Conférence virtuelle: « La Revue par les Pairs du système statistique public : un puissant levier pour la qualité »

Le Système statistique africain s’est engagé à respecter les principes de la Charte africaine de la statistique adoptée en 2009 et à travailler à sa mise en œuvre. Pour cela, un des instruments bien connus des statisticiens est l’évaluation par les pairs, qui permet de vérifier la conformité d’un système avec les principes énoncés dans une charte. Le plan d’action 2017-2026 de la Stratégie pour l’harmonisation des statistiques en Afrique fixe ainsi un objectif de 55 revues de ce type d’ici 2026.
Plus d’une vingtaine d’Instituts nationaux de statistique africains ont fait l’objet d’une première évaluation par les pairs (entre 2007 et aujourd’hui), certains en sont à leur deuxième exercice. Ces évaluations se déroulent généralement en quatre temps : auto-évaluation, visite des pairs, rapport d’audit, plan d’action. Elles peuvent s’articuler avec les Stratégies nationales de développement de la statistique (SNDS), mises en œuvre depuis 2003 dans plus d’une centaine de pays.
En France, membre du Système statistique européen, une 3ème revue par les pairs s’est tenue en 2021. Nous proposons dans cette conférence de confronter les expériences des INS des pays d’Afrique sub-saharienne, du Maghreb et de la France, ainsi que des experts indépendants ayant participé aux revues : préparation, conduite du processus, efforts engagés pour mettre en œuvre les recommandations issues de l’exercice et résultats.

Téléchargez la note conceptuelle ici

Enregistrez-vous ici pour cette conférence

Programmes et Rapports d’activités

L’Observatoire économique et statistique d’Afrique subsaharienne (AFRISTAT) élabore des programmes pluriannuels et annuels d’activités suivant les principes de la planification stratégique et de la gestion axée sur les résultats.

Le Conseil des Ministres d’AFRISTAT adopte les orientations à moyen terme du programme de travail de la Direction Générale, sur proposition du Comité de Direction après avis du Conseil Scientifique.

Le Comité de Direction adopte les programmes de travail annuels d’AFRISTAT. Le programme de l’année n est examiné et adopté lors de la deuxième réunion de l’année (n-1).

Les rapports d’activité d’AFRISTAT sont présentés lors des réunions du Comité de direction. Le rapport d’activité de l’année n est examiné lors de la première réunion de l’année (n+1).

L’ensemble des programmes pluriannuels et annuels ainsi que les rapports d’activités sont accessibles ci-après.

Programmes pluriannuels

Plans d’action ou programmes de travail annuels

PAA 2020 PAA 2021 PAA 2022
PAA 2015 PAA 2016 PAA 2017 PAA 2018 PAA 2019
PAA 2010 PAA 2011 PAA 2012 PAA 2013 PAA 2014
PAA 2005 PAA 2006 PAA 2007 PAA 2008 PAA 2009
PAA 2000 PAA 2001 PAA 2002 PAA 2003 PAA 2004
PAA 1996 PAA 1997 PAA 1998 PAA 1999

Rapports d’activité

RAP 2020 RAP 2021
RAP 2015 RAP 2016 RAP 2017 RAP 2018 RAP 2019
RAP 2010 RAP 2011 RAP 2012 RAP 2013 RAP 2014
RAP 2005 RAP 2006 RAP 2007 RAP 2008 RAP 2009
RAP 2000 RAP 2001 RAP 2002 RAP 2003 RAP 2004
RAP 1996 RAP 1997 RAP 1998 RAP 1999

Visites officielles

 

Le Directeur Général d’AFRISTAT organise ou reçoit régulièrement des rencontres à l’intérieur comme à l’extérieur d’AFRISTAT. Ces rencontres ont pour objectifs de discuter des sujets d’intérêt sur les activités communes et de renforcer la collaboration avec les partenaires.

 

 

 


Visite du Directeur général d’AFRISTAT au Togo


images

Monsieur Cosme Vodounou, Directeur Général d’AFRISTAT, a été reçu en audience le 23 janvier 2018 par M. Kossi Assimaidou, Ministre chargé de la Planification du Développement du Togo. Les échanges ont porté sur la situation des contributions des Etats aux Fonds AFRISTAT. Monsieur le Ministre a rassuré la délégation d’AFRISTAT que des dispositions ont déjà été prises pour un paiement partiel de la contribution du Togo. Le Directeur Général d’AFRISTAT a également rencontré M. Koamé kouassi, Directeur Général de l’INSEED du Togo avec qui il a fait le point des activités en cours dans le cadre du programme statistique régional de l’UEMOA.

Le Directeur Général d’AFRISTAT était accompagné de Madame Boukenem Fatima Diallo, expert en communication au cours de cette audience.

Visite du Directeur Général d’AFRISTAT au Burkina Faso


images

Une mission d’AFRISTAT conduite par Monsieur Cosme Vodounou, Directeur Général et comprenant Madame Boukenem Fatima Diallo, expert en communication, s’est rendue à Ouagadougou au Burkina Faso, du 24 au 27 janvier 2018, dans le cadre de la mobilisation des ressources au Fonds AFRISTAT 2016-2025. La délégation d’AFRISTAT a été reçue en audience par Mme Hadizatou Rosine Coulibaly Sori, Ministre de l’Economie, des Finances et du Développement du Burkina Faso en présence de Mme Edith Yaka, Ministre déléguée au Budget.

Au cours de cette rencontre, les échanges ont porté sur la situation des contributions aux Fonds AFRISTAT et l’état d’avancement des activités dans le cadre de la mise en œuvre du programme de statistique régional de l’UEMOA (PSR-UEMOA).

Madame le Ministre a remercié le Directeur général pour sa visite et l’a rassuré que le Burkina Faso a engagé les procédures pour le paiement de la totalité de sa contribution. Elle a aussi marqué sa disponibilité à accompagner AFRISTAT dans le plaidoyer et la mobilisation des ressources.

Auparavant, une séance de travail avec l’équipe de l’INSD a permis de faire le point des activités réalisées dans les différents volets que couvre le PSR-UEMOA au Burkina Faso.

La mission a aussi rencontré M. Yago du Centre statistique de l’UEMOA. Cette rencontre a permis de faire le point des activités menées en collaboration avec la Commission.

Visite de courtoisie du Directeur Général d’AFRISTAT à la Direction générale de la mondialisation au Ministère des Affaires étrangères


Visite courtoisie et de travail à Monsieur Pierre N’DIAYE, Directeur Général de la Planification et des Politiques Economiques du Sénégal.


images

Monsieur Cosme VODOUNOU, Directeur Général d’AFRISTAT a été reçu en audience le mardi 8 août 2017 par Monsieur Pierre N’DIAYE, Directeur Général de la Planification et des Politiques Economiques du Sénégal.

Dans le cadre des missions de plaidoyer et de mobilisation de Fonds, le Directeur Général d’AFRISTAT a été reçu en audience par Monsieur Pierre N’DIAYE, Directeur Général de la Planification et des politiques Economiques du Sénégal. Le Directeur Général d’AFRISTAT a donné la situation du Sénégal qui doit un reliquat sur le fonds AFRISTAT 2006-2015 et n’a pas encore entamé le paiement de sa contribution au fonds AFRISTAT 2016-2025.

Monsieur N’DIAYE a pris l’engagement pour le paiement du reliquat au titre du deuxième fonds et a promis de prendre les dispositions nécessaires pour le versement de la contribution du Sénégal au titre du troisième fonds AFRISTAT 2016-2025.

Visite de courtoisie du Directeur Général d’AFRISTAT à la Direction générale de la mondialisation au Ministère des Affaires étrangères


images

Le 1er juillet 2015, le Directeur Général d’AFRISTAT, M. Cosme Vodounou a rendu une visite de courtoisie au Directeur Général Adjoint de la mondialisation, du développement (DGMD) et des partenariats, M. Gautier Mignot. Il était accompagné de M. Dodji V. Silété-Adogli, expert en planification stratégique et gestion axée sur les résultats à AFRISTAT. Ont également pris part à l’audience MM. Jacques Biau et Jean Pierre Cling respectivement Chef de Pôle et Chargé de mission à la DGMD.

Le Directeur Général d’AFRISTAT a exprimé ses remerciements pour les appuis multiformes que la France apporte à son organisation notamment, l’envoi des ETI et la mise à disposition de ressources financières en appui aux activités. Il a ensuite présenté sommairement le troisième Fonds de capitalisation décennale d’AFRISTAT au titre de la période 2016-2025 et sollicité la contribution de la France à ce dernier.

A l’issue des entretiens il a été conseillé à l’Observatoire de formaliser sa démarche par l’envoi d’une requête officielle à adresser aux autorités les plus habilitées pour solliciter la contribution de la France au 3ème Fonds.
Par ailleurs, des échanges dans le sens de la diversification des sources de financement d’AFRISTAT ont été faits. Il a été tout particulièrement question d’approcher EUROSTAT et des Fondations telles MO Ibrahim, Bill & Melinda Gates qui s’intéressent à la statistique.

Visite de courtoisie du Chef du Service Economique de l’Ambassade de France au Mali


Monsieur Nicolas Moussard, Conseiller Economique et Chef du Service Economique de l’Ambassade de France au Mali, a effectué une visite de courtoisie à L’Observatoire Economique et Statistique d’Afrique Subsaharienne (AFRISTAT) le 30 juillet 2015. Monsieur Paul-Henri Nguema Meye, Directeur Général Adjoint, a servi de guide et a profité de cette occasion pour présenter à l’invité le mode de fonctionnement d’AFRISTAT.

Pendant les échanges, un intérêt particulier a été porté sur les fonctions des différentes instances statutaires et le mode de financement des activités d’AFRISTAT adossé sur la constitution d’un fonds de capitalisation décennal.

Visite de courtoisie du Directeur Général au Ministre de l’Aménagement du Territoire et de la Population du Mali


images

Le Directeur Général d’AFRISTAT, M. Cosme Vodounou, a été reçu en audience le 20 juin 2017 par son Excellence M. Adama Tiémoko Diarra, Ministre de l’Aménagement du Territoire et de la Population, en charge de la statistique au Mali..

M. Vodounou a félicité le Ministre pour sa nomination et a fait une brève présentation d’AFRISTAT et de ses activités au Mali. Il a aussi remercié les autorités maliennes pour le versement de la totalité de leur contribution au Fonds AFRISTAT 2016-2025.

Le Ministre a salué la présence d’AFRISTAT au Mali et a invité la Direction Générale à renforcer ses appuis à l’Institut national de la statistique (INSTAT) pour l’organisation du prochain Recensement général de la population et l’habitat (RGPH) et le Recensement des unités économiques.
Le Directeur Général a donné l’assurance que son équipe ne ménagera aucun effort pour accompagner le Mali dans la réalisation de ces différentes opérations.
M. Harouna Koné, Directeur Général de l’INSTAT a pris part à cette audience.

Visite du Directeur Général D’AFRISTAT à l’Insee


Le 29 juin 2015 à Paris, le Directeur Général d’AFRISTAT, M. Cosme Vodounou a rendu une visite de courtoisie au Directeur Général de l’Insee, M. Jean Luc Tavernier. Il était accompagné de M. Dodji V. Silété-Adogli, expert en planification stratégique et gestion axée sur les résultats à AFRISTAT. Ont également pris part à l’audience les collaborateurs du Directeur Général de l’Insee suivants : MM. Stéphane Gregoir, Directeur de la méthodologie et de la coordination statistique internationale, Raoul Depoutot, Chef du Département de la coordination statistique et internationale, Mmes Dominique Francoz et Constance Torelli respectivement Chef de la Division « Appui technique international » et Chargée des programmes de coopération (Afrique subsaharienne et Amérique du sud).

Le programme de coopération entre AFRISTAT et l’Insee a été passé en revue avec un accent sur l’appui de l’Insee au renforcement des capacités des experts d’AFRISTAT et des cadres des Instituts nationaux de statistique de ses Etats membres. La dernière en date évoquée est la participation au Centre de formation de l’Insee de Libourne (CEFIL) d’une quinzaine de cadres des pays francophones d’Afrique au séminaire consacré à la valorisation et à l’utilisation des données du recensement général de la population pour le suivi des Objectifs du développement durable (ODD).

D’autres questions ont été abordées parmi lesquelles : la mobilisation des ressources pour la réécriture du logiciel ERETES, l’initiative d’élargissement des interventions d’AFRISTAT aux pays anglophones d’Afrique subsaharienne, la collaboration avec les écoles de statistique africaines, les interventions communes AFRISTAT-Insee pour réaliser des activités d’appui technique, notamment à l’INS du Ghana pour l’utilisation du logiciel ERETES dans l’élaboration des comptes nationaux et à la BCEAO en matière de comptes réels et de conjoncture.

Enfin le Directeur Général d’AFRISTAT a sollicité l’accompagnement du Directeur Général de l’Insee dans le plaidoyer pour la contribution de la France au troisième Fonds de capitalisation d’AFRISTAT couvrant la période 2016-2025.

Visite du Directeur Général au Ministre de l’Economie et des Finances du Mali


Le Directeur Général d’AFRISTAT, M. Cosme Vodounou a rendu une visite de courtoisie le 30 avril 2015 à son Excellence M. Mamadou Igor Diarra, Ministre de l’Economie et des Finances du Mali. M. Vodounou a fait le compte rendu de la dernière réunion du Conseil des Ministres d’AFRISTAT tenue le 9 avril 2015 à Bamako. Il a attiré l’attention du Ministre sur les décisions issues de cette réunion en l’occurrence le paiement des contributions des Etats membres au Fonds AFRISTAT 2016-2025.

Le programme de coopération entre AFRISTAT et l’Insee a été passé en revue avec un accent sur l’appui de l’Insee au renforcement des capacités des experts d’AFRISTAT et des cadres des Instituts nationaux de statistique de ses Etats membres. La dernière en date évoquée est la participation au Centre de formation de l’Insee de Libourne (CEFIL) d’une quinzaine de cadres des pays francophones d’Afrique au séminaire consacré à la valorisation et à l’utilisation des données du recensement général de la population pour le suivi des Objectifs du développement durable (ODD).

Le Ministre a remercié la délégation d’AFRISTAT et s’est engagé à accompagner l’Observatoire pour la mobilisation des ressources et l’acquittement d’une partie de la contribution du Mali. Le Directeur Général de l’INSTAT du Mali, M. Seydou Moussa Traoré a pris part à cette audience.

Visite courtoisie et de travail du Directeur Général au Burkina Faso, au Bénin et au Sénégal


Dans le cadre de la mobilisation des ressources auprès des autorités des Etats membres d’AFRISTAT, le Directeur Général d’AFRISTAT a réalisé une série de missions qui l’ont conduit au Burkina Faso, au Bénin et au Sénégal.

Lors de ces déplacements, le recouvrement des arriérés de financement au 2ème Fonds AFRISTAT (2006-2015) et la sensibilisation pour le démarrage du versement des contributions au titre du 3ème Fonds (2016-2025) constituaient les principaux points de discussions.

Au cours de sa mission au Sénégal, le Directeur Général a eu une séance d’échange avec les étudiants de 3ème année du cycle ISE de l’ENSAE sur le thème de l’économétrie avancée.

Audience auprès du Ministre d’Etat, Ministre de la Planification et du Développement de la Côte d’Ivoire


Le Ministre d’Etat, Ministre du Plan et du Développement de la Côte d’Ivoire, M. Albert Mabri Toiqueusse, a reçu en audience l’Ambassadeur du Canada en Côte d’Ivoire et M. Paul-Henri Nguema Meye, Directeur Général Adjoint d’AFRISTAT le 03 juin 2015. Ils étaient accompagnés de M. Dodji V. Silété-Adogli, expert en planification stratégique et gestion axée sur les résultats, et des experts de Statistique Canada participants à l’animation de l’atelier sur la planification stratégique intégrée organisé à Abidjan du 1er au 05 juin 2015.

Au cours de cette audience, le Ministre d’Etat s’est réjoui du fait que son pays a été choisi pour abriter cet atelier de formation. Il a particulièrement loué la collaboration agissante qui existe entre son pays, à travers l’INS, et AFRISTAT dont il a apprécié le travail de renforcement des capacités statistiques qu’il fait à l’endroit des Etats africains.

Visite de courtoisie du Directeur Général Adjoint au Département de la statistique de la BAD


Dans le cadre de la mobilisation des ressources auprès des autorités des Etats membres d’AFRISTAT, le Directeur Général d’AFRISTAT a réalisé une série de missions qui l’ont conduit au Burkina Faso, au Bénin et au Sénégal.

Lors de ces déplacements, le recouvrement des arriérés de financement au 2ème Fonds AFRISTAT (2006-2015) et la sensibilisation pour le démarrage du versement des contributions au titre du 3ème Fonds (2016-2025) constituaient les principaux points de discussions.
En marge de l’atelier de formation en planification stratégique intégrée tenu à Abidjan, M. Paul-Henri Nguema Meye, Directeur Général Adjoint d’AFRISTAT a rendu une visite de courtoisie à M. Oliver CHINGANYA, Chef de la Division de renforcement des capacités du Département de la statistique de la BAD le 03 juin 2015. Il était accompagné de M. Dodji V. Silété-Adogli, expert en planification stratégique et gestion axée sur les résultats, Point focal du Programme de renforcement des capacités statistiques de la BAD (PRCS) à AFRISTAT.

Il est ressorti des entretiens : (i) l’accord de principe de l’octroi prochain de l’avis de non objection pour la réalisation de l’audit du PRCS BAD III et (ii) l’assurance de la poursuite de l’appui financier de la BAD à AFRISTAT dans le cadre du PRCS BAD IV dont le document de projet a été mis à la disposition de l’Observatoire.

Visite du Directeur Général au Congo.


images

Du 26 juin au 02 juillet 2014, M. Cosme Vodounou, Directeur Général d’AFRISTAT, a effectué une visite de travail à Brazzaville où il a été reçu par M. Léon Raphaël Mokoko, Ministre Délégué chargé du Plan et de l’Intégration du Congo, Président en exercice du Conseil des Ministres d’AFRISTAT. Les points abordés au cours de cette rencontre étaient relatifs : au projet de Convention pour le renforcement de capacités de l’INS du Congo et la mobilisation du Fonds AFRISTAT pour la période 2016-2025.

M. Vodounou était accompagné de MM. Oumarou Elhadji Malam Soulé et Dodji V. Silété-Adogli, respectivement expert en organisation institutionnelle des systèmes statistiques et expert en planification stratégique et gestion axée sur les résultats. M. Samuel Ambapour, Directeur Général de l’INS du Congo a également pris part à cette rencontre.

Visite du Directeur Général au Togo.


Le 28 mai 2014, M. Cosme Vodounou, Directeur Général d’AFRISTAT accompagné de M. Dodji V. Silété-Adogli, expert en planification stratégique et gestion axée sur les résultats, a rendu une visite de courtoisie et d’échanges à Son Excellence Monsieur Mawussi Djossou Semodji, Ministre de la planification, du développement et de l’aménagement du territoire du Togo. Au cours de cette rencontre qui a eu lieu au Centre des services administratifs et financiers (CASEF) à Lomé, trois sujets ont été abordés : (i) la fin des interventions d’AFRISTAT dans le cadre du Projet d’appui institutionnel II volet 3 « appui à la statistique » et les perspectives ; (ii) la présidence du Comité de direction d’AFRISTAT qui sera tenue par le Togo à compter de janvier 2015 ; (iii) la contribution des Etats membres au Fonds AFRISTAT 2016-2025. Etaient également présents à cette rencontre, M. Yao Nguissan, Directeur Général de la statistique et de la comptabilité nationale et M. Essohanam Edjeou DJEOU, Directeur de cabinet du Ministre.

Visite du Directeur de la statistique et de la recherche de la CEDEAO.


Le 02 juin 2014, M. Cosme Vodounou, Directeur Général d’AFRISTAT a reçu M. Mohammed Yahaya, Directeur de la Statistique et de la Recherche à la Commission de la CEDEAO. La visite M. Yahaya s’inscrit dans le cadre du renforcement des relations de coopération entre AFRISTAT et la Commission de la CEDEAO. Au cours de cette rencontre, les discussions ont porté sur les axes de partenariat, les questions statistiques ainsi que la participation réciproque des deux institutions aux différentes rencontres qu’elles organisent. Les deux parties ont aussi échangé sur les possibilités de mutualiser leurs efforts pour appuyer les Systèmes statistiques nationaux au niveau de la sous-région.

Visite de la délégation du Secrétariat de PARIS21.


Le Directeur général d’AFRISTAT a reçu le 7 et 8 avril 2014 la visite d’une délégation de PARIS21 comprenant M. Geoffrey Greennwell et Mme Leslie Rae, responsables du Projet ADP (accelerated data program). Les discussions ont porté sur les différents points de collaboration ; à savoir la documentation et l’archivage des microdonnées, l’élaboration de politiques de diffusion, les dialogues entre les utilisateurs et les producteurs de microdonnées et l’organisation d’ateliers des utilisateurs. Au cours des mois à venir, les deux institutions poursuivront les discussions en vue de l’adoption d’un programme de travail commun.

Visite du Directeur Général d’AFRISTAT au Ministère des Affaires Étrangères et de la Coopération Internationale du Mali.


images

M. Cosme VODOUNOU, Directeur Général d’AFRISTAT a été reçu en audience le mardi, 11 février 2014 par son Excellence M. Zahabi Ould Sidi MOHAMED, Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale du Mali. La visite du Directeur Général d’AFRISTAT s’inscrit dans le cadre du renforcement des relations de coopération entre AFRISTAT et le Mali où se trouve le siège de l’Institution. Sur ce point, M. VODOUNOU a mis l’accent sur les bonnes relations de travail entre AFRISTAT et le Système Statistique National (SSN) et en particulier L’Institut National de la Statistique du Mali (INSTAT) qui bénéficie des appuis techniques d’AFRISTAT dans le domaine du renforcement des capacités statistiques.

Le Directeur Général a tenu à remercier les autorités maliennes qui ont bien voulu offrir un terrain à AFRISTAT pour la construction de son siège. Monsieur le Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale du Mali, son Excellence M. Zahabi ould Sidi MOHAMED s’est dit très honoré de cette visite et a félicité AFRISTAT pour son travail au Mali et dans la sous région. Il s’est engagé à introduire AFRISTAT auprès de son homologue Ministre du Plan et de la Prospective.

Visite du Directeur Général d’AFRISTAT au Président du Conseil des Ministres en Guinée Bissau.


En vue de la préparation de la 23ème session du Conseil des Ministres d’AFRISTAT, le 2 octobre 2013 à Paris, une délégation d’AFRISTAT conduite par M. Cosme VODOUNOU, Directeur Général d’AFRISTAT et comprenant Mme BOUKENEM Fatima DIALLO, chargée de communication a rendu une visite de courtoisie et d’échanges à son Excellence M. Soares SAMBU, Ministre de l’Économie et de l’Intégration Régionale de la Guinée Bissau, Président du Conseil des Ministres d’AFRISTAT.

La délégation d’AFRISTAT a été reçue le 26 août 2013 à 12h 00 par SEM Soares SAMBU. Les échanges ont porté sur le compte rendu de la dernière réunion du Conseil des Ministres tenue le 7 avril 2013 à Dakar, les points inscrits à l’ordre du jour de la 23ème session du Conseil des Ministres prévue le 2 octobre 2013 ainsi que la répartition des contributions au Fonds AFRISTAT 2016-2025.

Le Directeur Général d’AFRISTAT a fait un compte rendu de la dernière réunion du Conseil des Ministres sur la situation des contributions des États membres au Fonds 2006-2015 en cours, les missions de mobilisation des ressources effectuées dans les États, ainsi qu’un plaidoyer sur le gain tiré par un État du fait de son appartenance à AFRISTAT.

Le Président du Conseil des Ministres a remercié le Directeur Général d’AFRISTAT pour cette visite et a promis que des efforts seront faits pour honorer les contributions de la Guinée Bissau avant la prochaine réunion du Conseil des Ministres. Il a aussi donné son accord pour le projet d’ordre du jour de la 23ème session du Conseil des Ministres.

La délégation d’AFRISTAT a aussi rencontré au cours de cette visite, MM. Gino MENDES et Nicolau DOS SANTOS, respectivement Ministre des Finances et Ministre de l’Agriculture de la Guinée Bissau.

Les rencontres avec ses deux personnalités ont permis d’une part de faire le point sur la situation des contributions de la Guinée Bissau au Fonds AFRISTAT 2006-2015 et d’autre part de dégager des pistes de travail pour accompagner le pays dans le domaine des statistiques agricoles.

images

Le Directeur Général d’AFRISTAT a profité de sa présence en Guinée Bissau pour rencontrer le Représentant Résident de la Commission de l’UEMOA, M. Mamadou BA. Les discussions ont porté sur l’accompagnement de la Guinée Bissau dans la production de statistiques fiables.

La visite s’est déroulée dans de très bonnes conditions grâce à la bonne organisation de M. Carlos Mendes DA COSTA, Directeur de l’INE de Guinée Bissau. Elle a permis de sensibiliser les autorités Bissau-guinéennes sur la situation des contributions au Fonds AFRISTAT et surtout d’informer le Président du Conseil des Ministres des enjeux de la 23ème session du Conseil des Ministres sur l’avenir d’AFRISTAT qu’il aura l’honneur de présider le 2 octobre 2013 à Paris.

La délégation d’AFRISTAT tient à remercier vivement les autorités de la Guinée Bissau pour leur disponibilité.

Visite du Directeur Général Adjoint d’AFRISTAT au Bureau de la Coopération Canadienne à Bamako
M. Paul-Henri Nguema Meye, Directeur Général Adjoint d’AFRISTAT a rendu une visite de courtoisie, le 19 juin 2013, à la Coopération Canadienne. Il a été reçu par M. Louis Verret, Directeur de la Coopération de l’Agence Canadienne de Développement International (ACDI) à Bamako qu’assistait M. François-Philippe Dubé, Premier Secrétaire (coopération).
Le Directeur Général Adjoint a, après avoir présenté AFRISTAT à ses interlocuteurs, exprimé le souhait de voir l’institution qu’il représente établir des relations de collaboration avec la Coopération canadienne dans l’effort de mise en œuvre dans ses pays d’intervention des méthodes harmonisées de production statistique dans les domaines économiques et sociaux.
Il a aussi indiqué les relations de travail naissantes entre AFRISTAT et Statistique Canada sur la problématique générale du renforcement des capacités en matière de gestion des organismes statistiques.
Le Directeur Général Adjoint qui était accompagné de Mme Boukenem Fatima Diallo, chargée de communication à AFRISTAT, a souligné qu’AFRISTAT développe ses capacités sur des thématiques émergentes comme les statistiques de l’environnement, les statistiques de genre et l’élaboration des cadres d’assurance qualité pour les diffuser auprès de ses Etats membres.
Le Directeur de la Coopération s’est dit intéressé par le travail effectué par AFRISTAT et a accueilli favorablement les différentes propositions émises par la délégation d’AFRISTAT. Il a proposé que les deux parties poursuivent les contacts afin d’étudier les différentes opportunités qui peuvent exister pour enclencher une première expérience de collaboration au Mali ou dans un cadre sous-régional.

Visite du Directeur Général d’AFRISTAT au Cameroun et au Congo
M. Cosme Vodounou, Directeur Général d’AFRISTAT, s’est rendu à Yaoundé (Cameroun) et à Brazzaville (Congo) respectivement du 11 au 13 juin et du 18 au 20 juin 2013 pour des visites de travail. Au cours de son séjour, il a échangé avec les Directeurs généraux des instituts nationaux de statistique des deux pays visités sur les questions relatives à la reconstitution du Fonds AFRISTAT 2016-2025 et aux appuis techniques d’AFRISTAT. Le Directeur Général était accompagné de M. Oumarou Elhadji Malam Soulé, expert en organisation institutionnelle des systèmes statistiques.

Signature de convention pour la mise en œuvre du projet ECVM au Burundi
Une mission conduite par M. Cosme Vodounou, Directeur Général d’AFRISTAT et comprenant M. Soumaïla Diarra, Chef du Service administratif et financier s’est rendue à Bujumbura du 11 au 16 mai 2013. La mission a permis au Burundi et à AFRISTAT de s’accorder sur les termes de la convention à signer dans le cadre du projet d’enquête sur les conditions de vie des ménages (ECVM). Elle a également permis d’avoir une meilleure planification des travaux de l’enquête.


Visite du Directeur Général Adjoint au Cameroun auprès de l’ISSEA et de l’IFORD

Le 06 mai 2013, M. Paul-Henri Nguema Meye a séjourné à Yaoundé (Cameroun) où il conduisait une mission de finalisation de la programmation des interventions d’AFRISTAT à l’ISSEA et à l’IFORD, puis d’examen des autres opportunités de collaboration avec ces écoles.
A cette occasion, il a eu des entretiens avec les premiers responsables de ces établissements de formation statistique et démographique avec qui il a été arrêté ou confirmé les dates et thèmes des séminaires que les experts d’AFRISTAT devaient animer. Ainsi, pour l’IFORD, le séminaire sur la pratique des techniques de sondage a été confirmé pour la période du 13 au 24 mai 2013. Pour ce qui est de l’ISSEA, le thème sur les cadres stratégiques de réduction de la pauvreté a été précisé et la période du 20 au 24 mai 2013 a été convenue pour l’animation dudit séminaire.
En plus des questions de formation, le DGA d’AFRISTAT a également établi, avec l’appui de ses hôtes, les contacts utiles pour l’intégration effective d’AFRISTAT dans le processus en cours de formation des formateurs sur les statistiques de l’environnement et des changements climatiques qui est organisé par la coopération allemande.

Visite d’une délégation de la Banque africaine de développement (BAD)
Une délégation de la Banque africaine de développement (BAD), conduite par M. Fessou Emessan Lawson, statisticien principal au Département statistique et comprenant M. Juste Nitiema, consultant informaticien de Prognoz, a effectué les 2 et 3 mai 2013, une mission de présentation des systèmes Data portal et Open data pour la gestion et la diffusion des données statistiques.
Cette mission a été sanctionnée par l’adoption du calendrier des activités devant aboutir à la mise en place du portail des données statistiques sur le site Internet d’AFRISTAT.
Conformément au calendrier, AFRISTAT a fourni à la BAD toutes les informations nécessaires à la mise en place de son espace.

Visite du Statisticien en Chef du Centre Statistique de l’UEMOA
A la faveur d’une mission à Bamako (Mali), M. Bakary Sacko, Statisticien en Chef du Centre Statistique de l’UEMOA, a été reçu en audience par M. Paul-Henri Nguema Meye, Directeur Général Adjoint d’AFRISTAT, le 24 avril 2013. Prenaient part également à cette rencontre MM. Claude Tchamda et Daouda Diarra respectivement expert prix à AFRISTAT et Chargé des études et statistiques économiques au Centre statistique de l’UEMOA.
L’entretien était focalisé sur les questions suivantes : (i) la poursuite de l’évaluation et de la correction du logiciel Phoenix-UEMOA, (ii) l’initiative de création d’un fonds pour l’entretien du logiciel Phoenix-UEMOA et (iii) le projet d’extension de l’IHPC.
Le logiciel Phoenix-UEMOA qui est en cours d’utilisation dans les Etats membres de l’UEMOA a montré quelques signes de dysfonctionnements. Pour y remédier, AFRISTAT et le Centre de statistique de l’UEMOA ont institué un dispositif d’inventaire et de partage des problèmes constatés et les solutions respectives préconisées. Cette organisation donne actuellement satisfaction aux pays bénéficiaires.
S’agissant de la création d’un fonds pour l’entretien du logiciel phoenix-UEMOA et le projet d’extension de l’IHPC, toutes ces initiatives ont reçu un écho favorable. Dans le premier cas, AFRISTAT a proposé un mode de gestion du fonds qui dépendrait d’un comité de pilotage et dans le second, le calendrier prévisionnel devrait voir le projet démarrer officiellement en juillet 2013 pour s’achever au cours de l’année 2015.

Rencontre avec le Coordonnateur du Centre régional du PNUD pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre
MM. Cosme Vodounou et Paul-Henri Nguema Meye, respectivement Directeur Général et Directeur Général Adjoint d’AFRISTAT, ont eu une séance de travail le 04 avril 2013 à Dakar (Sénégal) avec M. Christian Bonifas, Coordonnateur du Centre régional du PNUD pour l’Afrique de l’ouest et du centre basé à Dakar, qui était accompagné d’un de ses conseillers techniques en la personne de M. Claude Joeger.

Cette rencontre qui était la première du genre entre les responsables de ces deux institutions constituait une prise de contact au cours de laquelle les présentations mutuelles des missions et des pays couverts par les deux organismes ont été effectuées. Intervenants toutes les deux dans le domaine du renforcement des capacités, les possibilités de complémentarité et également les opportunités de mutualisation des efforts au niveau des interventions dans les pays couverts en commun sont apparues évidentes. C’est pourquoi, les deux parties ont convenu de se retrouver ultérieurement pour s’entendre sur les thématiques de collaboration à développer conjointement.

Visite du Directeur Général en Guinée Bissau et au Tchad.

Une mission conduite par M. Ousman Abdoulaye HAGGAR, Directeur Général de l’ INSEED du Tchad, Président du Comité de direction et composée de M. Cosme VODOUNOU, Directeur Général d’AFRISTAT s’est rendue en Guinée Bissau où elle a eu une séance de travail, le vendredi 08 février 2013, avec M. José BIAI, Ministre de l’Economie et de l’Intégration Régionale, Président du Conseil des Ministres d’AFRISTAT. Au cours de cette rencontre, les échanges ont porté, d’une part, sur l’organisation de la mission de mobilisation des ressources d’AFRISTAT conformément à la résolution du Conseil des Ministres tenu à Paris le 04 octobre 2012 et, d’autre part, sur la tenue de la 22e session du Conseil des Ministres d’AFRISTAT en marge de la réunion de la Zone Franc.

De gauche à droite : MM Cosme VODOUNOU, Ousman Abdoulaye HAGGAR et José BIAI

A la suite de cette rencontre, la délégation conduite par M. José BIAI a été reçue par M. Abubacar Demba DAHARA, Ministre des Finances de la Guinée Bissau. En plus des appuis d’AFRISTAT à la Guinée Bissau, la délégation a abordé la question de la reconstitution des ressources d’AFRISTAT et du versement de la contribution de la Guinée Bissau au Fonds AFRISTAT 2006-2015.

Au paravant, M. VODOUNOU s’est rendu à Ndjaména pour une visite de courtoisie, le 05 février 2013, au Président du Comité de direction d’AFRISTAT, M. Ousman Abdoulaye HAGGAR, Directeur Général de l’INSEED du Tchad. Au cours de cette rencontre, les échanges ont porté sur les appuis techniques d’AFRISTAT au Tchad, l’ordre du jour de la prochaine réunion du Comité de direction et l’organisation de la mission de mobilisation des ressources d’AFRISTAT.

Par la suite MM. HAGGAR et VODOUNOU ont été reçus successivement par M. Kordje BEDOMRA, Ministre des Finances et Mme Amina MAHAMAT, Secrétaire d’Etat aux Finances et au Budget du Tchad. Au cours de ces rencontres, ils ont échangé sur les questions de mobilisation des ressources au profit du Fonds AFRISTAT 2006-2015.

De gauche à droite : MM. Kordje BEDOMRA, Cosme VODOUNOU et Ousman Abdoulaye HAGGAR

M. VODOUNOU était accompagné de M. Oumarou ELHADJI MALAM SOULE, expert en organisation institutionnelles des systèmes statistiques.

Visite du Directeur Général au Bénin.

Du 16 au 19 octobre 2012, une mission conduite par le Directeur Général, s’est rendue à Cotonou (Bénin). Elle a rencontré le Premier Ministre et le Ministre du Développement, de l’Analyse économique et de la prospective pour leur faire le point des décisions importantes issues de la 21e session du Conseil des Ministres d’AFRISTAT tenue le 4 octobre 2012 à Paris.

Au cours de la mission, les points suivants ont été abordés : i) l’engagement des deux ministres pour le soutien à AFRISTAT, notamment le versement à temps de la contribution du Bénin au Fonds AFRISTAT 2016-2025 ; ii) l’accompagnement d’AFRISTAT pour le renforcement des capacités des cadres du ministère de l’agriculture pour la production des statistiques agricoles basée sur une méthodologie transparente ; iii) les appuis au quatrième recensement général de la population et de l’habitation (RGPH4) dans le cadre du troisième programme de renforcement des capacités de la BAD.

Visite du Directeur national des études économiques et de la prévision de la Guinée à AFRISTAT.

M. Joachim Lama, Directeur national des études économiques et de la prévision (DNEEP) de la Guinée a rendu une visite de travail à AFRISTAT le vendredi 30 novembre 2012. Cette visite avait pour objet la finalisation d’une convention de prestation de service pour la mise en place d’un modèle de type TABLO à la DNEEP. Elle a permis également d’actualiser le chronogramme des interventions d’AFRISTAT. L’appui d’AFRISTAT permettra aussi de renforcer le potentiel de la DNEEP en matière de suivi et d’analyse conjoncturels. Les activités vont démarrer au cours du premier semestre 2013.

Visite de la délégation tchadienne à AFRISTAT.

Une délégation tchadienne conduite par M. Oumar Adoum, Secrétaire exécutif du Comité national pour l’éducation et la formation en liaison avec l’emploi et comprenant Mme Midebel Madjidanoum Mbaidanoum Germaine, Directrice de l’Observatoire de l’éducation, de la formation et de l’emploi a effectué une visite d’études à AFRISTAT du 3 au 7 décembre 2012. L’objet de la visite a été d’échanger avec AFRISTAT sur les expériences en matière d’élaboration et d’analyse des indicateurs du marché du travail. La mission a été suivie par les experts du département des statistiques sociales et de la stratégie de réduction de la pauvreté et du centre de recherche d’AFRISTAT. La délégation a bénéficié des communications sur la méthodologie harmonisée d’enquête sur l’emploi et le secteur informel, la gestion d’un système d’information sur le marché du travail, la liste minimale des indicateurs du marché du travail adoptée par l’Union africaine, la mesure et l’analyse des indicateurs du travail décent et les techniques d’enquête par sondage.

Monsieur Cosme VODOUNOU a été reçu en audience le mercredi 15 août par M. Rui DUARTE BAROS, Premier Ministre de Guinée Bissau.

Cette visite s’est faite en présence de MM José BIAI et Oscar SUCA BALDE, respectivement Ministre de l’Economie et de l’Intégration Régionale et Ministre de la Pêche. Était également présent M. Carlos Mendes DA COSTA, Directeur Général de l’Institut National de la Statistique.

En plus des questions liées à l’organisation de la 21ème réunion du Conseil des Ministres d’AFRISTAT, M. VODOUNOU a donné des précisions sur les appuis d’AFRISTAT à la Guinée Bissau et fait un plaidoyer auprès des plus hautes autorités bissau-guinéennes pour le renforcement du système statistique.

Au cours de cette visite, M. VODOUNOU était accompagné de M. Oumarou ELHADJI MALAM SOULE, expert en organisation institutionnelles des systèmes statistiques.

Participation du Directeur Général d’AFRISTAT aux réunions des partenaires à Paris : CODESA, CESD-Statisticiens pour le développement, ADETEF, INSEE, MAEE.

M. Cosme Vodounou, Directeur Général d’AFRISTAT a participé du 30 juin au 6 juillet à Paris à une série de rencontres organisées par les partenaires. Ces différentes rencontres ont permis au Directeur Général d’AFRISTAT de présenter sa vision et sa stratégie pour les prochaines années, notamment sur la restructuration institutionnelle et organisationnelle pour la période 2016-2025. A l’issue de ces réunions, des projets de partenariats ont été initiés en faveur de la réalisation des prestations au profit des Etats membres d’AFRISTAT. Cette visite a également permis à la Direction générale d’AFRISTAT d’améliorer sa visibilité.

Les principaux résultats de ces rencontres sont :

  • l’engagement du Ministère français des affaires étrangères à accompagner AFRISTAT dans le plaidoyer en vue du recouvrement des contributions des Etats membres sur le fonds actuel et dans l’assistance technique de l’Observatoire ;
  • la signature d’une convention avec le GENES pour le financement de l’organisation du concours commun d’entrée dans les écoles de statistique d’Abidjan, Dakar et Yaoundé de l’année 2013 ;
  • l’identification des actions communes à l’Insee et AFRISTAT dans la collaboration au profit des Etats membres. L’Insee, par la voix de son Directeur Général s’est engagé à étudier favorablement les demandes d’AFRISTAT auprès du Ministère des affaires étrangères, notamment la mise à disposition d’un cadre de l’Insee au MAE pour le suivi des activités et appuis statistiques et la fourniture d’assistants techniques à AFRISTAT. Il a par ailleurs, assuré AFRISTAT de la poursuite des appuis techniques de l’Insee sur des sujets spécifiques relatives aux questions méthodologiques et la réalisation des missions d’étude et conjointes des experts dans les pays ;
  • l’accord sur la stratégie de finalisation du projet d’élaboration de modules d’initiation à la statistique de cadres non statisticiens travaillant dans les SSN ;
  • l’accord d’AFRISTAT à participer à l’atelier organisé par l’IIS sur le leadership à Dakar du 12 au 14 décembre 2012 et à animer la session consacrée à la collecte des données.

M. Vodounou était accompagné de M. Freeman Amegashie, Coordonnateur du département des appuis stratégiques et de la diffusion.

Visite de travail du Directeur Général à la Délégation de l’Union européenne

M. Cosme Vodounou a été reçu le mardi 14 février 2012 par M. Emile Jannet, Chef de Coopération de la Délégation de l’Union européenne au Mali. Il était accompagné par M. Oumarou Elhadji Malam Soulé, expert en organisation institutionnelle des systèmes statistiques.

La visite a permis à M. Vodounou, d’une part, de prendre contact avec la Délégation de l’Union européenne et, d’autre part, de discuter des futurs axes de coopération entre les deux institutions pour le renforcement des capacités des systèmes statistiques.

Elle lui a également permis d’apporter des précisions sur les appuis techniques que son institution apporte à ses Etats membres et en particulier au Mali.

Visite de travail du Directeur Général en Guinée Bissau

M. Cosme Vodounou a effectué du 16 au 19 février 2012 une visite de travail auprès de la Ministre de l’Economie, du Plan et de l’Intégration Régionale de la Guinée Bissau, Présidente du Conseil des Ministres d’AFRISTAT. Cette visite s’inscrit dans le cadre de la préparation de la 21ème session du Conseil des Ministres. Les échanges ont essentiellement porté sur la présentation des points inscrits à l’ordre du jour de cette réunion, la situation du Fonds AFRISTAT et le plaidoyer en faveur de l’Observatoire.

La Présidente du Conseil des Ministres a indiqué sa disponibilité à assumer les responsabilités qui sont les siennes en insistant sur l’importance d’AFRISTAT pour ses Etats membres et a confirmé la disponibilité de son pays à coopérer avec l’Observatoire.

Concernant la situation du Fonds AFRISTAT, la mission a suggéré à la Présidente du Conseil d’activer le sous-comité du Conseil des Ministres chargé du plaidoyer pour la mobilisation des ressources.

Visite du Directeur Général d’AFRISTAT au Ministère français des affaires étrangères et européennes, Paris (France)

M. Cosme Vodounou a été reçu le 7 mars 2012 à Paris, au Ministère des affaires étrangères et européennes par M. Jean-Baptiste Mattei, Directeur Général de la Mondialisation, du Développement et des Partenaires, en présence de quelques cadres. Il était accompagné par M. Freeman Amegashie, Coordonnateur du Département des Appuis Stratégiques et de la Diffusion.

M. Vodounou a renouvelé les remerciements des Etats membres à la France pour ses appuis et a présenté les défis auxquels fait face actuellement l’Observatoire, notamment la mobilisation des fonds. A l’issue de cette rencontre, la France a assuré AFRISTAT de sa disponibilité à poursuivre ses appuis techniques et financiers et à renforcer le plaidoyer auprès d’autres partenaires pour le financement de ses activités.

Visite du Conseiller de Coopération et d’Action Culturelle de l’Ambassade de France au Mali

AFRISTAT a accueilli la visite du Conseiller de Coopération et d’Action Culturelle de l’Ambassade de France au Mali. Cette visite s’inscrit dans le cadre du renforcement de la collaboration existante entre les deux institutions.

Messieurs Yves Gueymard et Patrick Médori, respectivement Conseiller et Conseiller adjoint de Coopération et d’Action Culturelle – Gouvernance et développement de l’Ambassade de France au Mali, ont rendu visite à la Direction générale d’AFRISTAT, le 21 février 2012. Ils ont été reçus par le Directeur Général d’AFRISTAT en présence du Directeur Général adjoint, des coordonnateurs de départements et des trois assistants techniques de la coopération française en poste à AFRISTAT.

Au cours de cette visite, Monsieur Gueymard a souhaité le renforcement de l’assistance d’AFRISTAT au Mali et celui de la collaboration entre les deux institutions. Le Directeur Général d’AFRISTAT a évoqué les difficultés que rencontrent ses experts pour obtenir des visas d’entrée en France et l’arrêt des dotations en équipements des assistants français. Les visiteurs ont regretté les désagréments connus par les experts d’AFRISTAT pour l’obtention des visas et se sont engagés pour étudier les voies et moyens en vue de la reconduction des dotations en équipements des assistants techniques.

Visite de M. Hervé Joly, Chef de Division Afrique Occidentale du FMI, à AFRISTAT

Une délégation du Fonds Monétaire International (FMI) conduite par M. Hervé Joly, Chef de Division Afrique Occidentale du Département Afrique et comprenant Mme Valeria Fichera, Représentante Résidente du FMI au Sénégal et M. Olivier Benon, Directeur d’AFRITAC de l’Ouest à Bamako, a rendu visite à la Direction générale d’AFRISTAT, le mardi 20 mars 2012.

Cette visite s’inscrit dans le cadre de l’étroite collaboration qui existe entre AFRISTAT et le FMI à travers AFRITAC du Centre et AFRITAC de l’Ouest. Le Chef de Division Afrique Occidentale a exprimé son intérêt pour les statistiques du marché du travail et de l’emploi et s’engage à accompagner AFRISTAT dans ce domaine par la sensibilisation sur l’utilité de ces statistiques et la promotion des produits développés par AFRISTAT dans les Pays.

M. Cosme Vodounou, Directeur Général d’AFRISTAT, après une brève présentation de l’Observatoire et de la place qu’il occupe dans le renforcement de l’intégration et l’harmonisation des méthodologies dans ses Etats membres, a assuré la délégation de la disponibilité de son institution à collaborer avec le FMI et à développer le domaine du marché du travail et de l’emploi qui est un champ d’intérêt commun pour un ensemble de pays.

L’excellente coordination entre AFRISTAT et AFRITAC a été reconnue et vivement saluée par les deux parties.

Les rencontres régionales et internationales

Du 17 au 23 janvier 2012, une délégation d’AFRISTAT conduite par M. Cosme Vodounou, Directeur général, et comprenant M. Bruno Nouatin, expert en statistiques démographiques, M. Siriki Zanga Coulibaly, expert en analyse de la pauvreté et M. Gabriel Doffou, expert en comptabilité nationale, s’est rendue à Cape Town (Afrique du Sud) pour participer à une conférence sur le développement de la statistique. Cette conférence, qui a pour thème « Mobiliser des ressources financières et techniques pour le suivi des Objectifs du Millénaire pour le développement dans les pays africains», était constituée de trois réunions : (i) la 5ème réunion du Forum Africain pour le développement de la statistique en Afrique (FASDEV), (ii) le 7ème Symposium annuel sur le développement de la statistique (ASSD) et (iii) la 3ème réunion de la Commission statistique pour l’Afrique (ComStat Afrique III).

Cette rencontre a permis d’une part, de mobiliser une fois de plus les partenaires techniques et financiers pour l’appui à la production et à la formation en statistique et de traiter des défis liés à l’infrastructure humaine et institutionnelle pour l’amélioration des systèmes et des statistiques d’état civil et, d’autre part, d’examiner les efforts déployés en appui au suivi et à l’évaluation des progrès accomplis par les pays africains dans le domaine de l’intégration sur le continent et de faire le bilan des progrès réalisés par les différents groupes de travail permanents créés lors des réunions de la Commission statistique pour l’Afrique.

MM. Cosme Vodounou, Directeur Général et Freeman Amegashie, Coordonnateur du département des appuis stratégiques et de la diffusion, ont pris part aux travaux de la 43ème session de la Commission statistique des Nations unies qui s’est tenue du 28 février au 2 mars 2012 à New York (USA).

Cette importante rencontre de la communauté statistique internationale a été l’occasion de débattre de diverses questions, dont les plus importantes ont été : l’avenir des recensements de la population et de l’habitat, la révision du système de comptabilité nationale 2008, la stratégie pour le développement des statistiques agricoles, le cadre national d’évaluation de la qualité, le programme de comparaison internationale, le rapport sur le développement humain durable, les statistiques ventilées selon le genre, les statistiques relatives aux technologies de l’information et de la communication, les indicateurs de la violence faite aux femmes, la coordination des activités statistiques. Grâce à la bonne coordination réalisée au niveau de ComStat Afrique III, les pays africains ont pu intervenir sur des questions clés pour le continent.

Le Directeur Général d’AFRISTAT a eu, au cours de ce séjour, plusieurs rencontres bilatérales avec des partenaires techniques et financiers pour discuter de sujets d’intérêt sur les activités communes. Une réunion spéciale a regroupé autour du Président du Comité de direction d’AFRISTAT, les Directeurs généraux des INS présents à New York et le Directeur Général d’AFRISTAT.

Concours des écoles

Résultat aux concours d’entrée

En partenariat avec les écoles de statistique africaines, AFRISTAT présente ici les résultats des concours d’entrée aux 4 écoles (ENEAM, ENSAE, ENSEA et ISSEA).

Les annales des concours d’entrée sont par ailleurs consultables sur le site du Centre d’Appui aux Ecoles de Statistique Africaines.

Marché du Travail


  • But et Objectifs du projet
    Activités
    Gouvernance
    Budget du programme

    But et Objectifs du projet

    Le but de ce projet est d’améliorer les informations du marché du travail et de renforcer les systèmes de suivi de la pauvreté afin de disposer d’information appropriée pour la formulation, l’évaluation de politique et encourager la participation et la responsabilité rédibitionnelle dans le processus de développement.
    L’objectif spécifique du projet est de renforcer les capacités des gouvernements, des partenaires sociaux, des institutions nationales des pays bénéficiaires pour la collecte, l’analyse et la dissémination régulières des informations relatives au marché de l’emploi et le suivi des données de la pauvreté.
    Financé par ACBF (Africa Capacity Building Foundation), le projet est mis en oeuvre au Cameroun, au Mali, au Nigeria, en Ouganda et en Zambie.

    Activités

    Les Unités nationales de Projet entreprennent des activités suivant leurs besoins spécifiques en renforcement des capacités tels qu’indiqués dans les programmes nationaux de travail. Les activités de renforcement des capacités seront centrés autour :

    du plaidoyer en faveur de l’amélioration des systèmes d’information du marché de l’emploi.

    Des séminaires/ateliers avec les décideurs politiques et des hauts cadres des diverses institutions seront organisés, ainsi que des compagnes et méthodes de sensibilisation incluant la production d’outils de plaidoyer tels que les sites internet.

    de l’utilisation des Nouvelles Technologies de l’information et de la Communication (NTIC).

    Il s’avère nécessaire de mettre à niveau les systèmes d’information sur l’emploi et la pauvreté, encourager et améliorer le réseautage parmi les fournisseurs d’information à travers l’utilisation des NTIC en vue d’une gestion effective et efficace de ces systèmes d’information et bases de données.

    du renforcement de la capacité d’analyse des Informations sur l’emploi et la pauvreté

    Développer des activités en vue d’une meilleure utilisation de l’information disponible pour générer des rapports et analyses répondant aux attentes des utilisateurs, notamment les décideurs politiques, les partenaires sociaux et divers acteurs impliqués dans le processus d’élaboration, de mise en oeuvre et du suivi du document de stratégie de réduction de la pauvreté (DSRP) , des formations seront organisées et le réseautage encouragé dans ce sens.

    du réseautage et de la coordination dans la production, le stockage et dissémination de l’information

    L’Unité Régionale va apporter un appui aux activités réalisées au niveau national en:

    • Établissant un réseau d’institutions sous régionales et régionales s’intéressant aux statistiques de l’emploi et de la pauvreté telles que le BIT, l’UEMOA, la CEMAC, la CEEAC, la SADC, la CEDEAO, IFORD, etc, en vue de favoriser un effet multiplicateur des activités
    • Établissant une base de données régionales sur la méthodologie, les outils et instruments pour la collecte, l’analyse de l’information sur l’emploi et la pauvreté. Il va encourager un réseau des directions nationales de la statistique pour favoriser le partage d’expérience, de meilleures pratiques et connaissances pour promouvoir des concepts et méthodologies harmonisés ainsi que la comparabilité des statistiques et indicateurs.
    • Organisant des formations en collaboration avec les institutions sous régionales et régionales de formation et de recherche.
    • Produisant un rapport régional basé sur les informations recueillies au niveau des pays.

    Gouvernance

    Au niveau régional, le projet est géré par une unité régionale de projet sous la supervision d’un Comité régional de pilotage du projet. Au niveau national, les activités sont assurées par une unité nationale de projet.

    Comité Régional de Pilotage du Projet (CRPP)

    Le Comité Régional de Pilotage du Projet est l’organe de prise de décision. Il est composé de représentants dûment mandatés par les cinq pays bénéficiaires et un représentant du BIT. Le CRPP n’est pas impliqué dans la gestion quotidienne du projet. Il est chargé essentiellement :

    • de la supervision de la mise en oeuvre du projet
    • de l’approbation des programmes d’activités et budgets correspondants tant au niveau régional que national
    • du suivi de la mise en oeuvre du projet régional et approbation du rapport annuel de l’unité régionale de projet
    • du suivi de la mise en oeuvre du projet au niveau national et approbation des rapports annuels nationaux soumis par les responsables des agences nationales d’exécution.
    • de la mobilisation des ressources pour l’extension du projet à d’autres pays dans la prochaine phase.

    Le secrétariat du CRPP est assuré par le l’Expert Régional du projet.

    Unité Régionale de Projet (URP)

    AFRISTAT coordonne les activités de l’Unité Régionale de Projet. Il est chargé :

    • de la gestion quotidienne du projet
    • de proposer le programme d’activités régional sur la base des programmes nationaux et des activités régionales ainsi que des budgets correspondants
    • Gestion des fonds du projet
    • Décaissement des fonds aux unités nationales
    • Entretenir des relations de travail avec les unités nationales et leur servir de clearing house
    • Entreprendre des activités au niveau régional en vue de l’harmonisation des concepts et méthodologies tendant à renforcer les capacités régionales en matière de la production des informations du Marché de l’emploi au niveau national, et par conséquent accroître l’impact du projet
    • Organiser des activités régionales de partage d’expérience et de formation.

    Unité Nationale de Projet (UNP)

    Les cinq pays participants ont désigné les institutions devant accueillir les unités de projet au niveau national, il s’agit de :

    • Carneroun: Fonds National de l’Emploi
    • Mali: Observatoire de l’emploi et de la Formation
    • Nigeria: National Manpower Unit
    • Ouganda: LMI Unit, Deparment of Labor, Ministry of Gender, Labor and Social Development
    • Zambia: Planning Unit, Ministry of Labor and Social Security.

    Les agences d’exécution doivent créer l’Unité Nationale de Projet et y allouer les ressources appropriées en terme de personnel et équipements comme leur contribution à la mise en oeuvre du projet. L’UNP est en charge de la gestion quotidienne des activités du projet au niveau national. Un comité de pilotage devant assurer la supervision des activités des UNP sera créé au niveau de chaque pays sur la base d’un format accepté par le CRPP.

    Le Budget du programme

    Le projet est exécuté sur une période de trois ans. Le coût du projet est estimé à 2 364 215 dollars des Etats Unis. Le détail du budget du projet est annexé au présent Accord. Le don de l’ACBF s’élève à un montant maximum de 1 500 000 dollars des Etats Unis et couvrira les dépenses décrites à l’Annexe 1 ainsi que les dépenses liées à l’audit externe du projet et d’autres imprévus observés au cours de l’exécution du projet. Le reliquat de 864 215 dollars des Etats Unis est assuré par le BIT, AFRISTAT et les pays bénéficiaires.


  • {jumi [components/com_jumi/files/contenu/lmis_activites.php]}

  • Les activités du Projet Pilote sont exécutées dans les pays par les agences nationales suivantes. Pour avoir des informations plus précises, le lecteur pourra se rapprocher d’elles.

    Cameroun

    Fonds National de l’Emploi
    B.P. 10079
    Yaoundé
    Site Internet: www.fnecm.org

    M. Camille MOUTE
    Directeur Général
    e-mail: contact@fnecm.org / moutecamille@yahoo.fr

    Nigeria

    National Manpower Board
    Plot 192, P.M.B 355
    Abuja

    Mr. Tom MIACHI
    Directeur Général

    Zambia

    Planning Unit
    Ministry of Labour and social security
    Lusaka

    Raphaël PHIRI
    Chief of Planning Unit

    Mali

    Observatoire de l’emploi et de la formation
    B.P. 211
    Bamako
    Site Internet: www.oef-mali.org
    e-mail: oef@oefmali.org

    Uganda

    Ministry of Gender, Labor and Social Development
    Po. Box 7136
    Kampala
    Site Internet: www.labourdirectorate.or.ug

    Mr. Abraham BWIRE
    CPU Coordinator

    AFRISTAT

    Expert Régional
    BP. E1600
    Bamako – Mali
    Site Internet: www.afristat.org

    M. Ousman KORIKO
    Expert
    e-mail: ousman.koriko@afristat.org

DSRP / OMD


    • Pays bénéficiaires
      Objectif général
      Objectifs spécifiques
      Résultats attendusLa majorité des pays d’Afrique Sub-Saharienne se sont engagés dans la mise en œuvre de Stratégies de Lutte contre la Pauvreté, le plus souvent à travers des Documents de stratégie de réduction de la pauvreté (DSRP ou CSLP) appuyés par la communauté internationale. Ces pays ont par ailleurs souscrits des engagements au titre des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD). Ces initiatives supposent, vous le savez, un suivi rapproché, les résultats enregistrés devant permettre de réajuster régulièrement les stratégies.

      Le pilotage des DSRP et le suivi des OMD rencontrent, dans de nombreux domaines, des difficultés liées à des insuffisances méthodologiques, d’organisation et du manque de capacités des systèmes d’information et d’analyse. Face à ces insuffisances, le Programme des nations unies pour le développement (PNUD), en collaboration avec AFRISTAT, a mis en place un projet régional destiné à appuyer les pays qui en feront la demande en vue de créer ou d’améliorer les capacités techniques et institutionnelles nécessaires au suivi des initiatives sus-mentionnées.

      Le projet est opérationnel depuis novembre 2003. Deux experts ont été recrutés dans ce cadre. Un programme de travail a été défini pour les premiers six mois.

      La première étape du travail consistera à définir un cadre méthodologique commun destiné au suivi des DSRP et des OMD. Au vu de l’état des lieux dans chacun des pays bénéficiaires, il sera possible d’identifier les besoins d’appui dans chaque pays dans la perspective d’une publication régulière de documents de suivi conforme aux besoins des gouvernements, de la société civile et des partenaires au développement, et suivant une méthodologie appropriée. Dans le cadre de cette méthodologie, des modules de formation seront définis et des sessions organisées dans les pays qui en feront la demande.

      Pays bénéficiaires

      Les pays francophones d’Afrique au Sud du Sahara.

      Objectif général

      L’objectif de développement du programme est de doter les pays concernés de systèmes d’informations appropriés, cohérents et efficients permettant de répondre aux besoins de production et d’analyse, à intervalles réguliers, d’indicateurs pertinents pour le suivi – évaluation des DSRP et des objectifs du millénaire pour le développement.

      Objectifs spécifiques

      1. Concevoir et développer des systèmes d’information sur la lutte contre la pauvreté concourant au suivi des DSRP et des objectifs du millénaire, incluant le suivi du bien-être et des conditions de vie des populations, le suivi de l’exécution des projets et programmes, l’évaluation d’impact et la diffusion des informations.
      2. Renforcer les capacités des INS et des structures spécialisées, en particulier les observatoires lorsqu’ils existent, dans le domaine de la collecte, du traitement, de l’analyse et de la diffusion de l’information contribuant au suivi de la pauvreté et des indicateurs du millénaire.

      Résultats attendus

      • P.1.1. Un cadre de référence et un support méthodologique minimum commun pour la conception d’un système d’information sur la pauvreté et les objectifs du Millénaire (faisant référence aux schémas directeurs et plans de développement de la statistique existants) avec des instruments harmonisés et normalisés, élaboré.
      • P.1.2. Des systèmes d’information sur la pauvreté et les objectifs du Millénaire, se référant au support méthodologique précédent, adaptés aux besoins et aux capacités des pays, conçus et validés pour les pays qui en font la demande.
      • P.1.4. Un Rapport de progrès sur les indicateurs retenus dans les DSRP, élaboré et diffusé annuellement à toutes les parties prenantes.
      • P.1.5. Un Rapport de progrès sur les indicateurs du millénaire pour le développement, élaboré et diffusé périodiquement à toutes les parties prenantes.
      • P.1.6. Un bilan diagnostic des observatoires et des autres dispositifs institutionnels existants est réalisé et des recommandations sur les caractéristiques d’un schéma institutionnel cohérent et durable pour le suivi de la lutte contre la pauvreté sont proposées.
      • P.2.1. Cadres formés aux techniques d’apurement des données d’enquêtes sur la pauvreté et les conditions de vie des ménages.
      • P.2.2. Cadres formés aux techniques d’archivage sur des supports modernes (CD-Rom, etc. ) des données sur le suivi de la pauvreté.
      • P.2.3. Cadres chargés du suivi des volets sectoriels des DSRP formés aux techniques statistiques de base.


    • Etat d’avancement du procesus DSRP dans les pays
      Eléments d’analyse du dispositif des systèmes d’information


      Etat d’avancement du procesus DSRP dans les pays (mise à jour au 30 juin 2006)

      > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > >

      Pays DSRP / DISRP Année DISRP Année DSRP Horizon DSRP Nbre axes Rapport d’étape Existence SI/SE Rapport OMD

      Etats membres d’AFRISTAT

      >Bénin DSRP juin 2000 décembre 2002: DSRP 2 en cours 2003-2005 4 oui oui oui
      >Burkina Faso CSLP pas de DISRP mai 2000 DSRP 2 en pleine mise en oeuvre 2000-2003 4 oui oui oui
      >Cameroun DSRP août 2000 avril 2003 DSRP 2 en cours 2003-2005 7 oui oui
      >Cap Vert DISRP janvier 2002 validation en cours 2004-2007 4 non en cours oui
      >Centrafrique DSRP décembre 2001 en préparation 3 non non oui
      >Comores DISRP juin 2003 en cours 5 non non oui
      >Congo DISRP mai 2004 prévu en 2005 5 non non oui
      >Côte d’Ivoire DISRP juin 2003 non déclenché 6 non oui
      >Gabon DSRP janvier 2002 2002-2004 non oui
      >Guinée DSRP octobre 2000 janvier 2002 2002-2004 3 oui oui oui
      >Guinée Bissau DSRP septembre 2000 janvier 2002 2002-2004 6 non oui
      >Guinée équatoriale
      >Mali CSLP juillet 2000 2002 DSRP 2 en cours 2002-2004 3 oui en cours oui
      >Mauritanie CSLP pas de DISRP décembre 2000 DSRP en cours 2001-2003 4 oui oui oui
      >Niger DSRP octobre 2000 janvier 2002 DSRP 2 en cours 2002-2004 4 oui en cours oui
      >Sénégal DSRP mai 2000 avril 2002 2002-2004 4 non en cours oui
      >Tchad DSRP juillet 2000 juin 2003 2003-2005 5 non en cours oui
      >Togo DISRP validation en cours 9 non oui

      Etats non membres

      >Burundi DISRP novembre 2003 en cours 6 non BDSE non
      >Djibouti DISRP novembre 2001 juin 2004 2004-2006 non non oui
      >Madagascar DSRP novembre 2000 juillet 2003 2003-2006 3 oui oui
      >R. D. Congo DISRP mars 2002 en prépération 3 non non
      >Rwanda DSRP novembre 2003 juin 2002 2002-2004 6 oui oui
      >Sao Tomé DISRP avril 2000 avril 2003 2003-2005 4 non

      Eléments d’analyse du dispositif des systèmes d’information

      Notes: CCA – UNDAF: bilan commun des pays. Plan cadre des nations unies pour l’aide au développement
      RGPH: recensement général de la population et de l’habitat
      EDS: enquête démographique et de santé
      EBC: enquête budget consommation
      MICSS: enquête indicateurs multiples

      > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > >

      Pays CCA-UNDAF RGPH après 1985 EDS EBC MICSS Nombre axes DSRP Nombre indic.
      Etats membres d’AFRISTAT
      >Bénin 2001-2005 1992 et 2002 1996-2001 1986 non 4 34
      >Burkina Faso 2001-2005 1985 et 1996 1993-1999 1994 et 1998 1996 4 47
      >Cameroun 1987 1991-1998 1996 et 2001 non 7 29
      >Cap Vert 2002-2005 1993 et 2000 1998 1988 et 2002 non 4 21
      >Centrafrique 1988 1994/1995 1995 1996-2000 3 61
      >Comores 2003-2007 1991 1996 1995 2000 5 80
      >Congo 1996 non réalisé ECOM en cours non 5 78
      >Côte d’Ivoire 2003-2007 1988 et 1998 1994-1999 85 à 88, 92, 95 et 98 1996-2000 6 70
      >Gabon 2002-2006 1993 2000 1944
      >Guinée 2002-2006 1996 1992-1999 1991 et 1994 1996 3 123
      >Guinée Bissau 2002-2006 1996 1992-1999 1991 et 1993 2000 6 79
      >Guinée équatoriale 1994
      >Mali 2003-2007 1987 et 1998 87, 95 et 01 1988 et 1994 1996 3 49
      >Mauritanie 2002-2006 1988 et 2000 2000 88, 90, 92, 93, 95 1996 4 26
      >Niger 2003-2007 1988 et 2001 1992 – 1998 1992 1996-2000 4 37
      >Sénégal 2002-2006 1988 et 2002 86, 93 et 99 91, 94, 01 et 02 1996-2000 4 132
      >Tchad 2002-2005 1993 1996/1997 1995/1996 2000 5 206
      >Togo 2002-2007 1988 -1998 1988 1996-2000 9 n.d
      Etats non membres d’AFRISTAT
      >Burundi 1990 2003 1998 2000 6 91
      >Djibouti 1991 2002 1996-2002 non 4 99
      >Madagascar 2005-2009 1993 1999 93, 97 et 99 non 3 31
      >R. D. Congo 1995 3 87
      >Rwanda 1991 1992-2000 1995-2001 2000 6 70
      >Sao Tomé 1991-1996 2000 2000 4 185


    • {jumi [components/com_jumi/files/contenu/dsrp_activites.php]}

PCI


    • Bref aperçu PCI-Afrique AFRISTAT
      Genèse du PCI au niveau mondial
      Justification du PCI

      Activités prochaines


      Bref aperçu PCI-Afrique AFRISTAT

      Les précédentes phases du PCI pour le continent africain ont été géré par Eurostat, le cycle PCI 2004 pour Afrique (PCI-Afrique) est géré actuellement au niveau régional par la BAD en étroite collaboration avec la Banque Mondiale et la CEA. C’est la première fois qu’une institution africaine prend une telle responsabilité depuis le lancement du PCI.

      Pour mener le programme de manière cohérente et dynamique la BAD s’appuie sur des organisations sous régionales (ORS) pour la mise en œuvre de activités.

      C’est ainsi que la BAD a signé un protocole avec AFRISTAT pour la gestion des activités du PCI au niveau de vingt (20) pays scindés en deux groupes:

      1. le groupe FAD comprenant le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, le Cap Vert, la République Centrafricaine, le Tchad, les Comores, le Congo, la République Démocratique du Congo, la Côte d’Ivoire, la Guinée Bissau, la Guinée, le Mali, la Mauritanie, le Niger, Sao Tomé, le Sénégal, le Togo;
      2. le groupe BAD comprenant la Guinée équatoriale et le Gabon.

      A l’instar des autres organisations sous-régionales COMESA, CEDEAO et SADC il incombe à AFRISTAT la gestion et la coordination des activités sur le terrain : cela inclura des activités de renforcement des capacités, aux niveaux régional et national, dans le domaine des statistiques des prix et l’élaboration des comptes nationaux.

      Les responsabilités principales d’AFRISTAT consistent à :

      1. aider les pays participants à concevoir leur plan d’action du PCI, qui doit inclure autant les activités de comparaison de base que les activités de suivi visant à assurer la pérennité du PCI;
      2. assurer les normes uniformes de travail dans les pays participants;
      3. préparer et organiser des ateliers sous régionaux;
      4. organiser et superviser la collecte de données sous régionaux;
      5. aider les pays à adopter des méthodes d’enquêtes et calculer les prix moyens et les pondérations des dépenses du PIB;
      6. superviser tous les aspects techniques et de gestion du programme sous régional;
      7. maintenir un contact avec le coordonnateur régional de façon continue afin d’échanger les bonnes pratiques et discuter toutes les questions en instance;
      8. éditer et diffuser les rapports;
      9. promouvoir l’utilisation des données à des fins politiques.

      Genèse du PCI au niveau mondial

      Le programme de comparaison internationale (PCI) est une initiative statistique mondiale mise en place en 1970 dans le but de produire des niveaux des prix et des dépenses internationalement comparables afin de faciliter les comparaisons entre pays et des sous agrégats en termes réels sans les effets de distorsion des prix et des taux de change. Partant d’un programme initial de 10 pays participants, le PCI est devenu un programme mondial comptant environ 120 pays participants issus de toutes les régions du monde.

      Le nouveau cadre du PCI (PCI 2004) a été examiné en détail aux niveaux international, régional, et national et par la suite approuvé par la commission statistique des Nations Unies (UNSC) lors de sa trente-deuxième réunion annuelle en mars 2001 à New York – au cours de laquelle divers organismes internationaux, organismes donateurs, organisations régionales, représentants des offices statistiques nationaux et éminents experts étaient représentés.

      Justification du PCI

      1. Appui aux objectifs du millénaire pour le développement

      Compte tenu des efforts de réduction de la pauvreté qui sont déployés au niveau mondial, l’impact des politiques macro-économique des gouvernements sur la distribution des revenus et sur la pauvreté est devenu un domaine d’analyse et de recherche important. Ceci a, à son tour, mis en évidence l’éternelle question des statistiques et montré que les statistiques de développement conventionnelles laissent à désirer. Les problèmes liés à l’identification des paniers de pauvreté satisfaisant les critères internationaux de comparaison et de représentativité des pays, sont très importants. Mais l’absence des PPA reflétant la structure des dépenses et des prix relatifs à la pauvreté s’avère être un obstacle plus grand aux comparaisons des niveaux de pauvreté. Etant donné l’accroissement de la demande des données sur la pauvreté, les PPA relatives à la pauvreté constituent la pierre angulaire des OMD et de ce fait figurent en tête de listes des besoins des chercheurs et analystes en pauvreté. Le programme propose constitue une première étape cruciale pour combler cette lacune dans les statistiques de développement.

      Le PCI intègre un large éventail de statistiques qui sont collectées et compilées par les différents pays dans le cadre de leur propre besoin en matière d’administration et planification du développement. Il définit et établit les procédures de collecte et d’élaboration des données nationales en veillant à réduire de manière significative la charge de travail des pays participants quant à la transmission des données à l’agence de coordination du PCI. Le programme consolidera et améliorera la collecte des données par les offices nationaux de statistiques, l’Organisation Internationale de Travail (OIT), l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture (UNESCO) et l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

      2. Appui aux cadres stratégiques de réduction de la pauvreté

      De façon générale, il est reconnu que la quantification de différence de pouvoir d’achat entre les groupes et les régions constitue un aspect important de la mesure de la pauvreté, et de l’évaluation de l’efficacité des politiques de réduction de la pauvreté et des effets sociaux des politiques macro-économiques et des programmes d’ajustement structurel. Des données sur la distribution des revenus réels permettant d’orienter les politiques de réduction de la pauvreté et d’en évaluer l’impact sur les changements structurels des groupes de revenus, présente un caractère de nécessité urgente. A cet égard, les problèmes les plus pressants sont : 1) l’absence d’indice de prix régionaux indiquant la variation de coût de la vie entre les régions et entre les zones urbaines et rurales ; 2) le manque d’indice de prix spécifiques aux groupes de revenus qui reflètent les différences de structure de dépenses et de niveaux relatifs des prix entre les groupes de revenus.

      A défaut des statistiques de prix détaillées sur les groupes de revenus, la pratique courante consiste à utiliser les indices génériques de coût de la vie obtenus à partir des prix moyens des biens essentiels et non essentiels consommés par tous les groupes de revenus. Bien qu’elle soit appropriée pour établir le profil de la pauvreté dans son ensemble, cette méthode comporte de graves inconvénients. Tout d’abord, dans la mesure où les prix relatifs auxquels font face les pauvres diffèrent systématiquement des prix moyens relatifs contenus dans l’indice des coûts de la vie et utilisés pour déduire les dépenses de tous les groupes de revenus, le pouvoir d’achat des pauvres et partant, leur niveau réel de consommation peut être mal évalué. En plus, de tels profils ne traduisent pas l’intensité de la pauvreté et ne font pas la distinction entre ceux qui sont extrêmement pauvres et ceux qui les sont moins.

      Les données nécessaires au PCI sont constituées par l’élaboration de statistiques de dépenses ventilées en 150 catégories détaillées du PIB. Il s’agit là d’un niveau de détail plus fin que celui de l’annuaire statistique de comptabilité nationale des Nations Unies. Cette exigence permet de fournir des données abondantes et détaillées nécessaires aux analyses par pays. En outre les données de prix qui sous tendent les estimations des PPA représentent des prix moyens nationaux qui sont obtenus à partir des prix moyens régionaux. Les données détaillées de dépenses ainsi que les statistiques de prix correspondantes fournissent des informations précieuses sur les différences de pouvoir d’achat entre les régions.

      3. Information sur la compétitivité internationale

      La rapide mondialisation et l’intégration des marchés internationaux et des institutions financières ont mis en évidence le problème de la qualité des données et crée la nécessité urgente de disposer d’une solide base d’informations statistiques. Les sociétés multinationales exigent de plus en plus des données internationalement comparables et fiables afin d’obtenir des informations sur la compétitivité internationale. Les données sur les PPA sont couramment utilisés pour comparer l’importance de marchés et évalué les différences de coûts de production entre les pays. Etant donné l’importance accrue des investissements privés directs en tant que moteur de la croissance économique, les pays disposant de données de prix et de PPA fiables et disponibles à temps sont mieux placés pour attirer les investisseurs.

      4. Renforcement des capacités régionales

      Les avantages potentiels du PCI vont au delà de l’objectif spécifique (la comparaison internationale) pour lequel il a été crée initialement. Une des caractéristiques du cadre méthodologique des enquêtes est la description détaillée de différents produits qui sont classés par catégorie d’analyse économique et selon une nomenclature de dépense uniforme. Cette description est aussi conforme aux normes et standards internationaux. D’une façon générale, il est admis que le PCI fournit une plate forme intégrée pour le renforcement des capacités statistiques. Il a été adopté en Asie, dans le Pacifique, au Moyen Orient, en Amérique latine et dans les Caraïbes comme le porte-drapeau des initiatives de renforcement des capacités.

      5. Renforcement des capacités nationales

      Le PCI peut impulser l’élaboration de statistiques dont il dépend et servir de moyen inestimable d’identification des lacunes aux niveaux national et international. Le PCI a permis l’amélioration de données internationales par l’harmonisation des concepts statistiques selon les normes et standards internationaux et en servant de plate forme complète et intégrée de renforcement des capacités statistiques. Une nomenclature uniforme des statistiques de dépenses, la description détaillée de produits, l’amélioration des échantillons de point de vente et de la couverture géographique des enquêtes des prix constituent les avantages de la participation au PCI. Le cadre méthodologique des enquêtes PCI, la description détaillée des produits et leurs classifications en catégories analytiques des politiques contribuent dans une large mesure à renforcer les capacités statistiques nationales. Bon nombre de pays africains qui ont pris part à la comparaison régionale de 1985 ont utilisé le cadre du PCI pour améliorer leur système statistique des prix. Cela est d’une grande importance étant donne que les données (PIB, prix) du PCI sont fondamentales et que la priorité leur sera accordée dans les programmes de développement des statistiques tant au niveau national qu’au niveau régional.

      6. Comparaisons internationales et régionales

      La pratique qui consiste à utiliser les PPA pour la comparaison de niveaux de vie est très répandue dans la communauté internationale des partenaires au développement économique. les données de PPA sont intérêt particulier pour les institutions régionales et internationales de développement parce qu’elles constituent un moyen non biaisé de mesure de niveaux de développement des pays et servent de guide aux pays membres en matière de politiques de reformes économiques et de réduction de la pauvreté. Au niveau international, les PPA sont entre autres fins, utilisées pour fixer un seuil international de pauvreté (Banque mondiale); définir les Indices de Développement Humain (PNUD) ; comparer les dépenses de santé par tête d’habitant (OMS); évaluer les dépenses d’éducation par habitant (UNESCO) ; assurer le suivi du bien être des enfant (UNUCEF) ; et comparer l’importance relative des économies et faire des estimations des moyennes pondéré de taux de croissance régionaux. L’accent mis de façon croissante sur la coopération économique accrue entre pays d’une même région met particulièrement en exergue le rôle du PCI dans l’élaboration des politiques régionales.

      7. Soutien à la recherche

      Le PCI est un outil puissant de recherche comparative en matière de développement économique et social. Les données de base des PPA, constituées de statistique de référence et d’extrapolations dérivées de modèles de régression, sont couramment utilisées dans la recherche sur le commerce international et le développement, pour expliquer la convergence à long terme, le taux de croissance comparatifs, la compétitivité internationale et les modèles de spécialisation des industries. Les chercheurs utilisent également les données de PPA pour étudier des indicateurs sociaux ou démographiques tels que la mortalité infantile, la morbidité et le ratio de dépendance par rapport aux niveaux des revenus.

      8. Utilisation de données du PCI au niveau des pays

      Bien que le PCI offre aux décideurs nationaux une base de données riche et détaillée sur les prix et les dépenses servant aux analyses économiques, cet aspect n’a jusqu’ici pas été pleinement exploité. La ventilation détaillée des prix de base et des dépenses permet l’analyse économiques des questions brûlantes de l’heure telles que la comparaison de l’incidence régionale de la pauvreté, les politiques de taux de change et les différences de salaire au niveau régional. Divers agrégats du PIB fournis par le PCI peuvent être utilisés pour évaluer les variables macroéconomiques comme les investissement, les dépenses publiques de santé et d’éducation.

      Le PCI peut fournir aux décideurs d’un pays des informations non seulement sur le niveau des prix et sur leur position par rapport à d’autres pays ; mais aussi sur les biens et services quant aux fait sont relativement bon marché ou plus chers dans leur pays en comparaison avec d’autres pays. Les données du PCI peuvent s’avérer utiles pour évaluer les avantages comparatifs d’un pays. Ces données peuvent également servir à analyser les coûts d’un projet étant donné que des enquêtes spécifiques du PCI relatives aux usines et aux équipements fournissent des informations détaillées sur les prix, les quantités , la qualité et les coûts d’installation qui s’avèrent utiles dans l’évaluation des projets. Par exemple l’Inde a utilisé ces données pour évaluer la compétitivité de certains fabricants au niveau du commerce mondial et pour évaluer les taxes et les subventions.

      Les données du PCI offrent également la possibilité de procéder à une analyse des caractéristiques d’une économie à travers les prix réels pratiqués. Par exemple, la structure économique et celle des prix des pays à différents niveaux de développement, peuvent être examinées de façon comparative. Un pays peut également prendre des mesures pour améliorer la situation de l’offre sur la base d’une analyse de la structure des ses prix par rapport au niveau régional des prix. Une telle analyse peut indiquer la nécessité d’améliorer les structures de transport et d’entreposage, de conditionnement et les pratiques commerciales ou même d’octroyer des subventions ciblées.

      Activités prochaines

      Programme en cours d’élaboration


    • Participation de l’Afrique au PCI mondial par le passé

      Depuis le démarrage du PCI mondial, le nombre de pays africains participants n’a cessé de croître. Au cours de deux premières phases expérimentales (1970 et 1973), le Kenya était le seul pays africain et représentait les pays en développement. Par la suite le nombre des pays africains est passé à 4 en 1975, puis à 15, 23, 22 respectivement en 1980, 1985, 1993.

      Les deux précédentes phases du PCI en Afrique ont été financées et supervisées par Eurostat. Par contre, la coordination du programme pour les autres régions a été assurée par des institutions locales issues des régions respectives. Par conséquent, le PCI 2004 constitue la première phase dans laquelle une institution africaine, à savoir la BAD coordonne les activités du programme en étroite collaboration avec la CEA et la Banque Mondiale.

      Les activités statistiques du cycle PCI Afrique 2004

      Les activités à réaliser dans le cadre du présent du PCI Afrique comprennent :

      1. L’élaboration des agrégats de comptabilité nationale conformément au système de comptabilité nationale 1993 des Nations Unies (SCN 1993);
      2. La décomposition des emplois du PIB en positions détaillées pour lesquelles les données de dépenses et de prix peuvent être obtenues;
      3. La réalisation des enquêtes de prix étendue à tout le pays pour des échantillons d’articles représentants toutes les composantes du PIB;
      4. Le calcul des rapports des prix des articles identiques/comparables à travers les espaces, et partant, le calcul des PPA élémentaires;
      5. L’agrégation des PPA élémentaires pour toutes les composantes du PIB;
      6. Le renforcement de capacités des systèmes statistiques dans les pays.


    • Dispositions pratiques prises à AFRISTAT pour la gestion du PCI
      Mise en place des procédures
      Décaissements


      Dispositions pratiques prises à AFRISTAT pour la gestion du PCI

      Avant toutes choses, il convient de rappeler et de préciser qu’AFRISTAT est une organisation d’appui au renforcement des capacités statistiques des Etats d’Afrique subsaharienne dans les domaines définis par son Comité de direction (voir la présentation d’AFRISTAT). Les domaines ainsi définis sont pris en charge par les experts recrutés à cet effet et exerçant dans les quatre départements techniques actuellement ouverts et fonctionnels. Aussi, la participation d’AFRISTAT au PCI-Afrique n’a-t-elle eu qu’une faible incidence dans la prise en charge technique des activités du PCI bien qu’il y ait mis un volume important de ressources humaines.

      Ainsi, conformément aux dispositions des protocoles d’accord et au statut d’AFRISTAT, un Comité PCI-Afrique a été mis en place. Il comprend : le Directeur Général, le Directeur Général Adjoint, trois experts dont un qui relève du Département des études et des synthèses économiques (comptabilité nationale), un statisticien-informaticien du Département de l’Informatique et de la diffusion (prix) et un expert en charge d’enquêtes auprès des ménages du Département des enquêtes et des statistiques (prix).

      Pour être plus conforme à la réalité, les activités relatives au PCI-Afrique sont parfaitement intégrées au programme de travail d’AFRISTAT et traitées avec la même rigueur que les autres activités d’AFRISTAT. En plus des experts nommément désignés pour faire partie du Comité, d’autres experts en charge de la macro-économie et de la conjoncture et des systèmes d’information pour les stratégies de réduction de la pauvreté contribuent fortement à la mise en oeuvre du programme.

      S’agissant de la gestion quotidienne, le Directeur Général et le Directeur Général Adjoint, aidés en cela par du personnel d’appui, assurent le suivi régulier et l’administration du programme.

      En vue du renforcement des capacités de son personnel et de la gestion du PCI, la direction générale d’AFRISTAT a procédé aux recrutements d’un personnel appelé à s’occuper particulièrement des dossiers PCI. Ce personnel a été mis en place à partir du mois d’avril 2006 et comprend :

      1. un consultant de long terme;
      2. un assistant au consultant de long terme;
      3. un comptable;
      4. un assistant administratif.

      Ce personnel a bénéficié de l’appui du comité PCI Afrique-AFRISTAT en vue de la prise en main effective du programme.

      Mise en place des procédures

      Il importe de relever au démarrage du programme, une faible maîtrise par les coordinations nationales des procédures de gestion du programme, ce qui occasionnait quelques perturbations. Il faut d’ailleurs signaler que les rencontres organisées dans l’intervalle ont permis d’aplanir quelques difficultés. En plus de cela, les missions effectuées par AFRISTAT et la BAD dans les pays ont contribué à améliorer les conditions de prise en charge du programme par les responsables nationaux.

      Décaissements

      On distingue trois groupes de décaissements : AFRISTAT, pays FAD et les pays BAD. Pour tous les groupes de pays (FAD, BAD) et AFRISTAT, les décaissements sont effectués au fur et à mesure par la Banque africaine de développement :

      Décaissement AFRISTAT Groupe FAD Groupe BAD
      Date Montant (USD) Date Montant (USD) Date Montant (USD)
      N° 3 11/01/07 440.171 11/06/07 1.417.101
      N° 2 10/03/06 351.215 10/03/06 2.102.000 08/06/07 125.966
      N° 1 31/03/05 516.090 31/03/05 1.939.529 10/06/05 115.031


    • {jumi [components/com_jumi/files/contenu/pci_activites.php]}


    • {jumi [components/com_jumi/files/contenu/pci_resources.php]}