Présentation

AFRISTAT
Organes
Traités
Direction
Les anciens
AFRISTAT

L’Observatoire Économique et Statistique d’Afrique Subsaharienne


L’Observatoire Économique et Statistique d’Afrique subsaharienne (AFRISTAT), avec ses 22 États membres, est une organisation intergouvernementale, créée le 21 septembre 1993 par les 14 États alors membres de la Zone Franc (Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Centrafrique, Comores, Congo, Côte d’Ivoire, Gabon, Guinée Équatoriale, Mali, Niger, Sénégal, Tchad et Togo). Y ont adhéré au fil du temps, les États suivants : Burundi, Cabo Verde, Djibouti, Guinée, Guinée-Bissau, Madagascar, Mauritanie, Sao Tomé et Principe.

AFRISTAT est l’unique organisation intergouvernementale ayant le développement de la statistique comme seul objectif de travail. En effet, il consacre l’essentiel de ses ressources au renforcement des capacités statistiques de ses États membres et de celles des institutions d’intégration économique sous-régionales. Il intervient également dans d’autres pays.

AFRISTAT, qui a son siège à Bamako au Mali, a démarré ses activités le 2 janvier 1996.


Mission et rôle

AFRISTAT a pour mission de contribuer au développement des statistiques économiques, sociales et de l’environnement dans les États membres et de renforcer leurs compétences dans ces domaines.

AFRISTAT apporte l’assistance technique souhaitée aux systèmes statistiques des États d’Afrique subsaharienne et soutient leurs actions.

AFRISTAT apporte aussi sa contribution dans la réalisation des projets d’intégration économique sous-régionale en apportant son expertise dans l’harmonisation des concepts et des méthodes de travail pour accompagner les politiques de convergence.

Cette contribution se traduit par des appuis apportés à la Commission de la CEDEAO, à la Commission de la CEMAC et à la Commission de l’UEMOA.


Domaines d’intervention

D’une manière générale, l’action d’AFRISTAT couvre divers domaines de la Statistique : organisation institutionnelle et gestion des systèmes statistiques, programmation stratégique, comptabilité nationale et macroéconomie, suivi de la conjoncture, suivi et évaluation des DSRP et des OMD, prix à la consommation, statistiques d’entreprises, enquêtes auprès des ménages, suivi du secteur informel, statistiques agricoles, statistiques sociodémographiques, statistiques émergentes, traitement des données, diffusion des données statistiques, etc.


Financement des activités d’AFRISTAT

Le financement des activités d’AFRISTAT est assuré par un fonds de capitalisation, le Fonds AFRISTAT, constitué de contributions des États membres et des bailleurs de fonds, partenaires d’AFRISTAT. Il convient de préciser qu’en plus des ressources provenant du Fonds AFRISTAT, les activités de l’organisation bénéficient d’importants appuis financiers d’autres partenaires.


Organisation, fonctionnement et ressources humaines

AFRISTAT est placé sous l’autorité du Conseil des Ministres, instance d’orientation politique qui comprend les ministres des Finances et ceux chargés de la Statistique, les gouverneurs des banques centrales des États membres et les Présidents des commissions des institutions d’intégration économique sous-régionales.

Enfin, un Conseil scientifique, organe consultatif, composé en majorité de représentants des utilisateurs institutionnels et d’universitaires assiste le Conseil des Ministres, le Comité de direction et la Direction générale.

Pour mener ses activités, AFRISTAT s’appuie sur une équipe actuellement composée de plus d’une dizaine d’experts sous la responsabilité d’un Directeur Général, assisté d’un Directeur Général Adjoint. Cette équipe bénéficie régulièrement d’appuis complémentaires dans le cadre soit de l’assistance technique que la France apporte à AFRISTAT soit des projets et programmes financés par des partenaires techniques et financiers ou même de consultants et de cadres nationaux des systèmes statistiques nationaux.

Organes

Le Conseil des Ministres


Le titre II du Traité (articles 9 à 17) définit les attributions et organise le travail du Conseil des Ministres. Un Règlement intérieur en fixe les modalités de fonctionnement.

Le Conseil des Ministres est l’autorité suprême d’AFRISTAT. Chacun des États membres y est représenté par le ministre chargé des finances, ainsi que, si ce dernier n'assure pas la tutelle du service national de la statistique, par le ministre exerçant la tutelle de ce service. Chacun des États membres ne dispose toutefois que d'une voix dans les votes du Conseil.

Les gouverneurs des Banques Centrales de chacune des zones assistent de plein droit, avec voix consultative, aux réunions du Conseil des Ministres, dès lors que des États membres de la zone monétaire qu'ils représentent sont devenus membres d'AFRISTAT.

Le Conseil prend à la majorité de ses membres présents les décisions suivantes :

  • adoption des orientations à moyen terme du programme de travail de la Direction Générale, sur proposition du Comité de Direction après avis du Conseil Scientifique;
  • fixation ou modification du siège de la Direction Générale, sur proposition du Comité de Direction;
  • nomination et révocation éventuelle du Directeur Général, et du Directeur Général Adjoint, sur proposition du Comité de direction;
  • approbation du statut du personnel de la Direction Générale, sur proposition du Comité de Direction;
  • fixation de son règlement intérieur;
  • adoption de toute décision nécessaire à son fonctionnement.

Toutefois, les décisions suivantes :

  • mise en œuvre d'actions communes dépassant les compétences expressément dévolues à AFRISTAT par l'article 3 du traité,
  • adhésion à AFRISTAT d'un État d'Afrique subsaharienne ou de l'Océan Indien, conformément aux stipulations de l'article 5 du traité,
  • adoption des règlements visant à mettre en place dans les États membres des normes, des concepts ou des nomenclatures statistiques, prévus par l'article 7 du traité, qui lui seront transmis par le Comité de Direction après avis du Conseil scientifique,

seront prises à l'unanimité des membres du Conseil présents ou représentés, l'abstention des membres présents ou représentés ne faisant pas obstacle à la manifestation de l'unanimité, sauf si le nombre des abstentions est supérieur à celui des votants.

A compter du 1er janvier 2001, il sera mis en vigueur, une procédure de vote unique à la majorité qualifiée des deux tiers des membres présents ou dûment représentés, compte non tenu des abstentions.


Le Comité de Direction

La direction et la gestion d'AFRISTAT relèvent du Comité de direction (articles 18 à 25 du traité); le Règlement intérieur définit l’organisation de ses travaux.

Chaque État membre d'AFRISTAT est représenté au Comité de direction par le responsable de son organisme central de statistique. Il dispose d'une voix délibérative.

En outre, siègent au Comité avec voix consultative :

  • les directeurs chargés des études économiques des Banques centrales des États membres;
  • les représentants des organismes d'intégration économique des États membres;
  • le cas échéant une ou au plus deux personnalités ressortissant d’États membres d'AFRISTAT, cooptées par le Comité en raison de leur compétence;
  • les responsables des services de statistique des organisations internationales ou les représentants des services de statistique des États avec lesquels AFRISTAT aura conclu un accord de coopération, et selon les modalités fixées par cet accord;
  • le Directeur Général qui rapporte les affaires inscrites à l’ordre du jour.

Le Comité est présidé par un membre élu ès-qualités parmi les responsables des organes centraux de statistique des pays membres pour un mandat de deux ans. Il se réunit au moins une fois par an sur convocation de son Président et chaque fois que de besoin à l'initiative de son Président ou sur demande d'au moins les deux tiers de ses membres.

Le Comité prend à la majorité de ses membres présents ou dûment représentés les décisions suivantes :

  • adoption et transmission des propositions de textes et des documents soumis à la décision du Conseil des Ministres;
  • adoption et transmission au Conseil des Ministres des propositions de nomination ou de révocation du Directeur Général ou du Directeur Général Adjoint ; dans ce cas, le Comité peut décider de délibérer hors la présence du mandataire concerné;
  • adoption de l'organigramme d'AFRISTAT;
  • adoption du programme de travail annuel;
  • adoption du budget et arrêté des comptes annuels;
  • approbation des accords de coopération avec une organisation internationale ou un Etat tiers;
  • fixation de son règlement intérieur;
  • adoption de toute décision nécessaire à son fonctionnement.

Le Conseil Scientifique

Le Conseil scientifique est un organe consultatif du Comité de direction défini aux articles 26 à 32 du traité; un Règlement intérieur fixe l’organisation de ses travaux.

Le Conseil scientifique comprend quatorze (14) membres :

  • deux représentants du Comité de Direction, membres de ce Comité;
  • deux représentants des utilisateurs des travaux d'AFRISTAT, choisis parmi les personnalités des milieux économiques et syndicaux des États membres d'AFRISTAT;
  • deux professeurs, spécialistes en sciences économiques ou sociales, exerçant dans des établissements d'enseignement supérieur des États membres d'AFRISTAT;
  • deux représentants des organismes d'intégration économique et monétaire des États membres de la Zone Franc;
  • deux représentants d'organisations internationales intéressées au développement de la statistique dans les États membres d'AFRISTAT;
  • deux personnalités qualifiées dans le domaine de la statistique et des études économiques ressortissant des États avec lesquels AFRISTAT aura passé des accords particuliers de coopération;
  • le directeur de la division de la statistique de la Commission Économique pour l'Afrique des Nations unies ou son représentant;
  • le directeur chargé des études économiques de la Banque Africaine de Développement ou son représentant.

Les membres du Conseil scientifique sont désignés pour un mandat de quatre ans par le Président du Comité de Direction, sur proposition des membres du Comité.

Le Directeur Général participe aux réunions du Conseil scientifique avec voix consultative et assure leur organisation.

Le Conseil scientifique est présidé par un de ses membres choisi pour un mandat de deux ans.

Le président du Conseil scientifique veille à la préparation des avis qui seront adoptés par le Conseil Scientifique et à leur transmission au Comité de Direction et au Conseil des Ministres.

Le secrétariat est assuré par le Directeur Général.

Le Conseil Scientifique se réunit une fois par an sur convocation de son président.

Le Conseil Scientifique donne un avis sur toute question d'ordre scientifique ou méthodologique qui lui est transmise par le Président du Conseil des Ministres ou, par délégation du Président du Conseil des Ministres, par le Président du Comité de Direction.

Le Conseil Scientifique émet par ailleurs un avis sur les orientations à moyen terme et le programme annuel de travail d'AFRISTAT, ainsi que sur les règlements transmis par le Comité de Direction au Conseil des Ministres.

Il entend également le rapport annuel du Directeur Général sur les activités d'AFRISTAT.


La Direction Générale

AFRISTAT dispose d’une Direction Générale qui assure la gestion et le fonctionnement de l’institution. Son siège est à Bamako (Mali).

Ses attributions sont définies aux articles 33 à 40 du traité. Le mode de fonctionnement et les procédures de gestion administrative et financière sont fixées par d’autres textes notamment le Règlement financier et comptable, le manuel des procédures administratives et comptables.

La Direction Générale est dirigée par un Directeur Général, assisté par un Directeur Général Adjoint, tous deux nommés pour une période de quatre ans par le Conseil des Ministres sur proposition du Comité de Direction. Leurs mandats sont renouvelables une fois.

Le Directeur Général est chargé de la gestion d'AFRISTAT, de l'exécution des projets et des missions qui lui sont confiés, de la préparation et du suivi de l'exécution des décisions soumises à l'approbation du Conseil des Ministres et du Comité de Direction.

Les candidats à ces postes doivent être ressortissants des États membres ou des États avec lesquels AFRISTAT aura signé des accords particuliers de coopération.

Le personnel d'AFRISTAT se compose :

  • d'experts pris en charge par le budget d'AFRISTAT;
  • d'experts pris en charge par des bailleurs de fonds multilatéraux ou bilatéraux et mis à la disposition d'AFRISTAT selon les modalités qui seront prévues par les accords passés entre AFRISTAT et ces bailleurs;
  • de personnels d'appui recrutés localement dans le pays du siège d'AFRISTAT, et qui sont également pris en charge par le budget d'AFRISTAT.

Les experts pris en charge par le budget d'AFRISTAT sont recrutés et nommés à leurs fonctions par le Directeur Général, dans les limites autorisées par le budget annuel. Ils doivent être ressortissants des États membres ou des États avec lesquels AFRISTAT aura signé des accords particuliers de coopération.

Les personnels d'appui sont recrutés localement dans le pays du siège et nommés par le Directeur Général dans les limites qui sont autorisées par le budget annuel d'AFRISTAT. Ils sont soumis à la législation et à la réglementation s'appliquant aux travailleurs du secteur privé de ce pays.

Traités

Traité portant création d'AFRISTAT


Le Traité portant création d'AFRISTAT a été signé le 21 septembre 1993 à Abidjan par les ministres représentant les 14 pays africains membres de la Zone Franc.

Il comporte les points suivants :

  • Préambule
  • Objectifs et dispositions générales
  • Comité de direction
  • Conseil scientifique
  • Ressources, budget, biens et avoirs
  • Accord de siège
  • Dispositions transitoires et diverses
  • Conseil des Ministres
  • Cessation des activités
  • La Direction Générale

Pour télécharger le traité au format PDF, cliquez-ici.

 

Préambule


Le Gouvernement de la République du Bénin,
Le Gouvernement du Burkina Faso,
Le Gouvernement de la République du Cameroun,
Le Gouvernement de la République Centrafricaine,
Le Gouvernement de la République fédérale islamique des Comores,
Le Gouvernement de la République du Congo,
Le Gouvernement de la République de Côte d'Ivoire,
Le Gouvernement de la République Gabonaise,
Le Gouvernement de la République de Guinée Équatoriale,
Le Gouvernement de la République du Mali,
Le Gouvernement de la République du Niger,
Le Gouvernement de la République du Sénégal,
Le Gouvernement de la République du Tchad,
Le Gouvernement de la République Togolaise,

Conscients de la nécessité de disposer d'une information économique et sociale fiable et rapide pour prendre les décisions les plus pertinentes en vue de résoudre les problèmes économiques et financiers, et pour favoriser la connaissance mutuelle et les échanges en Afrique,

Considérant que l'information économique et sociale doit pouvoir être accessible dans les meilleures conditions de coût et de délai à l'ensemble des agents économiques et sociaux et des citoyens,

Soucieux de promouvoir la démocratisation de la vie publique et la libéralisation des marchés en Afrique,

Conscients de la nécessité de fournir des informations objectives et homogènes aux pouvoirs publics de leurs pays ainsi qu'aux pays et aux organisations internationales intéressés par le développement économique et social de l'Afrique,

Estimant qu'il est de leur intérêt commun de pouvoir élaborer des statistiques nationales comparables, à l'aide de nomenclatures et de concepts communs,

Convaincus que l'harmonisation et la comparabilité des informations statistiques sont indispensables à toute action visant à promouvoir l'intégration économique et l'amélioration des échanges internationaux et donc le développement,

Soucieux de veiller, chacun en ce qui le concerne, à la bonne affectation des ressources humaines pour la collecte, le traitement et la diffusion de l'information économique et sociale,

Rappelant les dispositions et recommandations du Plan d'Action d'Addis-Abeba pour le développement de la statistique en Afrique dans les années 1990 adopté par la résolution 683 (XXV) du 19 mai 1990 de la vingt-cinquième session de la Commission Économique pour l'Afrique des Nations-Unies et souhaitant les mettre en œuvre dans leur pays respectifs,

Rappelant que la qualité et la pertinence de l'information statistique et la confiance que les utilisateurs lui accordent dépendent du respect des principes d'indépendance scientifique dans le choix des méthodes et des concepts mis en œuvre, de la transparence des méthodes utilisées et de l'application du droit des agents économiques et des citoyens à accéder à toute l'information produite dans la limite du respect des règles du secret statistique et de la confidentialité des informations individuelles.

 

Accord de siège entre le Gouvernement du MALI et AFRISTAT


L’accord de siège entre le gouvernement de la République du Mali et AFRISTAT a été signé à Bamako, le 15 Octobre 1996 par Monsieur Dioncounda TRAORE, Ministre d’État, Ministre des Affaires Étrangères et des Maliens de l’Extérieur et Monsieur Lamine DIOP, Directeur Général d’AFRISTAT, respectivement.

Il comporte les points suivants :

  • Préambule
  • Personnalité juridique
  • Biens- Avoirs-Fonds-Archives
  • Siège
  • Privilèges-Immunités
  • Facilités de communications
  • Dispositions finales
  • Règlements des différends

Pour télécharger l'accord de siège au format PDF, cliquez-ici

 

Préambule


Le Gouvernement de la République du Mali
(Ci-après désigné " Le Gouvernement "), d’une part
et
l’Observatoire Économique et Statistique d’Afrique Subsaharienne
(Ci-après désigné " AFRISTAT "), d’autre part,

Vu le Traité portant création d’un Observatoire Économique et Statistique d’Afrique Subsaharienne;

Considérant la décision des États Membres d’AFRISTAT de fixer le Siège d’AFRISTAT à Bamako, en République du Mali;

Désireux de régler par le présent Accord les questions relatives à l’établissement à Bamako du siège d’AFRISTAT et de définir en conséquence les privilèges et immunités d’AFRISTAT en République du Mali.

Fait à Bamako, le 15 octobre 1996
en deux exemplaires originaux en langue française

 

Pour l'Observatoire Économique et Statistique d'Afrique Subsaharienne (AFRISTAT)


Lamine DIOP
Pour le Gouvernement de la République du Mali
Le Ministre D’État, Ministre des Affaires Étrangères et des Maliens de l'Extérieur

Dioncounda TRAORE
Direction

Organisation
Chapitre 1: De l’organigramme des services de la Direction générale
Chapitre 2: Du Service administratif et financier
Chapitre 3: Des départements techniques
Chapitre 4: Des dispositions diverses
Les postes d'experts
Le personnel administratif et technique


Organisation de la Direction Générale

DÉCISION N° CD/04/2005 DU 26 OCTOBRE 2005 PORTANT REORGANISATION DES SERVICES DE LA DIRECTION GENERALE D’AFRISTAT

Le Comité de direction, réuni en sa douzième session tenue du 24 au 26 octobre 2005 à Bamako,

Vu le Traité portant création d’un Observatoire Économique et Statistique d’Afrique Subsaharienne (AFRISTAT), signé à Abidjan le 21 septembre 1993,
Vu le Règlement intérieur du Conseil des Ministres d’AFRISTAT,
Vu le Règlement intérieur du Comité de direction d’AFRISTAT,
Vu le Règlement intérieur du Conseil scientifique d’AFRISTAT,
Vu le Statut du personnel de la Direction générale d’AFRISTAT,
Vu le Règlement financier et comptable d’AFRISTAT,

Sur proposition du Directeur Général,

Décide :

Chapitre 1er: De l’organigramme des services de la Direction générale

Article 1. Les attributions du Directeur Général sont celles définies par les textes sus-visés. Il est assisté par un Directeur Général Adjoint dans l’accomplissement de ses attributions. Le Directeur Général et le Directeur Général Adjoint disposent, chacun, d’un secrétariat.

Article 2. Les services de la Direction générale d’AFRISTAT comprennent un service administratif et financier (SAF) et quatre départements techniques qui sont :

  • le Département des appuis stratégiques et de la diffusion (DASD);
  • le Département des statistiques sociales et des stratégies de réduction de la pauvreté (DSSRP);
  • le Département des études et synthèses économiques (DESE);
  • le Centre de recherche appliquée d’AFRISTAT (CERA).

Chapitre 2: Du Service administratif et financier

Article 3. Le Service administratif et financier a pour attributions d’assister le Directeur Général dans :

  • la gestion des biens meubles et immeubles, corporels et incorporels, et des deniers conformément aux règlements en vigueur d’AFRISTAT;
  • la gestion de ressources humaines conformément au statut du personnel sus-visé;
  • la conduite de toute étude tendant à l’amélioration des règles et procédures de gestion.

Article 4. Placé sous la responsabilité d’un chef de service, le SAF comprend :

  • la Section des affaires administratives;
  • la Section du suivi de l’exécution budgétaire;
  • la Section de la comptabilité.

(a) Section des affaires administratives

Placée sous la responsabilité d’un chef de section, la Section des affaires administratives est chargée des questions d’ordre administratif et logistique, notamment :

  • le suivi de la gestion du personnel;
  • la logistique et le suivi de la gestion des biens meubles et immeubles;
  • les approvisionnements;
  • l’organisation des voyages et missions;
  • le suivi au quotidien de l’entretien et du gardiennage des locaux.

(b) Section du suivi de l’exécution budgétaire

Placée sous la responsabilité d’un chef de section, la Section du suivi de l’exécution budgétaire est chargée :

  • du contrôle interne de l’exécution du budget en collaboration avec la Section de la comptabilité;
  • du suivi de l’exécution financière des projets et contrats financés par les partenaires et mis en œuvre par AFRISTAT;
  • des inventaires et de l’enregistrement des nouvelles acquisitions dans le fichier des immobilisations;
  • de l’organisation des séminaires initiés par AFRISTAT en collaboration avec les experts concernés et la Section des affaires administratives.

(c) Section de la comptabilité

Placée sous la responsabilité d’un chef de section, la Section de la comptabilité est chargée :

  • de la tenue de la comptabilité;
  • des paiements ordonnés par le Directeur Général;
  • du suivi des relations avec les banques et des mouvements des comptes bancaires d’AFRISTAT.

Chapitre 3: Des départements techniques

Article 5. Placé sous la responsabilité d’un coordonnateur, le Département des appuis stratégiques et de la diffusion est chargé :

  • d’apporter des appuis institutionnels aux États membres, notamment en matière d’élaboration de stratégies de développement de la statistique;
  • de mettre en œuvre la politique informatique de la Direction générale, notamment en matière de veille technologique;
  • de mettre en œuvre la stratégie de communication de la Direction générale;
  • d’aider les États membres d’AFRISTAT à renforcer leurs capacités dans les domaines du traitement automatisé des données, de la documentation et des publications;
  • de contribuer à l’amélioration de la diffusion et de l’utilisation de l’information statistique dans les Etats membres en aidant ceux-ci à mettre en place des banques de données nationales accessibles aux différents agents économiques et sociaux;
  • de mettre en place et de gérer, au sein de la Direction générale, des banques de données accessibles aux différents agents économiques et sociaux de la région;
  • d’assurer la coordination matérielle de l’élaboration des publications éditées par AFRISTAT en collaboration avec le Service administratif et financier.

Le Département des appuis stratégiques et de la diffusion comprend un centre de documentation et de publications. Sous la responsabilité d’un chef de centre, le Centre de documentation et de publications est chargé :

  • de la gestion des ouvrages produits ou acquis par AFRISTAT ainsi que de la bibliothèque;
  • du suivi du processus de fabrication des publications éditées par AFRISTAT et des relations avec ses partenaires dans ce domaine.

Article 6. Placé sous la responsabilité d’un coordonnateur, le Département des statistiques sociales et des stratégies de réduction de la pauvreté est chargé d’aider les États membres à :

  • développer, améliorer et harmoniser les méthodes et outils de collecte, de traitement et d’analyse des statistiques démographiques et sociales, notamment les statistiques de l’éducation, de la santé, du travail, et celles relatives au développement rural et à l’environnement;
  • développer des systèmes d’information pour les stratégies de réduction de la pauvreté et la mise en œuvre des Objectifs du millénaire pour le développement.

Article 7. Placé sous la responsabilité d’un coordonnateur, le Département des études et synthèses économiques est chargé d’aider les États membres d’AFRISTAT à :

  • développer, améliorer et harmoniser les méthodes et outils de collecte, de traitement et d’analyse des statistiques économiques;
  • développer, à partir de méthodologies communes, leurs systèmes de comptabilité nationale;
  • renforcer leurs capacités dans les domaines de la modélisation, des analyses et synthèses macro-économiques.

Article 8. Placé sous la responsabilité d’un chef de centre, le Centre de recherche appliquée a pour principal objectif de renforcer la mission d’AFRISTAT en matière d’appui à la conception, à la mise en œuvre, au suivi et à l'évaluation de l'impact des politiques de développement, notamment dans les domaines (i) du renforcement institutionnel et de la diffusion de l’information statistique, (ii) des statistiques nécessaires au suivi des conditions de vie des ménages et de la pauvreté, et des statistiques de développement rural, et (iii) des études et synthèses macroéconomiques.

Article 9. Chaque département technique peut entreprendre toute étude se rapportant aux questions relevant de son domaine de compétence. Il initie des programmes de formation continue des cadres des États membres. Il assure le suivi régulier des relations de partenariat qu’AFRISTAT entretient avec les organisations internationales, régionales, sous-régionales et nationales dont les compétences couvrent l’ensemble de son domaine.

Chapitre 4: Des dispositions diverses

Article 10. Dans la limite des disponibilités budgétaires et sous réserve des conventions et accords particuliers signés avec les partenaires techniques et financiers, le Directeur Général pourvoit les différents services en effectif d’agents suffisant. Il désigne dans les mêmes conditions les coordonnateurs de département technique, le Chef du SAF, les chefs de section et le chef du Centre de documentation et de publications.

Article 11. Le Directeur Général d’AFRISTAT est chargé de l’application de la présente décision qui entre en vigueur à compter du 1er janvier 2006 et abroge les dispositions de la Décision portant organisation des services de la Direction générale d’AFRISTAT signée en date du 13 novembre 1997.

Fait à Bamako, le 27 octobre 2005
P/Le Président du Comité de direction d’AFRISTAT


Paul-Henri NGUEMA MEYE
Directeur Général Adjoint
Direction Générale de la Statistique et des Études Économiques du Gabon

LES POSTES D’EXPERTS

Le Directeur Général

L’article 36 du Traité dispose que le Directeur Général est chargé de la gestion d'AFRISTAT, de l'exécution des projets et des missions qui lui sont confiées, de la préparation et du suivi de l'exécution des décisions soumises à l'approbation du Conseil des Ministres et du Comité de Direction.

Le Directeur Général Adjoint

Il assiste le Directeur Général dans l’accomplissement de ses missions (article 36 du traité).

Les experts en comptabilité nationale

Sous la responsabilité du Directeur Général, les experts en comptabilité nationale sont chargés de poursuivre les actions de formation en comptabilité nationale des cadres des pays membres sous les formes retenues, notamment le SCN 93. A ce titre, ils suivent le développement du logiciel ERETES en liaison avec les parties prenantes au projet; il s participent à l’implantation du module dans les États membres qui en feraient la demande; ils suivent le projet d’harmonisation des nomenclatures dans les pays membres ; ils apportent des appuis ponctuels aux instituts nationaux de statistique dans le domaine de la comptabilité nationale.

Le macroéconomiste

Sous la responsabilité du Directeur Général, le macro-économiste a pour tâches :

  • d’identifier et de coordonner la mise en œuvre des activités visant au développement des travaux de conjoncture et de modélisation dans les États membres et à leur harmonisation au niveau régional;
  • d'effectuer des travaux d'analyse et de synthèse sur les États membres;
  • de contribuer à l'organisation de la formation permanente en études économiques pour les États membres.

Le titulaire du poste doit en particulier proposer à l’ensemble des pays membres la définition et la mise en place d’indicateurs macro-économiques et de tableaux de bord pour le suivi de l’activité économique au niveau national et sous-régional.

Il devra également répondre aux demandes d’assistance ponctuelle des États membres dans son domaine de compétence.

Le statisticien du secteur productif

Sous la responsabilité du Directeur Général, le statisticien d’entreprises a pour tâches :

  • d'établir un bilan de l'existant en matière de statistique d'entreprises dans les États membres d'AFRISTAT (état des sources et bilan des études menées);
  • de proposer une démarche pilote de production d'informations statistiques sur le domaine des petites et moyennes entreprises, qui viendrait en complément des opérations existant sur les grandes entreprises et sur le secteur informel;
  • d’initialiser la réalisation d'une publication annuelle sur la situation des entreprises dans les États membres;
  • d'apporter à leur demande son appui aux instituts nationaux de statistique des États membres dans le domaine des statistiques d'entreprises.

Le statisticien spécialiste des enquêtes auprès des ménages

Sous la responsabilité du Directeur Général, l’expert en enquêtes auprès des ménages a pour tâches :

  • de proposer des méthodes applicables à l’ensemble des États membres pour la définition et la mise en place d’un dispositif de collecte d’informations auprès des ménages, notamment dans le domaine des enquêtes sur les budgets et la consommation des ménages ainsi que sur la pauvreté et la vulnérabilité des groupes sociaux;
  • d’apporter à leur demande, son appui aux services nationaux de statistique des États membres dans son domaine de compétence;
  • d’assurer la formation permanente des experts nationaux.

Le statisticien spécialiste des statistiques agricoles

Sous la responsabilité du Directeur Général, l’expert en statistiques agricoles a pour tâches :

  • de proposer et/ou faire appliquer des méthodes de collecte et d’analyse des statistiques dans les domaines agricole, alimentaire et environnemental;
  • d’apporter, à leur demande, son appui aux services nationaux concernés des Etats membres dans le domaine de sa compétence;
  • de contribuer à la formation permanente des experts nationaux dans son domaine de compétence.

Le statisticien économiste spécialiste du secteur informel

Sous la responsabilité du Directeur Général, le spécialiste du secteur informel a pour tâches :

  • de proposer, en collaboration avec les autres experts notamment le spécialiste en enquêtes auprès des ménages et les comptables nationaux, les méthodes applicables à l’ensemble des États membres pour la définition et la mise en place d’un dispositif de collecte des informations appropriées sur le secteur informel et sur la pauvreté;
  • d’apporter, à leur demande, son appui au services nationaux de statistique des États membres dans son domaine de compétence.

Le statisticien spécialiste de l'analyse des conditions de vie des ménages et de la pauvreté

Sous la responsabilité du Directeur Général, l’expert en analyse des conditions de vie des ménages et de la pauvreté a pour tâches :

  • de proposer des cadres méthodologiques pour l'analyse des conditions de vie des ménages et de la pauvreté, applicables à l’ensemble des États membres;
  • d’apporter à leur demande, son appui aux services nationaux de statistique des États membres ainsi qu'aux structures officielles ayant en charge l'étude des questions de pauvreté dans son domaine de compétence;
  • d’assurer la formation permanente des experts nationaux.

L' expert en statistiques sociales

Les experts en suivi et évaluation des DSRP/OMD

L'expert en statistiques de l'emploi.

Les statisticiens informaticiens

Sous la responsabilité du Directeur Général, les experts statisticien s informaticiens ont pour tâches :

  • de faire l’inventaire des méthodes et outils informatiques utilisés par les services nationaux de statistique des États membres;
  • d’aider à la mise en place des outils informatiques permettant notamment de répondre aux besoins d’information des décideurs nationaux;
  • de mettre en place et gérer des bases de données régionales;
  • d’apporter, à leur demande, leur appui aux services nationaux de statistique des États membres dans leur domaine de compétence;
  • d’assurer la formation des experts nationaux aux outils informatiques développés et à leur maintenance.

Le Personnel Administratif et Technique

Le personnel administratif et technique comprend douze (12) personnes dont un chef du service administratif et financier et un chef du centre de documentation et des publications.

Ces deux derniers postes sont respectivement occupés par M. Siaka FOFANA et Mme BOUKENEM Fatima DIALLO

Les anciens

Dans cette rubrique, on trouvera les experts ayant servi à AFRISTAT et qui l'ont quitté à la fin de leur engagement. L'Observatoire tient à leur exprimer toute sa reconnaissance pour leur contribution positive
au développement de la statistique en Afrique :

Noms et Prénoms Fonction Date d’arrivée Date de départ
Abdoulaye Sandiakou DOUCOURE Webmaster  Juin 2008  Mai 2016
Abdoulaye Shaka BAGAYOGO Assistant  Juin 2006  Août 2007
Abel Nkoungourou EBONGUE Expert régional  Juin 2004   Septembre 2006
Alain BRILLEAU Expert en statistiques des prix  Janvier 1996  Juillet 2001
Ali MOUSSA Chargé de la collecte des données  Juin 2007  Décembre 2010
Amadou KARAMBE Coursier   Mai 1997  Décembre 2013
Amsata NIANG Expert en statistiques agricoles  Mars 2017  Décembre 2018
Aude VESCOVO Volontaire civile internationale  Septembre 2006   Septembre 2008
Audrier Bakary SANOU Expert en statistiques agricoles    
Birimpo LOMPO Directeur Général Adjoint  Juillet 2004  Décembre 2012
Bruno Magloire NOUATIN Expert en statistiques démographiques  Août 2009  Octobre 2017
Christian GIRIER Expert macroéconomiste  Août 2000  Juin 2006
Claude JOEGER Macro économiste  Octobre 2007  Août 2012
Claude TCHAMDA Expert en statistiques des prix  Juillet 2009  Novembre 2016
Cosme VODOUNOU Directeur Général  Janvier 2012  Décembre 2019
Daniel WOLF Expert en comptabilité nationale  Juillet 2006  Août 2010
Djima Moussiliou MOUSTAPHA Expert Suivi DSRP/OMD  Avril 2004  Avril 2009
Djoret BIAKA TEDANG Expert macroéconomiste  Avril 2005  Mars 2010
Dodji Vidéhouénou SILETE-ADOGLI Expert en planification stratégique et gestion axée sur les résultats  Avril 2006  Juillet 2018
Dorothée OUISSIKA Expert en organisation institutionnelle des SSN  Juillet 2006  Octobre 2010
Eléonor KOITA   Secrétaire  Janvier 1998  Octobre 2000
Eloi OUEDRAOGO Expert en statistiques agricoles  Février 1998  Octobre 2010
Emilie LAFFITEAU Expert macroéconomiste  Juin 2013 Mars 2017 
Emmanuel NGOK Expert en comptabilité nationale  Juillet 2006  Septembre 2014
Eric METREAU Expert en comptabilité nationale  Octobre 1996  Décembre 2002
Eric RAMILISON Expert régional du Projet ACBF/LMIS (Statistiques de l’Emploi et la Gestion du Système d’Information sur le Marché du Travail)  Décembre 2009  Juin 2014
Gérard OSBERT Expert en Statistiques sociales  Mars 2004  Juin 2008
Guillaume POIREL Expert en démographie  Octobre 2006  Août 2010
Hubert Vihouénou Hounsou GBOSSA Expert en comptabilité nationale  Avril 1997  Décembre 2005
Ibrahima Wélé DIALLO Chef de Service Administratif et Financier  Mai 1997  Avril 2009
Jean-Pierre BACHELART Statisticien Informaticien  Mars 1998  Mai 2000
Jean-Yves CAILLEUX Expert prix et commerce extérieur  Octobre 2007  Août 2011
Joseph LARMARANGE Coordinateur CERA   Juillet 2009  Août 2011
Komi Akolly F. AMEGASHIE Expert Principal en organisation stratégique  Février 1998  Juin 2016
Lamine DIOP Directeur Général  Janvier 1996  Décembre 2003
Mariam DOUCOURE Assistante projet ACBF/LMIS  Avril 2004  Juillet 2008
Martin BALEPA Directeur Général  Février 1998  Déceùmbre 2011
Mme KEITA Fatoumata TRAORE  Secrétaire   Févier 1998  Décembre 2010
Mme SANOGO Djénébou KONE Assistante de gestion du projet   Septembre 2001  Janvier 2005
Mohamed SOW Statisticien informaticien  Avril 2007  Décembre 2010
Nacim BENABDELMOUMENE Statisticien Informaticien  Juillet 2004   Juin2006
Nguessan Gabriel DOFFOU Expert en comptabilité nationale  Janvier 2003  Janvier 2013
Oumarou ELHADJI MALAM SOULE Expert en organisation institutionnelle  Avril 2004  Février 2009
Ousman KORIKO Expert en enquête auprès   Août 2003  Janvier 2018
Ousmane DE Chef de section des Affaires Administratives  Juin 2009  Décembre 2009
Patrick HERNANDEZ Expert en statistiques de production  Novembre 2001  Novembre 2006
Paul-Henri WIRRANKOSKI Expert en enquêtes auprès de ménages  Septembre 1997  Juillet 2003
Philippe BOCQUIER Coordinateur CERA  Août 2005  Juin 2008
Pierre BEZIZ Statisticien Informaticien  Septembre 2000  Janvier 2006
Pierre COUAILLAC Expert en comptabilité nationale  Septembre 1999   Septembre 2005
Pierre KEITA Chauffeur  Mars 1996  Décembre 2003
Prosper BACKINY-YETNA Expert emploi, secteur informel et pauvreté  Février 1998  Février 2004
Rokia SAMAKE Expert Consultante de collecte et la saisie des données  Septembre 2013  Octobre 2014
Siriki Zanga Tingana COULIBALY Expert en analyse de la pauvreté  Janvier 2002   Juillet 2018
Soumaila DIABY Chauffeur  Février 1998  Avril 2018
Symphorien Ndang TABO Expert en comptabilité nationale   Novembre 2009  Décembre 2011
 Juillet 2017  Janvier 2009
Thierry SALMON Expert informaticien  Mai 2006  Avril 2010