: Liberia, Guinée, Mali, Burkina Faso, Ghana
Communauté économique régionale : CEDEAO
Communauté économique et monétaire sous régionale : UEMOA
Adhésion AFRISTAT : 1993

 

 

Djibouti

Capitale: Djibouti
Monnaie: Franc Djibouti (DJF)
Langue: Français
Superficie: 23 200 km²
Découpage administratif: 6 régions dont Djibouti subdivisé en 20 districts

Pays frontaliers: Ethiopie, Erythrée
Communautés économiques régionales : COMESA, IGAD
Adhésion AFRISTAT : 2010

 

 

Gabon
Capitale: Libreville
Monnaie: Franc CFA (XAF)
Langue: Français
Superficie: 267 667 km²
Découpage administratif: 9 provinces, 50 départements

Pays frontaliers: Guinée Équatoriale, Cameroun, Congo
Communauté économique régionale : CEEAC
Communauté économique et monétaire sous régionale : CEMAC
Adhésion AFRISTAT : 1993

 

 

Guinée
Capitale: Conakry
Monnaie: Franc Guinéen (GNF)
Langue: Français
Superficie: 245 857 km²
Découpage administratif: 8 régions, 33 préfectures

Pays frontaliers: Guinée-Bissau, Sénégal, Mali, Côte d’Ivoire, Liberia, Sierra Leone
Communauté économique régionale : CEDEAO
Adhésion AFRISTAT : 2000

 

 

Guinée Équatoriale
Capitale: Malabo
Monnaie: Franc CFA (XAF)
Langue: Espagnol, Français
Superficie: 28 051 km²
Découpage administratif: 2 régions, 8 provinces

Pays frontaliers: Gabon, Cameroun
Communauté économique régionale : CEEAC
Communauté économique et monétaire sous régionale : CEMAC
Adhésion AFRISTAT : 1993

 

Guinée Bissau
Capitale: Bissau
Monnaie: Franc CFA (XOF)
Langue: Portugais
Superficie: 36 125 km²
Découpage administratif: 8 régions et un secteur autonome (Bissau), 46 secteurs

Pays frontaliers: Sénégal, Guinée
Communauté économique régionale : CEDEAO
Communauté économique et monétaire sous régionale : UEMOA
Adhésion AFRISTAT : 1998

 

 

Madagascar
Capitale: Antananarivo
Monnaie: Ariary
Langue: Français
Superficie: 587 295 km²
Découpage administratif: 6 provinces, 22 régions

Pays frontaliers: Aucun
Communautés économiques régionales : COMESA, SADC
Adhésion AFRISTAT : 2013

 

 

Mali
Capitale: Bamako
Monnaie: Franc CFA (XOF)
Langue: Français
Superficie: 1 248 574 km²
Découpage administratif: 10 régions et district de Bamako, 49 cercles et 6 communes de Bamako

Pays frontaliers: Côte d’Ivoire, Guinée, Sénégal, Mauritanie, Algérie, Niger, Burkina Faso
Communauté économique régionale : CEDEAO
Communauté économique et monétaire sous régionale : UEMOA
Adhésion AFRISTAT : 1993

 

 

Mauritanie
Capitale: Nouakchott
Monnaie: Ouguiya (UM)
Langue: Arabe, Français
Superficie: 1 030 700 km²
Découpage administratif: 6 régions, 13 wilayas

Pays frontaliers: Sénégal, Sahara occidental, Algérie, Mali
Communauté économique régionale : UMA
Adhésion AFRISTAT : 1998

 

 

Niger
Capitale: Niamey
Monnaie: Franc CFA (XOF)
Langue: Français
Superficie: 1 267 000 km²
Découpage administratif: 7 régions + communauté urbaine Niamey, 63 départements

Pays frontaliers: Bénin, Burkina Faso, Mali, Algérie, Libye, Tchad, Nigéria
Communauté économique régionale : CEDEAO
Communauté économique et monétaire sous régionale : UEMOA
Adhésion AFRISTAT : 1993

 

 

République Centrafricaine
Capitale: Bangui
Monnaie: Franc CFA (XAF)
Langue: Français
Superficie: 622 436 km²
Découpage administratif: 20 préfectures, 82 sous-préfectures

Pays frontaliers: Cameroun, Tchad, Soudan, République Démocratique du Congo, Congo
Communauté économique régionale : CEEAC
Communauté économique et monétaire sous régionale : CEMAC
Adhésion AFRISTAT : 1993

 

 

Sao Tomé-et-Principe
Capitale: Sao Tomé
Monnaie: Dobra (STD)
Langue: Portugais
Superficie: 1 001 km²
Découpage administratif: 2 îles, 7 districts

Pays frontalier: Aucun
Communauté économique régionale : CEEAC
Adhésion AFRISTAT : 2008

 

 

Sénégal
Capitale: Dakar
Monnaie: Franc CFA (XOF)
Langue: Français
Superficie: 197 000 km²
Découpage administratif: 10 régions

Pays frontaliers: Gambie, Mauritanie, Mali, Guinée, Guinée-Bissau
Communauté économique régionale : CEDEAO
Communauté économique et monétaire sous régionale : UEMOA
Adhésion AFRISTAT : 1993

 

Tchad
Capitale: N’djaména
Monnaie: Franc CFA (XOF)
Langue: Français
Superficie: 1 284 000 km²
Découpage administratif: 23 provinces, 107 départements

Pays frontaliers: Cameroun, Nigeria, Niger, Libye, Soudan, Centrafrique
Communauté économique régionale : CEEAC
Communauté économique et monétaire sous régionale : CEMAC
Adhésion AFRISTAT : 1993

 

Togo
Capitale: Lomé
Monnaie: Franc CFA (XOF)
Langue: Français
Superficie: 56 600 km²
Découpage administratif: 5 régions, 39 préfectures

Pays frontaliers: Ghana, Burkina Faso, Bénin
Communauté économique régionale : CEDEAO
Communauté économique et monétaire sous régionale : UEMOA
Adhésion AFRISTAT : 1993

 

Présentation


    • Naissance et mission
      Pourquoi AFRISTAT ?
      Que fait AFRISTAT ?
      Comment travaille AFRISTAT ?
      Qui dirige AFRISTAT ?
      Qui finance AFRISTAT ?


      L’Observatoire Economique et Statistique d’Afrique Subsaharienne

      AFRISTAT est une organisation internationale créée par un traité signé le 21 septembre 1993 à Abidjan par les 14 pays africains membres de la Zone Franc suivants: Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Centrafrique, Comores, Congo, Côte d’Ivoire, Gabon, Guinée Equatoriale, Mali, Niger, Sénégal, Tchad et Togo.

      En avril 1998, la Guinée-Bissau et la Mauritanie ont rejoint AFRISTAT, tandis que la Guinée, le Cap Vert et le Burundi sont devenus Etats membres respectivement en septembre 2000, septembre 2002 et avril 2006. Ceci porte à 19 le nombre d’Etats membres. Au terme de l’article 5 du traité, tout Etat d’Afrique Subsaharienne ou de l’Océan indien peut être admis à AFRISTAT.

      AFRISTAT a pour mission de contribuer au développement des statistiques économiques, sociales et de l’environnement dans les Etats membres et de renforcer leurs compétences dans ces domaines.

      AFRISTAT a pour rôle de conseiller les Instituts nationaux de statistique des Etats membres et de soutenir leur action. Il dispose de pouvoirs réglementaires dans le domaine de l’harmonisation des concepts, des normes et des méthodes statistiques.

      AFRISTAT s’inscrit ainsi dans la préoccupation africaine d’intégration économique régionale qui suppose l’homogénéité et la comparabilité des informations statistiques.

      Cette volonté d’harmonisation et d’intégration est mise en œuvre par AFRISTAT à travers des opérations d’appui à la collecte, au traitement et à la diffusion de l’information statistique ou aux analyses et synthèses économiques, selon le programme de travail qui est défini par les Etats membres.

      AFRISTAT, qui a son siège à Bamako au Mali, a démarré ses activités le 2 janvier 1996.

      Pourquoi AFRISTAT ?

      Chaque Etat, chaque gouvernement, chaque décideur a besoin d’informations lui permettant de piloter au mieux, et à moindre coût, sa gestion et son développement économique et social. Il doit pour ce faire s’appuyer sur un système d’information complet et crédible, lui permettant tout à la fois d’éclairer l’événement et de conduire la décision.

      Au niveau le plus simple, il s’agit de disposer d’une plate-forme minimum d’information statistique mais l’objectif final est la mise en place d’un système d’information économique et sociale complet.

      Pour répondre, même de façon succincte, à ce besoin d’information, un minimum de moyens (humains et matériels), dont ne disposent pas toujours les pays en voie de développement, est nécessaire.

      La création d’AFRISTAT est la résultante d’un double constat, d’un nouveau contexte politique et économique et d’une volonté affirmée d’intégration régionale.

      En effet, l’examen critique de l’exercice de la fonction statistique dans les pays d’Afrique subsaharienne montre d’une part, l’absence d’un véritable décollage des Instituts nationaux de statistique (INS) alors même que de nombreux statisticiens ont été formés dans des écoles de haut niveau et que des outils originaux ont été étudiés et testés et d’autre part, une inadaptation croissante des politiques classiques de coopération statistique.

      En outre, la petite taille de certains pays de cette région ne leur permet pas de mettre en place, avant de très nombreuses années et avec leurs seules ressources nationales, des appareils statistiques complets et opérationnels.

      Par ailleurs, le début de la décennie 1990 a vu la naissance d’un processus de démocratisation qui, à terme, devrait faire prendre conscience de la nécessité pour tous les acteurs de la vie économique et sociale de disposer d’une information statistique fiable et crédible. Dans le même temps, la crise économique et financière génère, par le biais des programmes d’ajustement structurel appuyés par la Banque Mondiale et le Fonds Monétaire International, une nouvelle demande de données statistiques à laquelle les INS ont du mal à répondre.

      Enfin le nouveau contexte politique et économique marqué notamment par la globalisation de l’économie a mis en lumière la nécessité d’une intégration économique plus poussée des pays concernés.

      Devant les difficultés des INS pour répondre à ces besoins d’information, les Ministres de l’économie et des finances des pays de la zone Franc ont décidé la mise en place d’AFRISTAT, répondant ainsi aux recommandations du Plan d’Action d’Addis-Abeba pour le développement de la Statistique en Afrique.

      Que fait AFRISTAT ?

      D’une manière générale, AFRISTAT œuvre pour le développement de la Statistique dans les pays membres de cette institution.

      Cette action se traduit par des appuis ponctuels que l’Observatoire apporte aux pays membres et même à d’autres pays africains. Ces appuis couvrent divers domaines : organisation et gestion des systèmes statistiques, comptabilité nationale et macroéconomie, prix et enquêtes sur les dépenses des ménages, suivi du secteur informel, statistiques agricoles, traitement des données, diffusion des données statistiques, etc.

      Il organise aussi des ateliers régionaux ou sous-régionaux traitant des thèmes d’intérêt commun.

      AFRISTAT intervient également dans les domaines de la collecte, du traitement, de l’analyse et de la diffusion de l’information socio-économique.

      Comment travaille AFRISTAT ?

      Une équipe de 23 experts anime les activités d’AFRISTAT: un Directeur Général, un Directeur Général Adjoint, et 21 experts en comptabilité nationale, en macroéconomie, en statistiques sociales, en enquêtes auprès des ménages, en analyse de la pauvreté, en statistiques agricoles et de prix, en informatique, en organisation institutionnelle des systèmes statistiques nationaux et en gestion des projets, en connectivité et en démographie. Cette équipe est appuyée par 14 personnes recrutées localement et pourra faire appel, en tant que de besoin, à d’autres compétences extérieures.

      La Direction Générale d’AFRISTAT fait aussi appel aux consultants tant internationaux que nationaux en fonction des sujets traités.

      L’initiative des activités revient à la Direction Générale qui soumet son projet au Conseil scientifique, organe consultatif du Comité de direction. Le Conseil Scientifique émet des avis et recommandations et charge la Direction Générale de les transmettre au Comité de direction. Ce dernier, après de nouvelles directives éventuelles données à la Direction Générale, décide et informe le Conseil des Ministres ou formule des recommandations pour le dit Conseil qui décide en dernier ressort.

      Le Conseil des Ministres, le Comité de direction et le Conseil scientifique peuvent aussi initier des affaires dont l’exécution est confiée à la Direction Générale.

      Qui dirige AFRISTAT ?

      L’autorité suprême d’AFRISTAT est le Conseil des Ministres.

      La direction et la gestion de l’Observatoire sont assurées par un Directeur Général, assisté d’un Directeur Général Adjoint. Il est placé sous l’autorité du Comité de direction composé par :

      • les Directeurs des Instituts nationaux de statistique
      • les Directeurs des études des Banques centrales des pays membres
      • les représentants des unions économiques et monétaires auxquelles appartiennent les pays membres.

      Le Comité de direction est assisté par un Conseil Scientifique où siègent en particulier des représentants des utilisateurs, des organisations internationales et des universités.

      Qui finance AFRISTAT ?

      Un Fonds de capitalisation a été mis en place. Il a pour objectif de contribuer aux ressources d’AFRISTAT par l’utilisation des produits financiers dégagés par le placement judicieux de son capital. Ce dernier est ouvert aux Etats membres, aux nouveaux Etats africains qui adhèrent à l’institution et aux souscripteurs qui désirent apporter leur concours au développement des activités d’AFRISTAT. La gestion du Fonds est assurée par l’Agence française de développement (AFD).

      Le capital initial s’élèvait à 3,35 milliards de FCFA. Il était constitué des souscriptions des Etats membres fondateurs pour 1,85 milliards de FCFA et de la France à hauteur de 1,50 milliards de FCFA. La contribution par Etat s’élèvait à l’équivalent de 1 321 450 francs français.

      Le capital total initial a garanti pendant une première phase de 8 ans (1998-2005) le financement régulier des dépenses courantes (salaires du personnel, missions d’appui des experts dans les Etats membres, réunions des groupes d’experts, réunions statutaires, etc.).

      Le deuxième capital, en cours de constitution, s’élève à 9,18 milliards de francs CFA dont 6,56 milliards des Etats membres et 2,62 milliards de la France. Il devra garantir pendant une deuxième phase de 10 ans (2006-2015) le financement régulier des dépenses courantes (salaires du personnel, missions d’appui des experts dans les Etats membres, réunions des groupes d’experts, réunions statutaires, etc.).

      La phase d’installation d’AFRISTAT d’une durée deux ans a été financée par la France.

      L’Union européenne a financé un programme d’appui au cours de la période 1997-2000.

      Enfin le financement de projets de développement spécifiques (enquêtes harmonisées, test de méthodes nouvelles) peut faire l’objet de requêtes ad hoc soumises aux bailleurs de fonds.

    • Les organes de l’Observatoire Economique et Statistique d’Afrique Subsaharienne sont les suivants (article 8 du Traité) :

      Le Conseil des Ministres

      Le titre II du Traité (articles 9 à 17) définit les attributions et organise le travail du Conseil des Ministres. Un Règlement intérieur en fixe les modalités de fonctionnement.

      Le Conseil des Ministres est l’autorité suprême d’AFRISTAT.

      Chacun des Etats membres y est représenté par le ministre chargé des finances, ainsi que, si ce dernier n’assure pas la tutelle du service national de la statistique, par le ministre exerçant la tutelle de ce service. Chacun des Etats membres ne dispose toutefois que d’une voix dans les votes du Conseil.

      Les gouverneurs des Banques Centrales de chacune des zones assistent de plein droit, avec voix consultative, aux réunions du Conseil des Ministres, dès lors que des Etats membres de la zone monétaire qu’ils représentent sont devenus membres d’AFRISTAT.

      Assistent également, avec voix consultative, aux réunions du Conseil :

      • les représentants des organismes sous-régionaux d’intégration économique des pays membres d’AFRISTAT;
      • les représentants invités et dûment accrédités des institutions internationales ou des Etats avec lesquels AFRISTAT aura conclu un accord de coopération, et selon les modalités fixées par cet accord;
      • le Président du Comité de direction d’AFRISTAT;
      • le Directeur Général d’AFRISTATqui rapporte les affaires inscrites à l’ordre du jour.

      Le Conseil est présidé par un président élu ès-qualités pour un mandat de deux ans.

      Le Conseil des Ministres siège au moins une fois par an en marge de la réunion des ministres de l’économie et des finances des pays membres de la zone Franc.

      Le Conseil prend à la majorité de ses membres présents les décisions suivantes :

      • adoption des orientations à moyen terme du programme de travail de la Direction Générale, sur proposition du Comité de Direction après avis du Conseil Scientifique;
      • fixation ou modification du siège de la Direction Générale, sur proposition du Comité de Direction;
      • nomination et révocation éventuelle du Directeur Général, et du Directeur Général Adjoint, sur proposition du Comité de direction;
      • approbation du statut du personnel de la Direction Générale, sur proposition du Comité de Direction;
      • fixation de son règlement intérieur;
      • adoption de toute décision nécessaire à son fonctionnement.

      Toutefois, les décisions suivantes :

      • mise en oeuvre d’actions communes dépassant les compétences expressément dévolues à AFRISTAT par l’article 3 du traité,
      • adhésion à AFRISTAT d’un Etat d’Afrique subsaharienne ou de l’Océan Indien, conformément aux stipulations de l’article 5 du traité,
      • adoption des règlements visant à mettre en place dans les Etats membres des normes, des concepts ou des nomenclatures statistiques, prévus par l’article 7 du traité, qui lui seront transmis par le Comité de Direction après avis du Conseil scientifique,

      seront prises à l’unanimité des membres du Conseil présents ou représentés, l’abstention des membres présents ou représentés ne faisant pas obstacle à la manifestation de l’unanimité, sauf si le nombre des abstentions est supérieur à celui des votants.

      A compter du 1er janvier 2001, il sera mis en vigueur, une procédure de vote unique à la majorité qualifiée des deux tiers des membres présents ou dûment représentés, compte non tenu des abstentions.

      Le Comité de Direction

      La direction et la gestion d’AFRISTAT relèvent du Comité de direction (articles 18 à 25 du traité); le Règlement intérieur définit l’organisation de ses travaux.

      Chaque Etat membre d’AFRISTAT est représenté au Comité de direction par le responsable de son organisme central de statistique. Il dispose d’une voix délibérative.

      En outre, siègent au Comité avec voix consultative :

      • les directeurs chargés des études économiques des Banques centrales des Etats membres;
      • les représentants des organismes d’intégration économique des Etats membres;
      • le cas échéant une ou au plus deux personnalités ressortissant d’Etats membres d’AFRISTAT, cooptées par le Comité en raison de leur compétence;
      • les responsables des services de statistique des organisations internationales ou les représentants des services de statistique des Etats avec lesquels AFRISTAT aura conclu un accord de coopération, et selon les modalités fixées par cet accord;
      • le Directeur Général qui rapporte les affaires inscrites à l’ordre du jour.

      Le Comité est présidé par un membre élu ès-qualités parmi les responsables des organes centraux de statistique des pays membres pour un mandat de deux ans.

      Il se réunit au moins une fois par an sur convocation de son Président et chaque fois que de besoin à l’initiative de son Président ou sur demande d’au moins les deux tiers de ses membres.

      Le Comité prend à la majorité de ses membres présents ou dûment représentés les décisions suivantes :

      • adoption et transmission des propositions de textes et des documents soumis à la décision du Conseil des Ministres;
      • adoption et transmission au Conseil des Ministres des propositions de nomination ou de révocation du Directeur Général ou du Directeur Général Adjoint ; dans ce cas, le Comité peut décider de délibérer hors la présence du mandataire concerné;
      • adoption de l’organigramme d’AFRISTAT;
      • adoption du programme de travail annuel;
      • adoption du budget et arrêté des comptes annuels;
      • approbation des accords de coopération avec une organisation internationale ou un Etat tiers;
      • fixation de son règlement intérieur;
      • adoption de toute décision nécessaire à son fonctionnement.

      Le Conseil Scientifique

      Le Conseil scientifique est un organe consultatif du Comité de direction défini aux articles 26 à 32 du traité; un Règlement intérieur fixe l’organisation de ses travaux.

      Le Conseil scientifique comprend quatorze (14) membres :

      • deux représentants du Comité de Direction, membres de ce Comité;
      • deux représentants des utilisateurs des travaux d’AFRISTAT, choisis parmi les personnalités des milieux économiques et syndicaux des Etats membres d’AFRISTAT;
      • deux professeurs, spécialistes en sciences économiques ou sociales, exerçant dans des établissements d’enseignement supérieur des Etats membres d’AFRISTAT;
      • deux représentants des organismes d’intégration économique et monétaire des Etats membres de la Zone Franc;
      • deux représentants d’organisations internationales intéressées au développement de la statistique dans les Etats membres d’AFRISTAT;
      • deux personnalités qualifiées dans le domaine de la statistique et des études économiques ressortissant des Etats avec lesquels AFRISTAT aura passé des accords particuliers de coopération;
      • le directeur de la division de la statistique de la Commission Economique pour l’Afrique des Nations unies ou son représentant;
      • le directeur chargé des études économiques de la Banque Africaine de Développement ou son représentant.

      Les membres du Conseil scientifique sont désignés pour un mandat de quatre ans par le Président du Comité de Direction, sur proposition des membres du Comité.

      Le Directeur Général participe aux réunions du Conseil scientifique avec voix consultative et assure leur organisation.

      Le Conseil scientifique est présidé par un de ses membres choisi pour un mandat de deux ans.

      Le président du Conseil scientifique veille à la préparation des avis qui seront adoptés par le Conseil Scientifique et à leur transmission au Comité de Direction et au Conseil des Ministres.

      Le secrétariat est assuré par le Directeur Général.

      Le Conseil Scientifique se réunit une fois par an sur convocation de son président.

      Le Conseil Scientifique donne un avis sur toute question d’ordre scientifique ou méthodologique qui lui est transmise par le Président du Conseil des Ministres ou, par délégation du Président du Conseil des Ministres, par le Président du Comité de Direction.

      Le Conseil Scientifique émet par ailleurs un avis sur les orientations à moyen terme et le programme annuel de travail d’AFRISTAT, ainsi que sur les règlements transmis par le Comité de Direction au Conseil des Ministres.

      Il entend également le rapport annuel du Directeur Général sur les activités d’AFRISTAT.

      La Direction Générale

      AFRISTAT dispose d’une Direction Générale qui assure la gestion et le fonctionnement de l’institution. Son siège est à Bamako (Mali).

      Ses attributions sont définies aux articles 33 à 40 du traité. Le mode de fonctionnement et les procédures de gestion administrative et financière sont fixées par d’autres textes notamment le Règlement financier et comptable, le manuel des procédures administratives et comptables.

      La Direction Générale est dirigée par un Directeur Général, assisté par un Directeur Général Adjoint, tous deux nommés pour une période de quatre ans par le Conseil des Ministres sur proposition du Comité de Direction. Leurs mandats sont renouvelables une fois.

      Le Directeur Général est chargé de la gestion d’AFRISTAT, de l’exécution des projets et des missions qui lui sont confiés, de la préparation et du suivi de l’exécution des décisions soumises à l’approbation du Conseil des Ministres et du Comité de Direction.

      Les candidats à ces postes doivent être ressortissants des Etats membres ou des Etats avec lesquels AFRISTAT aura signé des accords particuliers de coopération.

      Le personnel d’AFRISTAT se compose :

      • d’experts pris en charge par le budget d’AFRISTAT;
      • d’experts pris en charge par des bailleurs de fonds multilatéraux ou bilatéraux et mis à la disposition d’AFRISTAT selon les modalités qui seront prévues par les accords passés entre AFRISTAT et ces bailleurs;
      • de personnels d’appui recrutés localement dans le pays du siège d’AFRISTAT, et qui sont également pris en charge par le budget d’AFRISTAT.

      Les experts pris en charge par le budget d’AFRISTAT sont recrutés et nommés à leurs fonctions par le Directeur Général, dans les limites autorisées par le budget annuel. Ils doivent être ressortissants des Etats membres ou des Etats avec lesquels AFRISTAT aura signé des accords particuliers de coopération.

      Les personnels d’appui sont recrutés localement dans le pays du siège et nommés par le Directeur Général dans les limites qui sont autorisées par le budget annuel d’AFRISTAT. Ils sont soumis à la législation et à la réglementation s’appliquant aux travailleurs du secteur privé de ce pays.


    • Traité portant création
      Accord de siège


      Traité portant création d’AFRISTAT

      Le Traité portant création d’AFRISTAT a été signé le 21 septembre 1993 à Abidjan par les ministres représentant les 14 pays africains membres de la Zone Franc.

      Il comporte les points suivants :

      • Préambule
      • Objectifs et dispositons générales
      • Comité de direction
      • Conseil scientifique
      • Ressources, budget, biens et avoirs
      • Accord de siège
      • Dispositions transitoires et diverses
      • Conseil des Ministres
      • Cessation des activités
      • La Direction Générale

      Pour télécharger le traité au format PDF, cliquez-ici.

      Préambule

      Le Gouvernement de la République du Bénin,
      Le Gouvernement du Burkina Faso,
      Le Gouvernement de la République du Cameroun,
      Le Gouvernement de la République Centrafricaine,
      Le Gouvernement de la République fédérale islamique des Comores,
      Le Gouvernement de la République du Congo,
      Le Gouvernement de la République de Côte d’Ivoire,
      Le Gouvernement de la République Gabonaise,
      Le Gouvernement de la République de Guinée Equatoriale,
      Le Gouvernement de la République du Mali,
      Le Gouvernement de la République du Niger,
      Le Gouvernement de la République du Sénégal,
      Le Gouvernement de la République du Tchad,
      Le Gouvernement de la République Togolaise,

      Conscients de la nécessité de disposer d’une information économique et sociale fiable et rapide pour prendre les décisions les plus pertinentes en vue de résoudre les problèmes économiques et financiers, et pour favoriser la connaissance mutuelle et les échanges en Afrique,

      Considérant que l’information économique et sociale doit pouvoir être accessible dans les meilleures conditions de coût et de délai à l’ensemble des agents économiques et sociaux et des citoyens,

      Soucieux de promouvoir la démocratisation de la vie publique et la libéralisation des marchés en Afrique,

      Conscients de la nécessité de fournir des informations objectives et homogènes aux pouvoirs publics de leurs pays ainsi qu’aux pays et aux organisations internationales intéressés par le développement économique et social de l’Afrique,

      Estimant qu’il est de leur intérêt commun de pouvoir élaborer des statistiques nationales comparables, à l’aide de nomenclatures et de concepts communs,

      Convaincus que l’harmonisation et la comparabilité des informations statistiques sont indispensables à toute action visant à promouvoir l’intégration économique et l’amélioration des échanges internationaux et donc le développement,

      Soucieux de veiller, chacun en ce qui le concerne, à la bonne affectation des ressources humaines pour la collecte, le traitement et la diffusion de l’information économique et sociale,

      Rappelant les dispositions et recommandations du Plan d’Action d’Addis-Abeba pour le développement de la statistique en Afrique dans les années 1990 adopté par la résolution 683 (XXV) du 19 mai 1990 de la vingt-cinquième session de la Commission Economique pour l’Afrique des Nations-Unies et souhaitant les mettre en oeuvre dans leur pays respectifs,

      Rappelant que la qualité et la pertinence de l’information statistique et la confiance que les utilisateurs lui accordent dépendent du respect des principes d’indépendance scientifique dans le choix des méthodes et des concepts mis en oeuvre, de la transparence des méthodes utilisées et de l’application du droit des agents économiques et des citoyens à accéder à toute l’information produite dans la limite du respect des règles du secret statistique et de la confidentialité des informations individuelles.

      Accord de siège entre le Gouvernement du MALI et AFRISTAT

      L’accord de siège entre le gouvernement de la République du Mali et AFRISTAT a été signé à Bamako, le 15 Octobre 1996 par Monsieur Dioncounda TRAORE, Ministre d’Etat, Ministre des Affaires Etrangères et des Maliens de l’Extérieur et Monsieur Lamine DIOP, Directeur Général d’AFRISTAT, respectivement.

      Il comporte les points suivants :

      • Préambule
      • Personnalité juridique
      • Biens- Avoirs-Fonds-Archives
      • Siège
      • Privilèges-Immunités
      • Facilités de communications
      • Dispositions finales
      • Réglements des différends

      Pour télécharger l’accord de siège au format PDF, cliquez-ici

      Préambule

      Le Gouvernement de la République du Mali
      (Ci-après désigné  » Le Gouvernement « ), d’une part
      et
      l’Observatoire Economique et Statistique d’Afrique Subsaharienne
      (Ci-après désigné  » AFRISTAT « ), d’autre part,

      Vu le Traité portant création d’un Observatoire Economique et Statistique d’Afrique Subsaharienne;

      Considérant la décision des Etats Membres d’AFRISTAT de fixer le Siège d’AFRISTAT à Bamako, en République du Mali;

      Désireux de régler par le présent Accord les questions relatives à l’établissement à Bamako du siège d’AFRISTAT et de définir en conséquence les privilèges et immunités d’AFRISTAT en République du Mali.

      Fait à Bamako, le 15 octobre 1996
      en deux exemplaires originaux en langue française

      Pour l’Observatoire Economique et Statistique d’Afrique Subsaharienne (AFRISTAT)

      Lamine DIOP

      Pour le Gouvernement de la République du Mali
      Le Ministre d’Etat, Ministre des Affaires Etrangères et des Maliens de l’ExtérieurDioncounda TRAORE


    • Organisation
      Chapitre 1er: De l’organigramme des services de la Direction générale
      Chapitre 2: Du Service administratif et financier
      Chapitre 3: Des départements techniques
      Chapitre 4: Des dispositions diverses
      Les postes d’experts
      Le personnel administratif et technique


      Organisation de la Direction Générale

      DECISION N° CD/04/2005 DU 26 OCTOBRE 2005 PORTANT REORGANISATION DES SERVICES DE LA DIRECTION GENERALE D’AFRISTAT

      Le Comité de direction, réuni en sa douzième session tenue du 24 au 26 octobre 2005 à Bamako,

      Vu le Traité portant création d’un Observatoire Economique et Statistique d’Afrique Subsaharienne (AFRISTAT), signé à Abidjan le 21 septembre 1993,
      Vu le Règlement intérieur du Conseil des Ministres d’AFRISTAT,
      Vu le Règlement intérieur du Comité de direction d’AFRISTAT,
      Vu le Règlement intérieur du Conseil scientifique d’AFRISTAT,
      Vu le Statut du personnel de la Direction générale d’AFRISTAT,
      Vu le Règlement financier et comptable d’AFRISTAT,

      Sur proposition du Directeur Général,

      Décide :

      Chapitre 1er: De l’organigramme des services de la Direction générale

      Article 1. Les attributions du Directeur Général sont celles définies par les textes sus-visés. Il est assisté par un Directeur Général Adjoint dans l’accomplissement de ses attributions. Le Directeur Général et le Directeur Général Adjoint disposent, chacun, d’un secrétariat.

      Article 2. Les services de la Direction générale d’AFRISTAT comprennent un service administratif et financier (SAF) et quatre départements techniques qui sont :

      • le Département des appuis stratégiques et de la diffusion (DASD);
      • le Département des statistiques sociales et des stratégies de réduction de la pauvreté (DSSRP);
      • le Département des études et synthèses économiques (DESE);
      • le Centre de recherche appliquée d’AFRISTAT (CERA).

      Chapitre 2: Du Service administratif et financier

      Article 3. Le Service administratif et financier a pour attributions d’assister le Directeur Général dans :

      • la gestion des biens meubles et immeubles, corporels et incorporels, et des deniers conformément aux règlements en vigueur d’AFRISTAT;
      • la gestion de ressources humaines conformément au statut du personnel sus-visé;
      • la conduite de toute étude tendant à l’amélioration des règles et procédures de gestion.

      Article 4. Placé sous la responsabilité d’un chef de service, le SAF comprend :

      • la Section des affaires administratives;
      • la Section du suivi de l’exécution budgétaire;
      • la Section de la comptabilité.

      (a) Section des affaires administratives

      Placée sous la responsabilité d’un chef de section, la Section des affaires administratives est chargée des questions d’ordre administratif et logistique, notamment :

      • le suivi de la gestion du personnel;
      • la logistique et le suivi de la gestion des biens meubles et immeubles;
      • les approvisionnements;
      • l’organisation des voyages et missions;
      • le suivi au quotidien de l’entretien et du gardiennage des locaux.

      (b) Section du suivi de l’exécution budgétaire

      Placée sous la responsabilité d’un chef de section, la Section du suivi de l’exécution budgétaire est chargée :

      • du contrôle interne de l’exécution du budget en collaboration avec la Section de la comptabilité;
      • du suivi de l’exécution financière des projets et contrats financés par les partenaires et mis en œuvre par AFRISTAT;
      • des inventaires et de l’enregistrement des nouvelles acquisitions dans le fichier des immobilisations;
      • de l’organisation des séminaires initiés par AFRISTAT en collaboration avec les experts concernés et la Section des affaires administratives.

      (c) Section de la comptabilité

      Placée sous la responsabilité d’un chef de section, la Section de la comptabilité est chargée :

      • de la tenue de la comptabilité;
      • des paiements ordonnés par le Directeur Général;
      • du suivi des relations avec les banques et des mouvements des comptes bancaires d’AFRISTAT.

      Chapitre 3: Des départements techniques

      Article 5. Placé sous la responsabilité d’un coordonnateur, le Département des appuis stratégiques et de la diffusion est chargé :

      • d’apporter des appuis institutionnels aux Etats membres, notamment en matière d’élaboration de stratégies de développement de la statistique;
      • de mettre en œuvre la politique informatique de la Direction générale, notamment en matière de veille technologique;
      • de mettre en œuvre la stratégie de communication de la Direction générale;
      • d’aider les Etats membres d’AFRISTAT à renforcer leurs capacités dans les domaines du traitement automatisé des données, de la documentation et des publications;
      • de contribuer à l’amélioration de la diffusion et de l’utilisation de l’information statistique dans les Etats membres en aidant ceux-ci à mettre en place des banques de données nationales accessibles aux différents agents économiques et sociaux;
      • de mettre en place et de gérer, au sein de la Direction générale, des banques de données accessibles aux différents agents économiques et sociaux de la région;
      • d’assurer la coordination matérielle de l’élaboration des publications éditées par AFRISTAT en collaboration avec le Service administratif et financier.

      Le Département des appuis stratégiques et de la diffusion comprend un centre de documentation et de publications. Sous la responsabilité d’un chef de centre, le Centre de documentation et de publications est chargé :

      • de la gestion des ouvrages produits ou acquis par AFRISTAT ainsi que de la bibliothèque;
      • du suivi du processus de fabrication des publications éditées par AFRISTAT et des relations avec ses partenaires dans ce domaine.

      Article 6. Placé sous la responsabilité d’un coordonnateur, le Département des statistiques sociales et des stratégies de réduction de la pauvreté est chargé d’aider les Etats membres à :

      • développer, améliorer et harmoniser les méthodes et outils de collecte, de traitement et d’analyse des statistiques démographiques et sociales, notamment les statistiques de l’éducation, de la santé, du travail, et celles relatives au développement rural et à l’environnement;
      • développer des systèmes d’information pour les stratégies de réduction de la pauvreté et la mise en œuvre des Objectifs du millénaire pour le développement.

      Article 7. Placé sous la responsabilité d’un coordonnateur, le Département des études et synthèses économiques est chargé d’aider les Etats membres d’AFRISTAT à :

      • développer, améliorer et harmoniser les méthodes et outils de collecte, de traitement et d’analyse des statistiques économiques;
      • développer, à partir de méthodologies communes, leurs systèmes de comptabilité nationale;
      • renforcer leurs capacités dans les domaines de la modélisation, des analyses et synthèses macro-économiques.

      Article 8. Placé sous la responsabilité d’un chef de centre, le Centre de recherche appliquée a pour principal objectif de renforcer la mission d’AFRISTAT en matière d’appui à la conception, à la mise en œuvre, au suivi et à l’évaluation de l’impact des politiques de développement, notamment dans les domaines (i) du renforcement institutionnel et de la diffusion de l’information statistique, (ii) des statistiques nécessaires au suivi des conditions de vie des ménages et de la pauvreté, et des statistiques de développement rural, et (iii) des études et synthèses macroéconomiques.

      Article 9. Chaque département technique peut entreprendre toute étude se rapportant aux questions relevant de son domaine de compétence. Il initie des programmes de formation continue des cadres des Etats membres. Il assure le suivi régulier des relations de partenariat qu’AFRISTAT entretient avec les organisations internationales, régionales, sous-régionales et nationales dont les compétences couvrent l’ensemble de son domaine.

      Chapitre 4: Des dispositions diverses

      Article 10. Dans la limite des disponibilités budgétaires et sous réserve des conventions et accords particuliers signés avec les partenaires techniques et financiers, le Directeur Général pourvoit les différents services en effectif d’agents suffisant. Il désigne dans les mêmes conditions les coordonnateurs de département technique, le Chef du SAF, les chefs de section et le chef du Centre de documentation et de publications.

      Article 11. Le Directeur Général d’AFRISTAT est chargé de l’application de la présente décision qui entre en vigueur à compter du 1er janvier 2006 et abroge les dispositions de la Décision portant organisation des services de la Direction générale d’AFRISTAT signée en date du 13 novembre 1997.

      Fait à Bamako, le 27 octobre 2005
      P/Le Président du Comité de direction d’AFRISTAT

      Paul-Henri NGUEMA MEYE
      Directeur Général Adjoint
      Direction Générale de la Statistique et des
      Etudes Economiques du Gabon

      LES POSTES D’EXPERTS

      Le Directeur Général

      L’article 36 du Traité dispose que le Directeur Général est chargé de la gestion d’AFRISTAT, de l’exécution des projets et des missions qui lui sont confiées, de la préparation et du suivi de l’exécution des décisions soumises à l’approbation du Conseil des Ministres et du Comité de Direction.

      Le Directeur Général Adjoint

      Il assiste le Directeur Général dans l’accomplissement de ses missions (article 36 du traité).

      Les experts en comptabilité nationale

      Sous la responsabilité du Directeur Général, les experts en comptabilité nationale sont chargés de poursuivre les actions de formation en comptabilité nationale des cadres des pays membres sous les formes retenues, notamment le SCN 93. A ce titre, ils suivent le développement du logiciel ERETES en liaison avec les parties prenantes au projet; il s participent à l’implantation du module dans les Etats membres qui en feraient la demande; ils suivent le projet d’harmonisation des nomenclatures dans les pays membres ; ils apportent des appuis ponctuels aux instituts nationaux de statistique dans le domaine de la comptabilité nationale.

      Le macroéconomiste

      Sous la responsabilité du Directeur Général, le macro-économiste a pour tâches :

      • d’identifier et de coordonner la mise en œuvre des activités visant au développement des travaux de conjoncture et de modélisation dans les Etats membres et à leur harmonisation au niveau régional;
      • d’effectuer des travaux d’analyse et de synthèse sur les Etats membres;
      • de contribuer à l’organisation de la formation permanente en études économiques pour les Etats membres.

      Le titulaire du poste doit en particulier proposer à l’ensemble des pays membres la définition et la mise en place d’indicateurs macro-économiques et de tableaux de bord pour le suivi de l’activité économique au niveau national et sous-régional.

      Il devra également répondre aux demandes d’assistance ponctuelle des Etats membres dans son domaine de compétence.

      Le statisticien du secteur productif

      Sous la responsabilité du Directeur Général, le statisticien d’entreprises a pour tâches :

      • d’établir un bilan de l’existant en matière de statistique d’entreprises dans les Etats membres d’AFRISTAT (état des sources et bilan des études menées);
      • de proposer une démarche pilote de production d’informations statistiques sur le domaine des petites et moyennes entreprises, qui viendrait en complément des opérations existant sur les grandes entreprises et sur le secteur informel;
      • d’initialiser la réalisation d’une publication annuelle sur la situation des entreprises dans les Etats membres;
      • d’apporter à leur demande son appui aux instituts nationaux de statistique des Etats membres dans le domaine des statistiques d’entreprises.

      Le statisticien spécialiste des enquêtes auprès des ménages

      Sous la responsabilité du Directeur Général, l’expert en enquêtes auprès des ménages a pour tâches :

      • de proposer des méthodes applicables à l’ensemble des Etats membres pour la définition et la mise en place d’un dispositif de collecte d’informations auprès des ménages, notamment dans le domaine des enquêtes sur les budgets et la consommation des ménages ainsi que sur la pauvreté et la vulnérabilité des groupes sociaux;
      • d’apporter à leur demande, son appui aux services nationaux de statistique des Etats membres dans son domaine de compétence;
      • d’assurer la formation permanente des experts nationaux.

      Le statisticien spécialiste des statistiques agricoles

      Sous la responsabilité du Directeur Général, l’expert en statistiques agricoles a pour tâches :

      • de proposer et/ou faire appliquer des méthodes de collecte et d’analyse des statistiques dans les domaines agricole, alimentaire et environnemental;
      • d’apporter, à leur demande, son appui aux services nationaux concernés des Etats membres dans le domaine de sa compétence;
      • de contribuer à la formation permanente des experts nationaux dans son domaine de compétence.

      Le statisticien économiste spécialiste du secteur informel

      Sous la responsabilité du Directeur Général, le spécialiste du secteur informel a pour tâches :

      • de proposer, en collaboration avec les autres experts notamment le spécialiste en enquêtes auprès des ménages et les comptables nationaux, les méthodes applicables à l’ensemble des Etats membres pour la définition et la mise en place d’un dispositif de collecte des informations appropriées sur le secteur informel et sur la pauvreté;
      • d’apporter, à leur demande, son appui au services nationaux de statistique des Etats membres dans son domaine de compétence.

      Le statisticien spécialiste de l’analyse des conditions de vie des ménages et de la pauvreté

      Sous la responsabilité du Directeur Général, l’expert en analyse des conditions de vie des ménages et de la pauvreté a pour tâches :

      • de proposer des cadres méthodologiques pour l’analyse des conditions de vie des ménages et de la pauvreté, applicables à l’ensemble des Etats membres;
      • d’apporter à leur demande, son appui aux services nationaux de statistique des Etats membres ainsi qu’aux structures officielles ayant en charge l’étude des questions de pauvreté dans son domaine de compétence;
      • d’assurer la formation permanente des experts nationaux.

      L’ expert en statistiques sociales

      Les experts en suivi et évaluation des DSRP/OMD

      L’expert en statistiques de l’emploi.

      Les statisticiens informaticiens

      Sous la responsabilité du Directeur Général, les experts statisticien s informaticiens ont pour tâches :

      • de faire l’inventaire des méthodes et outils informatiques utilisés par les services nationaux de statistique des Etats membres;
      • d’aider à la mise en place des outils informatiques permettant notamment de répondre aux besoins d’information des décideurs nationaux;
      • de mettre en place et gérer des bases de données régionales;
      • d’apporter, à leur demande, leur appui aux services nationaux de statistique des Etats membres dans leur domaine de compétence;
      • d’assurer la formation des experts nationaux aux outils informatiques développés et à leur maintenance.

      Le Personnel Administratif et Technique

      Le personnel administratif et technique comprend douze (12) personnes dont un chef du service administratif et financier et un chef du centre de documentation et des publications.

      Ces deux derniers postes sont respectivement occupés par M. Soumaïla DIARRA et Mme BOUKENEM Fatima DIALLO.


    • {jumi [./components/com_jumi/files/contenu/pres_anciens.php]}

PSTA

Programme Stratégique de Travail d’AFRISTAT 2017-2021

Télécharger le PSTA 2017-2021 ou le PSTA en 10 points

Le Programme stratégique de travail d’AFRISTAT 2017-2021 (PSTA 2017-2021) est le troisième de la série des programmes de travail de moyen terme de l’Observatoire économique et statistique d’Afrique subsaharienne élaboré suivant les principes de la planification stratégique et de la gestion axée sur les résultats. Il est l’instrument privilégié pour la programmation des activités statistiques.

Le Conseil des Ministres se réjouit de l’élaboration de ce guide précieux qui constitue un facteur favorable à la poursuite de la dissémination de la culture de résultat et de la pratique de la programmation statistique au sein des Etats membres d’AFRISTAT, avec un impact positif sur la gouvernance des Instituts nationaux de statistique.

En outre, le Conseil des Ministres note avec satisfaction l’appui appréciable que notre organisation commune apporte aux Etats membres pour renforcer leur capacité en matière de production statistique en vue de répondre aux besoins en statistiques requises dans le processus d’élaboration des projets, programmes et politiques de développement et pour la prise de décision.

Enfin le Conseil des Ministres félicite la Direction d’AFRISTAT et l’encourage à poursuivre ses efforts afin de maintenir sa référence de centre d’excellence en statistique en Afrique et pourquoi pas au-delà, par son rayonnement sur le plan international. Sur ce registre, AFRISTAT ne lésinera pas sur les moyens pour intensifier ses actions de communication et de développement du volet «Observatoire».

Le PSTA 2017-2021 devra y contribuer. Le Conseil des Ministres s’emploiera pour accompagner l’Observatoire en mettant à sa disposition les moyens nécessaires à travers la mobilisation des ressources financières pour le Fonds AFRISTAT 2016-2025.

Téléchargements disponibles:

PSTA 2011-2015

PSTA 2006-2011

The 2017-2021 AFRISTAT Strategic Work Program

Download the 2017-2021 ASWP or the ASWP in 10 points

The 2017-2021 AFRISTAT Strategic Work Program (ASWP 2017-2021) is the third in the series of medium-term work program of the Economic and Statistical Observatory for Sub-Saharan Africa, prepared in accordance with strategic planning and results-based management principles. It is the instrument of choice for programming statistical activities.

The Council of Ministers welcomes the preparation of this valuable guide as a positive factor for enhanced dissemination of the results-based culture and statistical programming practice in AFRISTAT Member States, with a positive impact on the governance of National Institutes of Statistics.

In addition, the Council of Ministers commends the significant support given by our common organization to Member States to strengthen their statistical production capacity so as to meet statistical needs in the preparation of development projects, programs and policies, as well as for decision-making.

Finally, the Council of Ministers congratulates AFRISTAT Management and encourages it to maintain its reference as a centre of excellence in statistics in Africa and even beyond, through its international influence. In this regard, AFRISTAT should leave no stone unturned to intensify its communication and development actions of the « Observatory » component.

ASWP 2017-2021 will contribute to that initiative. The Council of Ministers will continue to support the Observatory by providing it with the required resources by mobilizing financial resources for the 2016-2025 AFRISTAT Fund.

Available downloads:

2006-2011 ASWP

Vous pouvez télécharger le PSTA 2006-2010, en <!-a href= »/contenu/pdf/afristat/psta2006-2010_fr.pdf » target= »_blank »>cliquant ici (ou la version anglaise ici). Il est également possible de consulter la version en ligne du PSTA.

{jumi [components/com_jumi/files/contenu/psta_annuel.php]}


[1] AFRISTAT compte aujourd’hui 19 Etats membres : 14 Etats fondateurs (Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Centrafrique, Comores, Congo, Côte d’Ivoire, Gabon, Guinée Equatoriale, Mali, Niger, Sénégal, Tchad et Togo) et 5 Etats ayant adhéré depuis le démarrage des activités (Cap-Vert, Guinée, Guinée-Bissau, Mauritanie et Burundi).
[2] Cf. Xavier Charoy (2004), .
[3] John P. Watson, Graham White, Christine Spanneut, Jean-Michel Emprou (2003), Bilan-évaluation d’AFRISTAT, The European Commission EUROSTAT Unit C-3

Organigramme

Le Comité de direction, lors de sa session d’octobre 2005, a adopté le Programme stratégique de travail d’AFRISTAT (2006-2010) et son plan d’action. Pour accompagner la Direction générale dans la mise en œuvre de ce programme, il a approuvé son organigramme.

Ainsi, la Direction générale comprend, outre le cabinet du Directeur Général, un Service administratif et financier et quatre départements techniques.

AFRISTAT est donc structurée de la façon suivante:



    • La Direction générale

      Les attributions du Directeur Général sont celles définies par les textes sus-visés. Il est assisté par un Directeur Général Adjoint dans l’accomplissement de ses attributions. Le Directeur Général et le Directeur Général Adjoint disposent, chacun, d’un secrétariat.

      Les services de la Direction générale d’AFRISTAT comprennent un service administratif et financier (SAF) et quatre départements techniques qui sont:

      1. le Département des appuis stratégiques et de la diffusion (DASD);
      2. le Département des statistiques sociales et des stratégies de réduction de la pauvreté (DSSRP);
      3. le Département des études et synthèses économiques (DESE);
      4. le Centre de recherche appliquée d’AFRISTAT (CERA).


    • Centre de recherche appliquée et d’analyse

      Placé sous la responsabilité d’un Coordinateur, le Centre de recherche appliquée et d’analyse d’AFRISTAT a pour objectif général de renforcer la mission d’AFRISTAT en matière d’appui à la conception, à la mise en oeuvre, au suivi et à l’évaluation de l’impact des politiques de développement. Le CERA a pour objectifs spécifiques de:

      1. développer les méthodologies dans le domaine statistique et poursuivre les programmes d’enquêtes réalisées ou en cours,
      2. mener des activités d’analyse et de recherche appliquée centrées sur les enquêtes ménages, avec des élargissements dans le domaine de la prévision,
      3. mener des actions de renforcement des capacités au bénéfice d’AFRISTAT, des instituts nationaux de statistique et des écoles de statistique
      4. procéder à des échanges et à une valorisation des résultats obtenus à travers des publications, des communications, d’accueil de chercheurs, etc. dans un but d’insertion dans la communauté scientifique (économique et statistique) internationale.

      Les travaux du CERA réalisés dans le cadre du Programme stratégique de travail pour la période 2006-2010 sont regroupés autour de deux axes principaux:

      1. Analyse des marchés de l’emploi et de la pauvreté
      2. Evaluation des politiques publiques et l’analyse des tendances socio-économiques de long terme

      D’autres activités ont également été menées par le CERA:

        1. Encadrement
        2. Formation
        3. Appel à projets de recherche

       

      1. Communications

      Analyse des marchés de l’emploi et de la pauvreté

      1. La Mesure de la pauvreté dans les Etats membres d’AFRISTAT

      L’étude relative au bilan diagnostic des méthodes de mesure de la pauvreté dans les États membres d’AFRISTAT a donné naissance à un document intitulé « Méthodologie d’élaboration de la ligne de pauvreté sur une base harmonisée: bilan dans les États membres d’AFRISTAT ». Ce document (i) fait le point sur la pratique des États en matière de mesure de la pauvreté; (ii) justifie la pertinence de la méthode des coûts des besoins essentiels ; (iii) analyse la pertinence des choix techniques adoptés et caractérise leurs insuffisances ; (iv) propose des éléments d’améliorations de la mesure de la pauvreté. Il sera validé lors de l’atelier régional sur la mesure de la ligne de pauvreté dans les États membres d’AFRISTAT, qui se déroulera à Bamako du 16 au 19 Juin 2008

      Tirant profit de ce document, une note méthodologique intitulée « Note pour l’analyse de la pauvreté pour des perspectives de comparaison régionale : proposition méthodologique », a été préparée, à partir des données des enquêtes 1-2-3 du PARSTAT. Le CERA a également encadré différents travaux sur la mesure de la pauvreté (voir rubrique Encadrement).

      Ces documents ont été présentés lors du 12ème Conseil scientifique et du 16ème Comité de Direction dont les recommandations ont conduit à l’organisation de l’atelier de juin. Ces travaux devront permettre d’adopter une méthodologie d’analyse régionale de la pauvreté et de cartographie de la pauvreté. A la suite de l’atelier régional sur la mesure de la ligne de pauvreté, les documents seront publiés sur le site d’AFRISTAT.

      2. Vulnérabilité et revenus du travail

      Un travail sur la vulnérabilité de l’emploi et les revenus dans sept capitales économiques de l’UEMOA a été entamé par P. Bocquier, C. Nordman et A. Vescovo. Il s’agit de vérifier l’hypothèse de salaires compensatoires, c’est-à-dire l’hypothèse que des travailleurs vulnérables soient mieux rémunérés que des travailleurs non vulnérables. Il peut exister une incitation à exercer un emploi vulnérable, si les individus préfèrent un revenu plus élevé et immédiat plutôt qu’un revenu moindre mais stable. Ces mécanismes compensatoires s’exercent différemment dans les secteurs privés formel et informel. L’article permet de mettre en évidence la vulnérabilité dans le secteur privé formel.

      Cet article permet de jeter un regard critique sur la segmentation du marché du travail selon le secteur institutionnel défini par les critères de la 14ème CIST, et d’aborder plusieurs formes de vulnérabilité des travailleurs. Il sera publié en 2008 dans un ouvrage collectif sur les marchés de l’emploi en Afrique de l’ouest coordonné par Ph. De Vreyer et F. Roubaud (DIAL).

      3. Mesure du secteur informel

      Dans le cadre de l’amélioration de la méthodologie de mesure du secteur informel, un article intitulé « Mesure du secteur informel: Sensibilité aux non-réponses et validation d’une imputation probabiliste » à paraître dans STATECO a été rédigé par A. Vescovo, P. Bocquier et C. Torelli (DIAL). Il porte sur la sensibilité des indicateurs au traitement des données et sur l’imputation probabiliste des non-réponses à partir des enquêtes 1-2-3 des pays de l’UEMOA et permet de corriger les taux d’emploi dans le secteur informel précédemment publiés. Une synthèse de cet article a été publiée dans la Lettre d’AFRISTAT n°41. L’application de la méthode d’imputation a également abouti à la création d’une commande Stata, bientôt disponible sur cette page.

      Par soucis de cohérence et de clarté, cet article n’aborde pas les questions de définition du secteur informel. Cependant, la réflexion est en cours pour une meilleure caractérisation des emplois le constituant et des méthodes de mesure plus opérationnelles.

      4. Qualité des plans de sondage des enquêtes emploi

      Le CERA (A. Vescovo) et le DSSRP (E. Ouedraogo) ont entamé des travaux méthodologiques sur la qualité des plans de sondage des enquêtes 1-2-3 du projet PARSTAT. Ces travaux ont mis en lumière la difficulté à centraliser les documents techniques des enquêtes et les lacunes informatives. Malgré ces freins, la qualité des plans de sondages de la phase 1 des enquêtes 1-2-3 (Emploi, chômage et conditions d’activité) a pu être évaluée et des recommandations ont été faites.

      Ce travail a fait l’objet d’une communication présentée au Ve Colloque Francophone sur les Sondages de 2007 à Marseille (dont la version complète sera publiée dans le livre des actes du colloque, à paraître prochainement aux éditions Dunod). Il est également à la base d’un article soumis à la revue Statéco, à paraître dans le numéro 102, et de l’article de fond de la Lettre d’AFRISTAT n°44.

      Evaluation des politiques publiques et l’analyse des tendances socio-économiques de long terme

      1. Le programme FEEPASSA (Formation à l’Evaluation d’impact et à l’analyse de l’Emploi et de la Pauvreté en Afrique Sub-SAharienne)

      Le programme FEEPASSA est un programme de formation à l’évaluation d’impact des politiques publiques et à l’analyse des marchés du travail et de la pauvreté, initié en 2007. Il a pour but de développer, au sein des Écoles statistiques africaines (ESA) et d’AFRISTAT, une expertise sur ces thèmes pour qu’ensuite cette expertise soit transmise dans les systèmes statistiques nationaux et auprès des élèves des ESA. Pour chacun des trois thèmes retenus (évaluation d’impact, analyse de l’emploi et analyse de la pauvreté), les objectifs spécifiques sont de:
      – présenter les concepts et les outils statistiques et économétriques récents,
      – mettre en application ces outils par des exercices sur des enquêtes auprès des ménages disponibles et d’études de cas
      – formuler un module d’enseignement adapté à la formation initiale.

      Un premier séminaire de formation à l’évaluation ex-post d’impact de politiques publiques s’est tenu en janvier 2007 sur financement de l’Institut de Recherche pour le Développement, afin d’assimiler les concepts et méthodes de l’évaluation. La rédaction de travaux de recherche appliquant les méthodes étudiées est nécessaire pour l’assimilation des techniques et leur retransmission aux élèves des ESA.

      Le programme FEEPASSA s’est malheureusement interrompu, faute de financement.

      2. Le projet INIPSA au Bénin

      Initié en 2004, le projet INIPSA (Impact du soutien Nutritionnel Intégré pour les Patients Sous traitement Antirétroviral) a pour objectif d’évaluer l’impact de l’intégration d’un volet de soutien nutritionnel et de retour à l’autonomie dans la prise en charge des malades, en comparaison des interventions non-intégrées existantes.

      La méthodologie de l’étude a été définie et la formation des enquêteurs ainsi que la collecte des données ont commencé en juin 2007. Un examen attentif de l’intervention en octobre 2007, a montré que le protocole d’aide alimentaire et d’éducation nutritionnelle n’avait pas été respecté dans le groupe d’intervention. En conséquence, le comité de pilotage du projet INIPSA a décidé de suspendre le projet (et la collecte des données).

      3. Le projet APTEDA

      Dans le cadre de la recherche de financement, un programme d’Analyse et projections des tendances économiques et démographiques de long terme en Afrique sub-saharienne (APTEDA) a été rédigé. L’objectif de ce programme est d’étudier l’évolution du lien causal entre les facteurs démographiques et la scolarisation, la participation au marché du travail, l’orientation entre les secteurs d’activité et le niveau de vie, selon le genre et la génération en Afrique subsaharienne. Pour chacune des analyses, les tendances observées seront projetées afin d’étudier le caractère réalisable ou non des objectifs du millénaire relatifs à la réduction de la pauvreté, de la mortalité, des inégalités de genre et du chômage des jeunes et de déterminer sous quelles conditions ils peuvent être atteints. Les relations entre variables démographiques et économiques seront identifiées par le traitement de plus de 70 enquêtes existantes, depuis les années 1980 dans 10 pays membres d’AFRISTAT.

      Suite au projet IDF et à la préparation du projet APTEDA, une base de données d’enquêtes menées depuis les années 1980 est en cours de constitution à AFRISTAT. Sur environ 400 enquêtes identifiées dans tous les pays membres, une centaine a été récupérée. AFRISTAT recherche actuellement des financements pour mener les analyses sur ces données dans le cadre du projet APTEDA.

      4. Méthodologie d’analyse des réseaux d’échanges commerciaux

      Des travaux méthodologiques sur l’analyse des réseaux d’échanges commerciaux ont été entamés en 2006, dans le cadre du stage long de J.N. Senne (ENSAE 2007, APE 2007) dont le rapport s’intitule « Une nouvelle méthodologie pour l’analyse des réseaux d’échanges commerciaux ». Ces travaux ont fait l’objet d’une communication aux VIIèmes Journées Scientifiques du réseau AUF en septembre 2006.

      Ces travaux se poursuivent sur les données de ComTrade pour un article de P. Bocquier et J.N. Senne prévu en 2008.

      Encadrement

      Aude Vescovo a soutenu en 2007 son mémoire de Master d’Analyse et Politique Économique, sous la direction de D. Cogneau (DIAL), intitulé « La mesure des revenus et du niveau de vie des ménages: cohérence interne des enquêtes 1-2-3 de sept capitales économiques de l’UEMOA« . Ce travail permet de juger de la qualité de la mesure de la pauvreté et des inégalités par les revenus et de la comparer à celle effectuée par la consommation. Il teste donc certaines options méthodologiques recueillies dans le bilan diagnostic des méthodes de mesure de la pauvreté dans les États membres d’AFRISTAT. Il permet également d’étudier les incohérences entre les phases des enquêtes 1-2-3, et de déceler des problèmes méthodologiques spécifiques à chaque capitale.

      Sidiki Guindo a soutenu en 2008 son mémoire de stage d’Ingénieur Statisticien Économiste de l’ENSEA (Abidjan), intitulé « Analyse de la qualité et de la sensibilité des indicateurs de pauvreté et d’inégalité« . Son stage s’est déroulé sous la direction de S. Coulibaly. Ce travail a permis de tester l’impact de différents choix techniques sur la mesure de la pauvreté.

      Jean-Nöel Senne a soutenu en 2006 son mémoire de stage de Statisticien Economiste de l’ENSAE (Paris), intitulé « Une nouvelle méthodologie pour l’analyse des réseaux d’échanges commerciaux« . Son stage s’est déroulé sous la direction de Ph. Bocquier.

      Maël Theulière a soutenu en 2006 son mémoire de stage de Statisticien Economiste de l’ENSAE (Paris), intitulé « Méthodologie d’évaluation ex ante des politiques publiques de réduction des inégalités et de la pauvreté: application des outils de microsimulation à des données d’enquêtes ». Son stage s’est déroulé sous la Direction de S. Coulibaly.

      Formation

      Techniques de mesure et d’analyse de la pauvreté dans les Etats membres d’AFRISTAT (S. Coulibaly): support de cours pour les élèves ingénieurs statisticiens économistes de l’ENSEA, 11-16 juin 2006

      Enquêtes auprès des ménages pour l’évaluation de la pauvreté dans les Etats d’Afrique subsaharienne (S. Coulibaly, O. Koriko): Outils et méthodes, Cefil, du 26 juin au 07 juillet 2006, Libourne

      Mesure de la pauvreté au Mali (S. Coulibaly): Cette formation a consisté en un atelier au bénéfice de la DNSI, de la Cellule CSLP et de l’ODHD et s’est tenue les 11 et 12 octobre 2006, au centre Aoua Keita. Il a permis de mettre en évidence, les insuffisances de l’approche de la mesure de la pauvreté au Mali et de proposer une façon d’y remédier.

      Évaluation ex-post d’impact de politiques publiques (C. Nordman et A.S. Robilliard, DIAL). Ce séminaire s’est tenu du 22 au 26 janvier 2007 sur financement de l’Institut de Recherche pour le Développement, au bénéfice des enseignants-chercheurs de l’ENSEA (Abidjan), de l’ISSEA (Yaoundé), et des experts d’AFRISTAT. Malgré le fait que certains pré-requis d’économétrie ne soient pas maîtrisés par tous les participants, les concepts et méthodes de l’évaluation ont été assimilés. La formation assurée a aussi permis aux participants ne connaissant pas Stata d’en acquérir rapidement les bases et d’implémenter les méthodes présentées.

      Initiation à Stata (A. Vescovo): Le programme PRIME Mali a pour objectif le renforcement des capacités des acteurs nationaux impliqués dans la stratégie de réduction de la pauvreté. Prime Mali a organisé une formation au logiciel Stata du 07 au 11 avril 2008 pour une quinzaine de participants de la DNSI, de la DNP et de la DNPD. Les exercices et leur correction peuvent être demandés par courrier électronique.Cours d’initiation à Stata (A. Vescovo)

      Appel à projets de recherche

      Sur l’ensemble des projets de recherche soumis en 2007 au CERA (modèle de document de projet) par des personnes ressources des Etats membres ou des partenaires techniques d’AFRISTAT, quatre ont été retenus comme répondants aux priorités d’AFRISTAT. Malheureusement, les contraintes de financement n’ont pas permis de mettre en place de façon opérationnelle, un véritable programme d’échange entre experts. Les projets retenus ont été améliorés suite aux observations du CERA mais sont encore à l’état de projet.

      Communications

      1. Bocquier, Ph., New Forecasting Methods – What Principles Should Guide Us Séminaire Rethinking the Estimation and Projection of Urban and City Populations, Division de la Population des NU, Université de Columbia et UIESP, 2006, New York.
      2. Bocquier, Ph., Démographie et pauvreté, 6e Forum de Bamako « Quelle Afrique en 2025 », séance Santé et démographie, IHEM-Université Paris1, 2006, Bamako.
      3. Bocquier Ph., J.-N. Senne, A new methodology for the analysis of exchange networks, VIIe Journées scientifiques du réseau AUF ‘Institutions, développement économique et transition’, DIAL, AUF, PEP, IRD, 2006, Paris.
      4. Bocquier Ph., Coulibaly S., Dynamisation de la fonction Observatoire d’AFRISTAT, 12ème session du Comité scientifique d’AFRISTAT, 04 au 06 octobre 2006
      5. Coulibaly S., Mesure du secteur informel dans les Etats d’Afrique subsaharienne, première réunion de la Commission africaine de statistique, Addis Abeba, du 20-24 janvier 2008
      6. Ouédraogo E. et A. Vescovo, Effet du plan de sondage dans les enquêtes emplois: les enquêtes 123 en Afrique de l’Ouest, Ve Colloque Francophone sur les Sondages, 2007, Marseille
      7. Bocquier, Ph. Evaluation de l’impact du soutien nutritionnel intégré pour les patients sous traitement antirétroviral au Bénin: les raisons de la suspension du projet INIPSA, Séminaire Essais d’intervention et méthodes quasi expérimentales en santé publique. Intérêts et limites pour la recherche sur le VIH/sida et les hépatites virales, ANRS, 2008, Paris.


    • Le Département des appuis stratégiques et de la diffusion

      Placé sous la responsabilité d’un coordonnateur, le département est chargé :

      1. d’apporter des appuis institutionnels aux Etats membres, notamment en matière d’élaboration de stratégies de développement de la statistique;
      2. de mettre en oeuvre la politique informatique de la Direction générale, notamment en matière de veille technologique;
      3. de mettre en oeuvre la stratégie de communication de la Direction générale;
      4. d’aider les Etats membres d’Afristat à renforcer leurs capacités dans les domaines du traitement des données, de la documentation et des publications;
      5. de contribuer à l’amélioration de la diffusion et de l’utilisation de l’information statistique dans les Etats membres en aidant ceux-ci à mettre en place des banques de données nationales accessibles aux différents agents économiques et sociaux;
      6. de mettre en place et de gérer, au sein de la Direction générale, des banques de données accessibles aux différents agents économiques et sociaux de la région;
      7. d’assurer la coordination matérielle de l’élaboration des publications éditées par AFRISTAT en collaboration avec le Service administratif et financier.

      Le Centre de documentation

      Le Département des appuis stratégiques et de la diffusion comprend un centre de documentation et de publications. Sous la responsabilité d’un chef de centre, le Centre de documentation et de publication est chargé :

      1. de la gestion des ouvrages produits ou acquis par AFRISTAT ainsi que de la bibliothèque;
      2. du suivi du processus de fabrication des publications éditées par AFRISTAT et des relations avec ses partenaires dans ce domaine.

    • Placé sous la responsabilité d’un coordonnateur, le département est chargé d’aider les Etats membres d’AFRISTAT à :
      1. développer, améliorer et harmoniser les méthodes et outils de collecte, de traitement et d’analyse des statistiques économiques;
      2. développer, à partir de méthodologies communes, leurs systèmes de comptabilité nationale;
      3. renforcer leurs capacité dans les domaines de la modélisation, des analyses et synthèses macro-économiques.


    • Département des Statistiques sociales et des Stratégies de Réduction de la Pauvreté

      Placé sous la responsabilité d’un coordonnateur, le département est chargé d’aider les Etats membres à :

      1. développer, améliorer et harmoniser les méthodes et outils de collecte, de traitement et d’analyse (y compris cartographiques) des statistiques démographiques et socio-économiques, notamment les statistiques de population et d’état civil, de l’éducation, de la santé, du marché du travail, et celles relatives aux conditions de vie des ménages, au développement rural et à l’environnement;
      2. développer des systèmes d’information pour le diagnostic, la formulation, la mise en oeuvre, le suivi et évaluation des stratégies de réduction de la pauvreté et la mise en œuvre des Objectifs du millénaire pour le développement;
      3. développer des sous-systèmes d’information sectorielles (emploi, agriculture, santé, éducation, environnement, etc.) avec un accent mis sur le développement des outils de synthèse et de coordination;
      4. renforcer leurs capacités dans ces domaines.


    • Service Administratif et Financier

      Le Service administratif et financier a pour attributions d’assister le Directeur Général dans:

      1. la gestion des biens meubles et immeubles, corporels et incorporels, et des deniers conformément aux règlements en vigueur d’AFRISTAT;
      2. la gestion de ressources humaines conformément au statut du personnel sus-visé;
      3. la conduite de toute étude tendant à l’amélioration des règles et procédures de gestion.

      Placé sous la responsabilité d’un chef de service, le SAF comprend:

      1. la Section des affaires administratives;
      2. la Section du suivi de l’exécution budgétaire;
      3. la Section de la comptabilité.

      Section des affaires administratives

      Placée sous la responsabilité d’un chef de section, la Section des affaires administratives est chargée des questions d’ordre administratif et logistique, notamment:

      1. le suivi de la gestion du personnel;
      2. la logistique et le suivi de la gestion des biens meubles et immeubles;
      3. les approvisionnements;
      4. l’organisation des voyages et missions;
      5. le suivi au quotidien de l’entretien et du gardiennage des locaux.

      Section du suivi de l’exécution budgétaire

      Placée sous la responsabilité d’un chef de section, la Section du suivi de l’exécution budgétaire est chargée:

      1. du contrôle interne de l’exécution du budget en collaboration avec la Section de la comptabilité;
      2. du suivi de l’exécution financière des projets et contrats financés par les partenaires et mis en œuvre par AFRISTAT;
      3. des inventaires et de l’enregistrement des nouvelles acquisitions dans le fichier des immobilisations;
      4. de l’organisation des séminaires initiés par AFRISTAT en collaboration avec les experts concernés et la Section des affaires administratives.

      Section de la comptabilité

      Placée sous la responsabilité d’un chef de section, la Section de la comptabilité est chargée:

      1. de la tenue de la comptabilité;
      2. des paiements ordonnés par le Directeur Général;
      3. du suivi des relations avec les banques et des mouvements des comptes bancaires d’AFRISTAT.