Avis d’appel d’offres pour la fourniture de matériels informatiques et réseaux

  1. Maître d’Ouvrage

L’Observatoire économique et statistique d’Afrique subsaharienne (AFRISTAT) a été créé par un traité signé le 21 septembre 1993 par 14 pays membres de la Zone franc. Il compte aujourd’hui 22 Etats membres : Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Cabo verde, Centrafrique, Comores, Congo, Côte d’Ivoire, Djibouti, Gabon, Guinée, Guinée-Bissau, Guinée Equatoriale, Madagascar, Mali, Mauritanie, Niger, Sao Tomé et Principe, Sénégal, Tchad et Togo.

  1. Objet de l’Appel d’offres

Par le présent appel à concurrence, AFRISTAT souhaite confier à un prestataire l’équipement de son réseau informatique et la sécurité informatique de son système et de ses locaux sis à Bamako Niarela

  1. Caractéristiques du projet

Les travaux envisagés sont organisés en 2 lots :

  • Lot 1 : Equipement Système Réseau et Sécurité (y compris installation)
  • Lot 2 : Equipement de la Téléphonie sur IP, de vidéosurveillance et outils de collaboration (y compris installation).
  1. Procédure

L’Appel d’offres est ouvert aux entreprises spécialisées installées dans les Etats membres. Celles-ci peuvent s’associer entre elles ou avec toute autre entreprise. Dans ce dernier cas, l’entreprise installée dans l’un des Etats membres sera le mandataire du groupement, qui devra obligatoirement joindre à son offre les contrats d’association.

  1. Forme des Marchés

Le marché sera attribué à prix séparé (lot1 et lot 2), forfaitaire, moins disant et non révisable.

  1. Inscription à l’appel d’offres

Les candidats au présent appel d’offres sont invités à s’inscrire et demander le dossier d’appel d’offres par courriel, à l’adresse suivante : afristat@afristat.org au plus tard le 13 juin 2022 à 00 heures T.U, date et heure de rigueur.

  1. Date limite de dépôt des offres

Les offres séparés (lot1 et lot 2), sous la forme de dossiers électroniques, devront être transmises au plus tard le mardi 31 mai à 17 heures TU, délai de rigueur.

  1. Validité des offres

La validité des offres devra être au minimum de six (6) mois à compter de la date de dépôt des soumissions.

  1. Informations complémentaires

Les demandes d’informations sur le dossier d’appel d’offre sont à adressées, par courriel, au plus tard le 13 mai 2022, à l’adresse : afristat@afristat.org

Télécharger la fiche ici

Conférence virtuelle: « La Revue par les Pairs du système statistique public : un puissant levier pour la qualité »

Le Système statistique africain s’est engagé à respecter les principes de la Charte africaine de la statistique adoptée en 2009 et à travailler à sa mise en œuvre. Pour cela, un des instruments bien connus des statisticiens est l’évaluation par les pairs, qui permet de vérifier la conformité d’un système avec les principes énoncés dans une charte. Le plan d’action 2017-2026 de la Stratégie pour l’harmonisation des statistiques en Afrique fixe ainsi un objectif de 55 revues de ce type d’ici 2026.
Plus d’une vingtaine d’Instituts nationaux de statistique africains ont fait l’objet d’une première évaluation par les pairs (entre 2007 et aujourd’hui), certains en sont à leur deuxième exercice. Ces évaluations se déroulent généralement en quatre temps : auto-évaluation, visite des pairs, rapport d’audit, plan d’action. Elles peuvent s’articuler avec les Stratégies nationales de développement de la statistique (SNDS), mises en œuvre depuis 2003 dans plus d’une centaine de pays.
En France, membre du Système statistique européen, une 3ème revue par les pairs s’est tenue en 2021. Nous proposons dans cette conférence de confronter les expériences des INS des pays d’Afrique sub-saharienne, du Maghreb et de la France, ainsi que des experts indépendants ayant participé aux revues : préparation, conduite du processus, efforts engagés pour mettre en œuvre les recommandations issues de l’exercice et résultats.

Téléchargez la note conceptuelle ici

Enregistrez-vous ici pour cette conférence

Recrutement d’un consultant pour l’élaboration du PSTA 2022-2025

A la suite du troisième Programme stratégique de travail d’AFRISTAT 2017-2021, l’Observatoire doit se doter d’un quatrième Programme stratégique de travail de moyen terme 2022-2025 d’AFRISTAT (PSTA 2022-2025).  Il couvre le dernier quinquennat de la période décennale 2016-2025 du troisième Fonds AFRISTAT et il compte une année en moins comparé aux précédents programmes en vue de corriger le décalage introduit par le programme intérimaire triennal 2015-2017. Ainsi, à la fin de ce quatrième Fonds, la concordance entre les cycles de programmation des activités et de programmation budgétaire sera totale.

Le programme de travail d’AFRISTAT pour la période 2022-2025 va s’inscrire aussi bien dans la continuité des précédents que dans la perspective de l’innovation de ses méthodes et moyens d’intervention tout en capitalisant sur les insuffisances/difficultés mises en exergue par les différentes évaluations réalisées.

télécharger les termes de références TDR

Suivi des Agendas – politiques nationales

Introduction
Travaux réalisés
Travaux en cours
Documents et liens utiles
Introduction

En 2015, les Objectifs de développement durable (ODD) et l’Agenda 2063 de l’Union africaine constituent un ensemble d’objectifs adoptés, respectivement par les 193 pays membres de l’Organisation des Nations unies (ONU) et par les chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine.

17 ODD ont été fixés à l’horizon 2030 pour assurer la paix et la prospérité pour les peuples et la planète. L'Agenda 2063 est décliné en des plans décennaux dont le premier plan couvre la période 2013-2023. Ces deux agendas présentent une convergence importante, en particulier au niveau des objectifs car ils se sont inspirés de la position commune de l’Afrique sur le Programme de développement pour l’après-2015.

Au niveau des objectifs et cibles, le premier plan décennal de mise en œuvre de l’Agenda 2063 et les ODD présentent une convergence qui est toutefois légèrement plus faible au niveau des indicateurs de suivi de chacun des agendas.

Des indicateurs ont été identifiés pour le suivi de ces agendas et couvrent plusieurs domaines statistiques. Ces deux agendas constituent donc un défi en matière de production statistique pour les systèmes statistiques nationaux (SSN) des pays africains du point de vue de la quantité et de la complexité des indicateurs à suivre.

Les Agendas 2030 et 2063 sont une thématique transversale et toute l’activité d’AFRISTAT contribue à la mesure des progrès réalisés par les pays dans les différents domaines.

Un cadre de suivi-évaluation a été mis en place pour l’agenda 2030 et l’agenda 2063 et le suivi et évaluation nécessite un nombre sans précédent de données à recueillir et donc d’importants efforts à fournir par les SSN. C’est pourquoi, AFRISTAT a élargi son domaine d’intervention à l’appui aux pays pour le suivi des ODD et de l’agenda 2063.

Dans chaque pays, le suivi des politiques nationales de développement et des politiques sectorielles nécessite la définition d’indicateurs et la mise en place d’un dispositif de collecte des données pour en assurer le suivi et l’évaluation. Le processus de choix des indicateurs, dans la plupart des cas, ne s’accompagne pas d’une phase de cartographie des indicateurs et de mise en place d’un système permettant la collecte des informations, la compilation et le calcul des indicateurs.

L’accompagnement d’AFRISTAT, qui est habilité à réaliser des compilations de données statistiques ainsi que des analyses économiques et sociales sur les Etats membres, est donc une opportunité pour les Etats de renforcer leurs capacités et de faire face à cet important défi de suivi-évaluation des deux agendas et des politiques nationales de développement, y compris au niveau sectoriel.

Travaux réalisés

AFRISTAT, depuis l’adoption des différents agendas, a réalisé des activités d’appui dans les Etats membres et de réflexion pour un meilleur suivi des indicateurs des politiques nationales, régionales et internationales.

Appui au suivi des Documents de stratégie de réduction de la pauvreté (DSRP) et des indicateurs des Objectifs du millénaire de développement

Durant les années 2004 à 2007, AFRISTAT a apporté un appui aux Etats membre pour le suivi des politiques nationales de développement et des indicateurs des OMD.

Les principales activités réalisées ont été : (i) un état des lieux sur l’architecture des systèmes d’information des stratégies de réduction de la pauvreté ; (ii) l’élaboration d’un cadre de référence et du support méthodologique minimum commun pour l’architecture des systèmes d’information pour le suivi des DSRP et des OMD (CRESMIC) ; (iii) l’organisation d’ateliers nationaux de présentation du CRESMIC ; (iv) un appui technique pour la mise en œuvre dans la quasi-totalité des Etats membres.

Enquête sur les dispositifs institutionnels et organisationnels pour le suivi des ODD

AFRISTAT a réalisé en 2018 une enquête sur les dispositifs institutionnels et organisationnels pour le suivi des ODD dans ses Etats membres. Cette enquête a permis de mieux connaitre les spécificités de chaque Etat membre dans ce domaine et de planifier des interventions adaptées aux différents contextes.

Mise en œuvre du Projet d’appui au Suivi des objectifs de développement durable en Afrique (SODDA)

Dans le cadre du Projet SODDA, financé par la France, un groupe technique de travail a été mis en place réunissant six pays pilotes (Bénin, Burundi, Cameroun, Mali, Tchad et Togo), quatre écoles de statistique africaines et de recherches démographiques, l’INSEE, Expertise France et AFRISTAT. Ce groupe de travail a été un cadre de réflexions sur les actions à mettre en œuvre pour un meilleur suivi des ODD mais aussi un cadre d’échanges d’expériences et de bonnes pratiques pour aider les pays les moins avancés à tirer des enseignements de ce que les autres ont fait dans ce domaine.

Le Projet SODDA a aussi accompagné les écoles de statistique africaines et de recherches démographiques dans la formation des statisticiens et démographes sur la thématique des ODD. Cette activité visait à informer et à accompagner la formation des élèves de ces établissements au suivi évaluation des ODD. Outre les étudiants, cette activité de sensibilisation a été aussi ouverte aux responsables d’institutions publiques, à la société civile ainsi qu’aux partenaires au développement.

Le Projet SODDA a enfin accompagné les Instituts nationaux de la statistique du Burundi, du Mali et du Tchad à élaborer des brochures d’information sur les ODD.

Evaluation des indicateurs ODD relatifs à la prévalence de la sous-alimentation (2.1.1.) et à l’indice des pertes alimentaires (12.3.1)

AFRISTAT a accompagné le Bénin, le Mali et la Guinée pour le calcul des indicateurs 2.1.1 et 12.3.1 des ODD et l’élaboration de bilans alimentaires. L’appui a été apporté aux trois pays pour la production des rapports d’analyse sur les bilans alimentaires et le calcul des deux indicateurs ODD relatifs à la prévalence de la sous-alimentation et à l’indice des pertes alimentaires.

Appui à Djibouti pour la priorisation des cibles ODD et la cartographie des indicateurs

En 2021, AFRISTAT a accompagné la Direction de l’économie et du plan du Ministère de l’économie et des finances chargé de l’Industrie avec le financement du PNUD Djibouti, dans le cadre du suivi et évaluation des ODD à Djibouti. Cet appui a permis l’évaluation des capacités de suivi des ODD et l’identification des cibles et indicateurs pertinents, en lien avec la politique nationale de développement Après une analyse du cadre institutionnel actuel de suivi des ODD, du Système statistique national et des capacités statistiques nationales, le processus de priorisation à Djibouti a permis d’identifier des cibles prioritaires et des indicateurs pour le suivi et évaluation des ODD. Pour chaque indicateur priorisé, l’étude a fait une analyse de la disponibilité des indicateurs, des sources de données pour le suivi, des valeurs de référence et de la possibilité de traitement des bases de données pour le calcul des indicateurs non disponibles.

Appui au Burundi pour la réalisation de la cartographie des indicateurs ODD

En 2017, AFRISTAT a accompagné l’Institut de statistique et d’études économiques du Burundi (ISTEEBU), avec le financement du PNUD Burundi pour la réalisation d’une cartographie des statistiques existantes pour les indicateurs des ODD et les besoins en données statistiques pour le suivi et évaluation des objectifs et cibles retenus. Il s’est agi de recenser les indicateurs existants dont la nature correspond ou se rapproche de celle des indicateurs des ODD, d’analyser les sources et  la qualité des données qui serviront pour l’établissement d’une situation de référence.

Exploitation des données de l’ERI-ESI pour le calcul des indicateurs ODD dans les pays de l’UEMOA

En 2022, AFRISTAT a produit une brochure sur les ODD et l’agenda 2063 dans les pays de l’UEMOA en exploitant les données de l’Enquête régionale intégrée sur l’emploi et le secteur informel (ERIESI) réalisée dans les huit pays. Les indicateurs ont été calculés au niveau des pays, des régions pour certains indicateurs et pour l’espace UEMOA. Ils sont désagrégés selon la disponibilité des variables de désagrégation. Cette brochure a été réalisée dans le cadre du Programme statistique régional 2015-2020 de l’UEMOA.

Appui au Gabon pour l’élaboration d’une brochure sur les ODD

En 2022, dans le cadre du Projet de développement des statistiques, AFRISTAT a apporté un appui à la Direction générale de la statistique du Gabon pour l’élaboration d’une brochure d’information sur les ODD et l’exploitation des bases de données disponibles pour le calcul de certains indicateurs pour le suivi et évaluation des ODD.

Travaux en cours

AFRISTAT apporte un appui technique dans le domaine du suivi des Agendas 2030 et 2063 et des politiques nationales de développement à la demande des INS des Etats membres et des Communautés économiques régionales.

Certains travaux sont en cours :

 

Assistance technique pour le calcul des indicateurs ODD 2.3.1 et 2.3.2

Un protocole est en cours de mise en œuvre entre FAO et AFRISTAT pour une assistance au développement méthodologique et au renforcement des capacités dans le domaine des indicateurs ODD 2.3.1 et 2.3.2. Cette collaboration permettra de : (i) contribuer aux discussions techniques sur l’indicateur 2.3.1 ; (ii) finaliser des documents et outils méthodologiques servant à la production des indicateurs 2.3.1 et 2.3.2 ; (iii) préparer un protocole pour la mise en œuvre des activités d’assistance technique en matière de suivi des indicateurs ODD 2.3.1 et 2.3.2 ; (iv) apporter une assistance technique à deux pays membres d’AFRISTAT pour le calcul des indicateurs et la mise à niveau des enquêtes.

Elaboration d’une liste minimale des indicateurs des agendas 2030 et 2063

A la suite des activités du Projet SODDA, AFRISTAT poursuit les travaux d’élaboration d’une liste minimale d’indicateurs de suivi des agendas 2030 et 2063 dans les Etats membres. Les objectifs poursuivis par cette activité portent, entre autres, sur :

  • Le suivi des indicateurs identifiés au niveau des pays et la diffusion des données ;
  • L’identification des activités de renforcement des capacités des experts pays pour la production des indicateurs la mise en œuvre des formations ;
  • L’identification des sources de données pour le calcul des indicateurs ;
  • L’élaboration des modules à intégrer dans les enquêtes auprès des ménages pour le calcul des indicateurs ;
  • L’amélioration des sources de données existantes pour le calcul des indicateurs.

Elaboration des métadonnées, des données et des cibles pour les indicateurs de l’Alliance Sahel

Dans le cadre du programme statistique du G5 Sahel, AFRISTAT appuie les cinq Etats membres afin qu’ils produisent des données officielles comparables en vue de renforcer la redevabilité de l’AS. En plus du renforcement des capacités statistiques, il s’agit, pour les 19 indicateurs prédéfinis, d’élaborer les métadonnées et de collecter les données et les cibles.

Enquêtes auprès des ménages

Introduction
Travaux réalisés
Travaux en cours
Documents et liens utiles
Introduction

Le domaine statistique « Enquêtes auprès des ménages » couvre l’ensemble des enquêtes auprès des ménages hors les enquêtes démographiques et de santé et les enquêtes MICS prises en compte dans le domaine « Statistiques démographiques ».

En dépit des difficultés à mobiliser les ressources financières et humaines, les enquêtes auprès des ménages constituent une source importante pour la production des statistiques sociales dans les Etats membres d’AFRISTAT en complément des données de sources administratives.

AFRISTAT apporte son appui technique aux Etats membres dans le domaine de la mise en œuvre des enquêtes auprès des ménages, indispensables pour la gestion économique et social du développement, depuis son premier programme de travail PROSMIC (Programme statistique minimum commun). Ce travail s’est poursuivi avec les Programmes stratégiques de travail d’AFRISTAT (PSTA). Des appuis directs aux Etats membres et des ateliers de formation des cadres nationaux sont organisés. Ils abordent tout le processus de mise en œuvre des opérations de collecte, depuis la préparation de la méthodologie jusqu’à la diffusion des données. Ces appuis ont permis d’assurer une comparabilité et une harmonisation des statistiques produites dans les Etats membres d’AFRISTAT dans le cadre des enquêtes auprès des ménages.

Travaux réalisés

Activités d’appui à la réalisation d’enquêtes

Les principales activités d’enquêtes auprès des ménages réalisées avec l’assistance technique d’AFRISTAT sont brièvement présentées ci-après.

Projet d’harmonisation des indices des prix des pays de l’UEMOA 1997-1998

Dans le cadre de ce projet, financé par l’Union européenne et la France, AFRISTAT a apporté son assistance technique dans sept pays de l’UEMOA pour la réalisation d’une enquête harmonisée sur les dépenses des ménages dans la principale agglomération. Les résultats ont permis d’estimer les pondérations pour les premiers indices harmonisés des prix à la consommation.

Programme régional d'appui statistique à la surveillance multilatérale des pays de l'UEMOA (PARSTAT) 2001

Dans le cadre du PARSTAT, initié par la Commission de l’UEMOA, avec un financement de l’Union européenne, AFRISTAT a apporté son assistance technique dans les huit pays de l’UEMOA. Cet appui aux Instituts nationaux de la statistique a permis la réalisation d’une enquête de type 1-2-3 et d’obtenir  des données harmonisées sur l’emploi et le secteur informel pour la principale agglomération de chaque pays.

Projet de rénovation de l’indice harmonisé des prix à la consommation des pays de l’UEMOA 2008

Dans le cadre du projet de rénovation de l’indice harmonisé des prix à la consommation (IHPC), la Commission de l’UEMOA a initié une enquête sur les dépenses des ménages en 2008 dans les principales agglomérations de chacun des huit Etats membres avec l’appui technique d’AFRISTAT. Ces enquêtes ont permis de déterminer les pondérations de l’IHPC 2008 et de former des cadres des INS à la production des principaux tableaux d’analyse en vue de la rédaction des rapports pays.

Enquête sur les conditions de vie des ménages du Burundi 2013-2014

Dans le cadre de l’enquête sur les conditions de vie des ménages au Burundi (ECVMB), réalisée entre aout 2013 et avril 2014 sur l’ensemble du territoire national, AFRISTAT a apporté son assistance technique à l’Institut de statistiques et d’études économiques du Burundi (ISTEEBU) pour cette opération qui était la première du genre. L’enquête a permis d’obtenir des données sur les quatre composantes : (i) la mesure des indicateurs de bien-être de base de la population ; (ii) la mesure des dépenses de consommation des ménages ; (iii) l’observation des prix des biens et services pour le calcul des déflateurs des dépenses de consommation des ménages ; (iv) la mesure du secteur informel.

Enquête djiboutienne sur l’emploi, le secteur informel et la consommation (EDESIC) 2015-2016

Dans le cadre du Projet d’appui à l’élaboration des données socioéconomiques (PASED), financé par la Banque Africaine de Développement (BAD), AFRISTAT a apporté son assistance technique entre 2015 et 2016 à la Direction de la Statistique et des Etudes Démographiques de Djibouti (DISED). Cet appui a permis la réalisation de l’enquête djiboutienne sur l’emploi, le secteur informel et la consommation (EDESIC), une enquête du type 1-2-3.

Enquête nationale sur l’emploi et secteur informel en Mauritanie 2016

AFRISTAT a apporté son assistance technique à la République islamique de Mauritanie à travers l’Office national de la statistique dans le cadre de la réalisation de l’enquête sur l’emploi et le secteur informel en Mauritanie (ENESIM-2016). La complexité de la composition de l’économie Mauritanienne avec une forte dualité entre les secteurs moderne et informel, a été mise en valeur par les résultats de l’enquête, notamment sur le marché de l’emploi conformément aux spécificités de chacun des secteurs.

Enquête régionale intégrée sur l’emploi et le secteur informel 2017-2018

Dans le cadre du Programme statistique régional (PSR) de l’UEMOA 2015-2020, AFRISTAT a appuyé les Instituts nationaux de la statistique des huit pays de l’UEMOA pour la réalisation de l’Enquête régionale intégrée sur l’emploi et le secteur informel. Cette enquête réalisée sur une base harmonisée, a aussi permis de renforcer les capacités des Etats membres dans la conduite et le traitement des enquêtes auprès des ménages. L’ERI-ESI a été réalisée en 2017 (Côte d’Ivoire, Mali, Niger, Sénégal, Togo) et 2018 (Bénin, Burkina Faso, Guinée-Bissau).

Les statistiques produites sur une base harmonisée ont donné lieu à des rapports nationaux comparables et à un rapport régional.

Autres activités

En sus des enquêtes issues des programmes régionaux, les Etats membres initient d’autres enquêtes auprès des ménages couvrant des volets multiples souvent sous la forme d’enquêtes modulaires ou intégrées. Les champs couverts par ces enquêtes sont : les conditions de vie des ménages, la scolarisation, l’emploi et le marché du travail y compris le travail des enfants, les dépenses de consommation, la sécurité alimentaire et la nutrition, la migration, la gouvernance, paix et sécurité, le secteur informel, etc.

AFRISTAT a suivi l’organisation des opérations d’enquêtes organisées depuis 2010 dans les Etats membres concernant les conditions de vie, l’emploi, les dépenses de consommation et le secteur informel.

AFRISTAT a participé également aux travaux d’amélioration et d’harmonisation des statistiques produites à partir des enquêtes auprès des ménages, notamment au niveau des statistiques sur le marché du travail.

A la faveur de l’organisation de la 19ème Conférence internationale des statisticiens du travail en octobre 2013, le modèle du questionnaire emploi utilisé ainsi que les méthodes de calcul des indicateurs ont été adaptés aux résolutions et directives concernant la mesure du travail. Ces outils ont été utilisés pour la réalisation de l’ERI-ESI de 2017-2018.). En avril 2017, un atelier régional de renforcement des capacités en statistiques du travail des experts des Etats membres d’AFRISTAT a été organisé à Lomé (Togo) et il a permis, en autre, de partager le contenu de la nouvelle résolution concernant les statistiques du travail, de l'emploi et de la sous-utilisation de la main d’œuvre.

Travaux en cours

AFRISTAT apporte un appui technique dans le domaine des enquêtes auprès des ménages à la demande des INS des Etats membres, des Communautés économiques régionales et des partenaires techniques et financiers.

Les dispositifs actuels d’enquêtes doivent subir des actualisations en fonction des évolutions constatées dans les différents domaines statistiques. Les activités en cours au niveau d’AFRISTAT permettront d’améliorer la mise en œuvre, le traitement et l’analyse des enquêtes auprès des ménages.

Statistiques sectorielles

Introduction
Travaux réalisés
Travaux en cours
Documents et liens utiles
Introduction

Le domaine « Statistiques sectorielles » couvre l’ensemble des statistiques produites par les Ministères sectoriels hors les statistiques agricoles et environnementales qui constituent un autre domaine.

Ce sont essentiellement les statistiques d’origine administrative qui sont concernées. Elles sont obtenues à partir de l’exploitation d’enregistrements réguliers d’informations et elles sont théoriquement exhaustives.

Dans le domaine social, ces statistiques portent sur :

  • l’éducation (depuis l’enseignement préscolaire jusqu’à l’enseignement universitaire) ;
  • la santé ;
  • l’emploi ;
  • la protection sociale ;
  • l’état civil ;
  • la justice ;
  • la sécurité ;
  • la culture ;
  • l’administration du territoire et la politique ;

Dans le domaine économique, ces statistiques portent sur :

  • l’industrie et les mines ;
  • l’eau et l’énergie ;
  • les transports ;
  • le tourisme ;
  • le commerce extérieur ;
  • les finances publiques ;

Ce domaine « Statistiques sectorielles » est très important car il produit les informations les plus utilisées. Elles sont, en effet, indispensables pour le suivi régulier des politiques nationales de développement et des politiques sectorielles. Le fait qu’elles soient théoriquement exhaustives permet des désagrégations au niveau le plus fin, ce qui n’est pas le cas des enquêtes réalisées à partir d’échantillons. De plus, elles sont produites chaque année, ce qui n’est pas le cas des enquêtes.

Les systèmes d’informations nécessaires pour la production de ces informations sectorielles ne sont pas actuellement mis en place dans plusieurs domaines de nombreux pays membres d’AFRISTAT. La diffusion des données produites est encore aussi loin d’être optimale.

Travaux réalisés

Ce domaine n’a pas été jugé aussi prioritaire que d’autres dans les activités passées d’AFRISTAT.

Dans le domaine de l’état civil, l’appui d’AFRISTAT a pris diverses formes : (i) appuis dans le cadre d’une convention de travail avec les pays et (ii) autres appuis techniques directs.

AFRISTAT a bénéficié d’une contribution financière du Ministère des Affaires étrangères et européennes de la France pour appuyer la réalisation de certaines activités identifiées par chacun des instituts nationaux de statistique de ses Etats membres.

Durant les années 2007 à 2009, les activités sur l’état civil programmées dans le cadre de la convention ont porté sur :

  • le diagnostic du fonctionnement de l’état civil et la relance de l’exploitation des données de l’état civil au Niger ;
  • une enquête pilote de l’exploitation des faits d’état civil dans trois régions du Sénégal ;
  • la collecte et l’exploitation des faits d’état civil au Bénin ;
  • l’élaboration des statistiques régionales pour deux régions en Côte d’Ivoire ;
  • la collecte et l’exploitation des faits d’état civil au Togo.

Un « Guide d’élaboration des statistiques d’état civil » a aussi été produit par AFRISTAT partir de l’expérience des cinq pays.

En 2022, dans le cadre du Projet de développement des statistiques du Gabon, AFRISTAT a apporté un appui à la Direction générale de la statistique pour l’exploitation des données administratives sur le marché du travail et l’élaboration du premier numéro du bulletin trimestriel sur l’emploi formel au Gabon. Cette activité a permis de renforcer les capacités des cadres des structures en charge des statistiques sur le marché du travail et de réaliser un diagnostic des données disponibles au Gabon.

Des interventions ont aussi été réalisées dans le cadre du suivi des agendas 2030 et 2063 et des politiques nationales de développement et dans le cadre de l’élaboration et l’évaluation des Stratégies nationales de développement de la statistique.

Enfin, des manuels de formation ont été élaborés, notamment à destination des agents des structures en charge des statistiques dans les ministères sectoriels qui très souvent ne sont pas des statisticiens.

Travaux en cours

AFRISTAT apporte un appui technique dans le domaine des statistiques sectorielles à la demande des INS et des autres structures sectorielles des Systèmes statistiques nationaux des Etats membres et des Communautés économiques régionales. Cet appui concerne la mise en place de systèmes d’information et/ou à la diffusion des données produites.

Des travaux sont déjà programmés dans le cadre du Programme statistique du G Sahel qui concerne 5 pays membres d’AFRISTAT : Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad. Ils concernent la production et la diffusion des indicateurs de l’Alliance Sahel dans le cadre de la redevabilité.

Les travaux initiés au Gabon vont se poursuivre avec un appui à la production et à la publication des sur l’emploi formel.

AFRISTAT met également en œuvre le partage d’expérience entre les Etats membres, notamment dans le domaine des statistiques sectorielles. Cela concerne les expériences de certains SSN qui sont mises en ligne sur le site Web d’AFRISTAT.

Statistiques des prix

Introduction
Travaux réalisés
Travaux en cours
Documents et liens utiles
Introduction

L’indice des prix à la consommation est un indicateur qui mesure la variation moyenne des prix des biens et services achetés, payés ou acquis en vue d’être consommés par une population de référence.

L’indice des prix à la consommation a trois principales utilisations : économique, comptable et sociale. Il sert de mesure officielle de l'évolution du niveau général des prix dans le cadre du processus de surveillance multilatérale des politiques économiques au sein d’une zone économique (UEMOA, CEMAC). Il est utilisé comme déflateur des agrégats macroéconomiques au niveau de la comptabilité nationale. Il peut servir également à indexer, entre autres, les salaires et les pensions alimentaires.

 

Depuis 1996, AFRISTAT accompagne les Etats de l’UEMOA dans l’harmonisation des indices de prix à la consommation. Dans le cadre de cette harmonisation, des conventions de mise en œuvre ont été signées entre AFRISTAT (maître d’œuvre) et la Commission de l’UEMOA (maître d’ouvrage) pour la mise en œuvre des activités en s’appuyant sur les ressources humaines et matérielles des Instituts nationaux de statistique (INS) des Etats membres. La Commission de l’UEMOA, en collaboration avec la BCEAO, a mobilisé les ressources financières nécessaires à la réalisation desdits projets, notamment avec l’appui des partenaires techniques et financiers. Ainsi, AFRISTAT a signé trois conventions pour la mise en œuvre respectivement du projet d’harmonisation des indices base 1996, du projet de rénovation de l’IHPC base 2008 et du projet d’extension de l’IHPC base 2014.

 

Dans les Etats membres de la CEMAC, AFRISTAT a d’abord appuyé la mise en œuvre dans les six Etats du projet « Prix CEMAC » en 2000. En 2017, AFRISTAT a exécuté un marché avec la Commission de la CEMAC en 2017 dans le cadre du projet IHPC CEMAC financé par l’Union Européenne afin d’accompagner les pays de cette Communauté, la RDC, Sao Tomé et Principe pour la mise en œuvre dudit projet.

 

Par ailleurs, AFRISTAT a appuyé, entre autres, les Comores, Djibouti, la Guinée, Madagascar, la Mauritanie et Sao Tomé et Principe pour la rénovation de leurs indices des prix à la consommation.

 

AFRISTAT a également effectué plusieurs activités d’accompagnement des Commission de la CEDEAO, de l’UEMOA et de la CEMAC dans le domaine des statistiques des prix.

Dans son rôle d’observatoire, AFRISTAT publie des statistiques des prix à la consommation.

Travaux réalisés

Etats membres de l’UEMOA

Projet d’harmonisation des indices des prix à la consommation en 1996

Avant l’harmonisation des indices des prix, à la consommation, chaque pays utilisait des méthodologies différentes pour calculer les indices, notamment à partir d’années de base différentes, ce qui ne permettait pas de faire des comparaisons. De plus, la plupart des pays rencontraient des difficultés dans les relevés des prix des produits vendus en unités non standard au niveau des marchés. Par ailleurs, les méthodes d’apurement et de traitement différaient d’un pays à l’autre, alors que l’utilisation d’un outil commun permet de régler ces différences.

Le projet d’harmonisation des indices de prix dans les pays de l’UEMOA est le fruit de la coopération multilatérale entre la BCEAO, la Commission de l’UEMOA, les INS des Etats membres, la Commission européenne et la France.

A la fin de la mise en œuvre du projet, les résultats suivants ont été atteints :

  • Une méthodologie commune d’élaboration de l’indice des prix à la consommation dans les Etats membres a été définie et appliquée ;
  • Une enquête sur les dépenses de consommation des ménages a été réalisée dans la principale agglomération de chaque pays ;
  • De nouvelles pondérations, reflétant les changements survenus dans les modes de consommation après la dévaluation du FCFA, ont été disponibles ;
  • Un logiciel commun de calcul de l’indice harmonisé, dénommé CHAPO (Calcul harmonisé des prix par ordinateur), a été mis à la disposition des INS des Etats membres ;
  • Une nomenclature de consommation commune, nommée NCOA (Nomenclature de Consommation Ouest Africaine), dérivée de la nomenclature internationale COICOP (Classification Of Individual Consumption by Purpose) a été adoptée ;
  • Les publications mensuelles des IHPC ont été disponibles à partir de janvier 1998.

Projet de rénovation de l’IHPC en 2007-2009

Dix ans après sa mise en place, il est apparu nécessaire de rénover l’IHPC base 1996 pour les principales raisons suivantes :

  • Vieillissement des pondérations et des produits du panier ;
  • Apparition de nouveaux biens à intégrer tels qu'Internet, la téléphonie mobile, les voitures d'occasion ;
  • Non prise en compte des variations saisonnières dans l’enquête sur les dépenses des ménages de 1996.

Soucieuse de préserver la qualité de l'IHPC, la Commission de l’UEMOA a élaboré un projet pour sa rénovation sur la période 2007 à 2009 avec la réalisation dans les huit Etats d'une enquête budget - consommation auprès des ménages, le renouvellement de la liste des points de vente et le relevé des prix pendant toute l'année 2008. Ce projet a été financé par la Commission de l’UEMOA

A la fin du projet les résultats suivants ont été atteints :

  • Une enquête auprès des ménages a été réalisée de façon harmonisée dans les Etats membres de l'UEMOA et les pondérations de l'indice, calculées par pays et au niveau régional, sont disponibles ;
  • Les coefficients de saisonnalité ont été calculés par pays ;
  • Les experts nationaux et ceux de la Commission ont été formés en matière de techniques d'élaboration et d'analyse des statistiques de prix ;
  • Une nouvelle application Phoenix-UEMOA a été développée et est disponible pour la production de l’IHPC ;
  • Les documents méthodologiques de calcul de l'IHPC base 2008 ont été élaborés ;
  • Le nouvel indice des prix, base 2008 est calculé et diffusé à partir d’avril 2010 et a remplacé l’IHPC base 1996.

Projet d’extension de l’IHPC dans les Etats membres de l’UEMOA en 2014

Les huit États membres de l’UEMOA publiaient depuis 1998 un indice harmonisé des prix à la consommation des ménages calculé à partir des données de la principale agglomération de chacun des États membres. Plusieurs États de la sous-région ont étendu le champ des relevés des prix dans d’autres agglomérations urbaines du pays même si les données n’étaient pas intégrées dans le calcul l’indice des prix à la consommation.

Depuis sa mise en place en 1998, le champ de l’indice est resté le même et ne couvre que la plus grande agglomération de chaque Etat de l’UEMOA.

Les critiques formulées sur l’IHPC base 2008 étaient :

  • champ de l’indice restreint à la principale agglomération de chaque Etat membre ;
  • monétisation étendue à l’ensemble de l’économie nationale et non sur la principale agglomération du pays ;
  • développement de nouveaux pôles économiques dans les Etats dans un contexte de décentralisation et de déconcentration des administrations publiques.

La rénovation se justifiait donc principalement par la nécessité de prendre en compte les changements de la structure de consommation et les évolutions méthodologiques de production des indices survenus depuis 1996. L’extension de la couverture géographique évoquée au moment de la prise de décision avait été prise en compte dans le développement de l’application PHOENIX-UEMOA qui a accompagné cette rénovation. Depuis juillet 2013, tous les Etats produisent leur IHPC avec cette application qui est multiposte et peut gérer les opérations de calcul d’indices à couverture nationale.

Les résultats suivants ont été atteints :

  • Les structures de consommation nationales ont été déterminées pour l’année de base 2014 ;
  • Les pondérations, au sein des variétés, postes, sous-groupes, groupes et fonctions de consommation, sont calculées ;
  • La méthodologie d’élaboration de l’Indice national harmonisé des prix à la consommation (INHPC) est disponible ;
  • L’application Phoenix-UEMOA est adaptée pour le calcul de l’INHPC ;
  • Les indices de prix variétés, postes, sous-groupes, groupes et fonctions de consommation sont calculés et publiés dans chaque Etat, de même que ceux des nomenclatures secondaires à partir de janvier 2017 et remplacent les indices base 2008 ;
  • Les indices des prix des postes, sous-groupes, groupes et fonctions de consommation sont calculés au sein de l’UEMOA, de même que ceux des nomenclatures secondaires ;

Etats membres de la CEMAC

Projet prix CEMAC 1999-2000

En 1999-2000, le Secrétariat exécutif de la CEMAC a mis en œuvre un projet d’harmonisation des indices des prix à la consommation avec l’appui financier de la Coopération française et l’appui technique d’AFRISTAT.

Le diagnostic des indices des prix des pays de la CEMAC, effectué par AFRISTAT, avait permis d’identifier les problèmes suivants : imprécision dans la définition des produits et mise à jour aléatoire de la liste des produits ; nomenclatures différentes d’un pays à l’autre et non-conformes à celles  recommandées par le Système de comptabilité nationale des Nations unies (SCN) ; échantillonnage non représentatif et nombre de relevés insuffisants ; obsolescence plus ou moins importante des pondérations ; erreurs méthodologiques dans le calcul des indices.

Le volet prix, financé par la France, du projet Prix CEMAC consistait en la mise en place de l’ensemble des activités sur la collecte et le traitement des données sur les prix. Les enquêtes budget consommation n’ont pas été réalisées de façon simultanée et à temps dans tous les pays à cause du manque d’un financement communautaire.

Les principaux résultats suivants ont été obtenus :

  • Collecte des prix de base dans les huit principales agglomérations des six pays de la CEMAC ;
  • Obtention des prix de base 2000 avec l’application CHAPO ;
  • Réalisation de l’enquête sur les dépenses des ménages à Douala et Yaoundé sur financement national ;
  • Mise en place de l’IHPC au Cameroun.

Projet IHPC-CEMAC 2017

Fin 2016, le constat suivant a été fait au niveau des statistiques des prix dans les Etats membres de la CEMAC :

  • Absence d’un indice des prix communautaire et d’un bulletin mensuel CEMAC ;
  • Coefficients de pondération obsolètes ;
  • Périodes de référence des prix de base et des pondérations différentes d’un pays à un autre ;
  • Paniers de produits non conformes aux habitudes de consommation ;
  • Méthodologies de calcul des indices élémentaires non conformes aux normes et recommandations internationales. 

Dans ce contexte, le Projet IHPC-CEMAC financé par l’Union Européenne a été lancé. Ce projet a fait l’objet d’une convention signée entre la Commission de la CEMAC et AFRISTAT. L'objectif général de ce projet était de doter la CEMAC ainsi que ses États membres d’un indice harmonisé des prix à la consommation, outil nécessaire à la conduite de la politique monétaire et à l’exercice de surveillance multilatérale au sein de la Communauté, et d’améliorer les indices des prix à la consommation en RDC et à Sao Tomé et Principe.

Les principaux résultats suivants ont été obtenus :

  • Collecte des prix de base au niveau national dans les six pays de la CEMAC ;
  • Obtention des prix de base 2018 avec l’application Phoenix ;
  • Le Gabon, la RCA, le Congo produisent et publient les indices à partir de la nouvelle base ;
  • Le Cameroun, la Guinée Equatoriale et le Tchad produisent les indices à partir de la nouvelle base mais ne les publient pas encore ;
  • L’application Phoenix-UEMOA de production des indices des prix à la consommation est installée dans les INS de la RDC et de Sao Tomé et Principe et le personnel (informaticiens et statisticiens prix) est formé à son utilisation.

Autres pays membres d’AFRISTAT

AFRISTAT a accompagné les Comores, la Guinée, la Mauritanie et Djibouti dans la rénovation des statistiques de prix depuis leur adhésion à AFRISTAT.

Pour les Comores, l’assistance a principalement consisté :

  • En 1998, à un appui pour l’évaluation de l’indice des prix à la consommation, le bilan de l’existant en matière d’enquêtes auprès des ménages et la préparation de la mise en place d’un nouvel indice des prix à la consommation ;
  • En 2012, à un appui de long terme pour préparer la mise en place d’un indice national des prix.

Pour Djibouti, l’assistance a principalement consisté :

  • En 1998 et 1999, à un appui pour la mise en place d’un nouvel indice des prix avec une méthodologie semblable à celle des Etats membres de l’UEMOA.

 Pour la Guinée, l’assistance a principalement consisté :

  • En 2002 et 2003, à un appui pour la mise en place du nouvel indice des prix avec une méthodologie identique à celles des Etats membres de l’UEMOA et l’utilisation de Chapo ;
  • En 2017, 2018 et 2019 à un appui pour la collecte des prix de base au niveau national et à une formation à l’utilisation de Phoenix-UEMOA.

Pour la Mauritanie, l’assistance a principalement consisté :

  • En 2002 et 2003, à un appui pour la mise du nouvel indice des prix avec une méthodologie identique à celle des Etats membres de l’UEMOA et l’utilisation de Chapo ;
  • En 2016, à un appui à la rénovation de statistiques de prix. L'appui a permis d’assurer l'installation et la formation du personnel de l'ONS en charge des indices des prix à la consommation sur PHOENIX-UEMOA.

Pour Madagascar, l’assistance a consisté en des missions de court terme en 1997 et 1998 pour préparer la mise en place d’un indice national des prix.

Pour la République Démocratique du Congo, AFRISTAT a appuyé en 2004 et 2005 la mise en place d’un nouvel indice des prix avec une méthodologie semblable à celle des Etats membres de l’UEMOA.

Etats membres de la CEDEAO

AFRISTAT a accompagné la Commission de la CEDEAO dans le cadre des missions circulaires diagnostiques sur les comptes nationaux et les statistiques des prix dans les pays anglophones de la CEDEAO en 2001 et 2021. L’objectif étant de faire le diagnostic sur le dispositif de production de l’IPC dans ces pays.

Publications statistiques d’AFRISTAT sur les prix

AFRISTAT a diffusé en 2001 deux publications sur les statistiques des prix : la première sur les années 1970 à 1999 et la deuxième sur l’année 2000.

Depuis juin 2020, AFRISTAT a produit un bulletin mensuel sur l’évolution des prix à la consommation des Etats membres et de la République Démocratique du Congo.

Travaux en cours

AFRISTAT apporte un appui technique dans le domaine des statistiques des prix à la demande des INS des Etats membres et des Communautés économiques régionales.

Les travaux sont déjà programmés en 2022 pour la rénovation de l’IPC à Djibouti et une convention doit être signée avec la Commission de l’UEMOA pour mettre en œuvre un projet de rénovation de l’IHPC dans les pays de l’UEMOA.

AFRISTAT poursuit également la diffusion de sa publication mensuelle sur l’évolution des prix à la consommation des Etats membres et de la République Démocratique du Congo.

44ème réunion du Comité de direction

Le Comité de direction d’AFRISTAT tiendra sa 44ème réunion les 8 et 9 avril 2022 à Yaoundé au Cameroun sous la présidence de M. Blaise-Bienvenu ALI, Directeur Général de l’Institut Centrafricain  des Statistiques et des Études Économiques et Sociales (ICASEES).

L’ordre du jour de cette réunion portera sur :

  • L’examen et l’approbation du rapport d’activité 2021 d’AFRISTAT y compris le compte rendu de la mise en œuvre des recommandations, résolutions et décisions de la 43ème réunion du Comité de direction et de la 30ème session du Conseil des Ministres.
  • Les questions budgétaires et administratives.
  • Les questions spécifiques et diverses.

Téléchargez le projet d’ordre du jour du CD ici

Document du Comité de Direction – bis

44e réunion du Comité de direction d’AFRISTAT
Yaoundé,  8- 9 avril 2022


Le Comité de direction d’AFRISTAT tiendra sa 44ème réunion les 8 et 9 avril 2022 à Yaoundé au Cameroun sous la présidence de M. Blaise-Bienvenu ALI, Directeur Général de l’Institut Centrafricain  des Statistiques et des Etudes Economiques et Sociales (ICASEES).

L’ordre du jour de cette réunion portera sur :

  • L’examen et l’approbation du rapport d’activité 2021 d’AFRISTAT y compris le compte rendu de la mise en œuvre des recommandations, résolutions et décisions de la 43ème réunion du Comité de direction et de la 30ème session du Conseil des Ministres.
  • Les questions budgétaires et administratives.
  • Les questions spécifiques et diverses.
Documents de Travail
CODE
                                              Nom et lien de téléchargement
CD44/22/00 Ordre du jour annoté de la 44ème réunion du Comité de direction d’AFRISTAT
CD44/22/01 Liste des documents
CD43/21/02 Projet d’ordre du jour
CD43/21/03 Projet de calendrier des travaux
CD44/22/04 Rapport d’activité 2021 d’AFRISTAT, y compris le compte rendu de la mise en œuvre des recommandations, résolutions et décisions de la 43ème réunion du Comité de direction et de la 30ème session du Conseil des Ministres
CD44/22/05 Rapport d’exécution du budget 2021 d’AFRISTAT
CD44/22/06 Rapport du Commissaire aux comptes sur l’exécution du budget 2021 d’AFRISTAT
CD44/22/07 Rapport de la Commission de contrôle d’exécution du budget 2021 d’AFRISTAT
CD44/21/08 Note sur la situation des contributions au Fonds AFRISTAT 2006-2015
CD43/22/09 Note sur la situation des contributions au Fonds AFRISTAT 2016-2025
CD44/22/10 Note sur la situation des contributions des partenaires aux activités d’AFRISTAT 2016-2025
CD44/22/11 Projet d’avis de recrutement au poste de Directeur général d’AFRISTAT au titre de la période 2024–2027
CD44/22/12 Projet d’avis de recrutement d’un Cabinet de consultant pour la conduite d’une étude stratégique d’AFRISTAT à l’horizon 2035
CD44/22/13 Compte rendu de l’examen par le Conseil des Ministres de l’étude sur la révision du Traité portant création d’AFRISTAT et la proposition d’un nouveau modèle économique
CD44/22/14 Note de présentation du projet de modules d’initiation à la statistique pour des non statisticiens
CD44/22/15 Projet de statut du personnel d’AFRISTAT révisé (A titre d’information)
Relevé des conclusions de la 43ème réunion du Comité de direction d’AFRISTAT
Compte rendu des travaux de la 30ème session du Conseil des Ministres d’AFRISTAT